Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Les combats de quelques radios

La radio associative HDR (la radio des Hauts de Rouen) en danger !

Solidaires, nous publions ci-dessous un communiqué de la radio de Hauts de Rouen, HDR (« Le mix des cultures »), suivi de sa présentation par elle-même. HDR est l’une des radios les plus populaires de l’agglomération rouennaise. Elle donne la parole à ceux qui ordinairement en sont privés dans les quartiers populaires. Les représentants de l’antenne locale de notre association interviennent une fois pas mois, le samedi matin de 11 heures à midi, dans le cadre de l’émission « Dissidences ». Merci. [Acrimed]

HDR est un média alternatif, ici on expérimente en permanence, on tente de trouver de nouvelles formes de fonctionnement, de nouvelles formes radiophoniques, on tente de répondre aux problématiques des quartiers dits populaires en offrant aux habitants la possibilité de s’exprimer.

Depuis 10 ans nous sommes installés dans une zone d’éducation prioritaire. La radio est un outil d’expression pour les habitants du quartier et de l’agglomération de Rouen. C’est aussi un outil d’information, de création et de dialogue entre générations, entre les différentes populations.

Nous favorisons la mixité, l’insertion et nous tissons du lien social sur les Hauts-de-Rouen. HDR porte une offre alternative, un regard différent sur le monde qui nous entoure, une programmation musicale qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs. Nos valeurs, elles habitent le slogan que l’on peut entendre régulièrement sur notre antenne. C’est le mix des cultures. Nos valeurs, elles sont portées surtout par les notions d’économie sociale et solidaire.

HDR compte plus de cent bénévoles, une cinquantaine d’émissions, 20 salariés dont 17 contrats aidés qui assurent le bon fonctionnement de l’antenne et 4 heures de programmes quotidiens. Depuis le début, nous travaillons en étroite collaboration avec les écoles, de nombreuses associations et salles de spectacles qui se battent pour faire tomber les murs de la ségrégation urbaine et sociale.

Au moment où les Etats débloquent des milliards d’euros pour sauver les banques et le monde de la finance, les associations font face à des difficultés financières qui mettent leur vie en danger. Ces difficultés sont-elles dues à la crise financière ou à une politique qui méprise le monde associatif ?

Aujourd’hui la radio HDR est en danger.

Depuis un mois, nos salaires sont bloqués. Les voyants sont au rouge et les micros s’éteignent. Nous sommes aujourd’hui sous la menace d’un dépôt de bilan qui pourrait bien voir la mort d’HDR. Faire disparaître HDR, c’est bâillonner encore plus les habitants des banlieues. C’est également réduire un peu plus une liberté d’expression trop souvent mise à mal.

Pour compléter ce sombre tableau, le passage à la nouvelle norme numérique (la Radio Numérique Terrestre), décidé par le CSA, va engager des frais importants d’équipement et de fonctionnement que de nombreuses radios en France ne pourront pas payer. Elles sont condamnées à disparaître.

Si les caisses sont vides, il faut aujourd’hui expliquer au monde associatif qu’il doit se débrouiller par ses propres moyens ou bien lui donner les moyens de continuer à remplir ses missions de service public. Il est à l’ordre du jour de réfléchir au financement pérenne d’un média alternatif comme à celui des associations.

Nous appelons à une mobilisation autour du financement des associations et d’un média associatif à Rouen. Sur notre antenne dès ce mardi nous recevrons des responsables d’associations des Hauts-de-Rouen : Mer & Campagne, Interm’Aide Emploi, l’ACS, l’APMAR, le Comité de Coordination de la Grand’ Mare, Solidarité Plateau). L’antenne sera ouverte à tous ceux voulant témoigner ou apporter leur soutien à la Radio.

Un point presse est prévu le vendredi 24 octobre devant la Préfecture à 11h pour plus d’informations. Nous appelons également à une manifestation de soutien le samedi 25 octobre à 14h, place de la Cathédrale.

Le personnel salarié de la Radio HDR

____________

HDR se présente (sur son site)

Tout commence en 1994, quand un club radio est créé sur les Hauts de Rouen, un quartier populaire au nord de Rouen. Le club s’intitule alors « Rouya Connexion », ce qui signifie la connexion des frères. Et déjà le ton est donné. Cet espace s’anime en partenariat avec d’autres structures de ce quartier. D’emblée le succès est au rendez vous, et très rapidement l’idée du lancement d’une radio associative germe dans nos têtes…Le rêve se concrétise, en Juillet 1995, lorsqu’une fréquence provisoire est attribuée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) : HDR la radio des Hauts de Rouen est née.

La convention signée avec le CSA nous engage à l’époque « à développer un outil radiophonique de proximité ». Le 107.1 FM qui durera 6 mois sera alors l’espace de communication, citoyen et interactif des habitants des Hauts de Rouen. L’attraction des ondes radiophoniques aidant, au fur et à mesure des gens en provenance de l’extérieur du quartier se greffent au projet.

En dépit d’une interruption d’émission en janvier 1996, HDR n’a pas pour autant abandonné son travail de terrain. Ainsi, la radio devient un outil pédagogique important dans l’apprentissage du français au sein des établissements de la Zone d’éducation prioritaire Rouen Nord.

Et parce qu’ « une si belle petite radio » ne peut pas s’arrêter là, HDR obtient le 16 Mars 1998, sa fréquence définitive sur le 99.1 de la bande FM rouennaise. Malgré tout, tout n’est pas si facile ! Cette fréquence est attribuée à une heure où les radios associatives locales se font avaler par les gros réseaux commerciaux. HDR se met tout de suite à la page numérique, pour ne pas être à son tour dévorée toute crue. C’est pourquoi l’existence permanente d’HDR constitue un pied de nez à tous ceux qui croyaient utopique le développement d’une radio sur un quartier comme les Hauts de Rouen ; un quartier qui cumule les caractéristiques d’un territoire en difficulté : fort taux de chômage, près de 900 personnes bénéficiaires de la Banque Alimentaire et des Restaurants du Cœur, des problème de violences urbaines et de toxicomanies, un Réseau d’éducation prioritaire, une Zone Urbaine Sensible, un site Grand Projet de Ville, une Zone Franche…

De toute sa petite expérience, HDR a lancé comme slogan « le mix des cultures », un bien joli mot d’ordre qui se doit d’être honoré, et non bafoué. Parmi les « HDRiens », Bénévoles ou permanents de la radio, tous proviennent de tous milieux sociaux !
A HDR on retrouve autour d’une même table femmes, hommes, noirs, normands, polonais, libanais, chefs d’entreprises, fonctionnaires ou RMIstes, pour parler de ce qui leur tient à cœur tous : La citoyenneté ! A HDR une émission estampillée gay-lesbienne précède une émission de musique africaine elle-même suivie d’une émission déjantée.

En ce qui concerne la musique, les morceaux diffusés sur nos ondes, émanent également d’un choix politique (dans le vrai sens du terme). Une place de choix est donc faite aux auteurs engagés, aux textes conscients, ainsi qu’aux musiciens rarement présents sur les ondes commerciales.
En définitive, HDR c’est le mix des cultures, la culture du mix, le culte des mixtures, la mixure des cultes…Un microcosme représentatif de la France d’aujourd’hui, des femmes et des hommes qui s’expriment au monde entier grâce à ce site et qui, avec leur petit grain de sel, veulent faire bouger les choses !


Nous sommes convaincus que notre média permettra à long terme de changer l’image de marque de ce territoire en difficulté, et par extension l’image de marque de la ville (et rêvons du département, voire de la région…). […]


 

A la une

Actualité des médias n°21 (novembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »