Accueil > Critiques > (...) > Publicité : dépendances économiques et éditoriales

La Marseillaise : les soviets, plus la publicité ?

Le journal CQFD rend compte, sous le titre "Centralisme", d’une "note de service"...

" Tous les articles qui concernent de près ou de loin un
annonceur du journal doit être avalisé par la direction du journal
impérativement avant insertion "
.

Un rappel à l’ordre qui a le mérite de la franchise, affiché en mai 2004 sur les murs de la rédaction d’un quotidien régional, rapporte CQFD. Pas n’importe lequel : La Marseillaise, un des derniers quotidiens du Parti communiste français.

" Un des rares journaux de Marseille à échapper au monopole de Lagardère ", rappelle CQFD : Lagardère contrôle notamment La Provence. Mais c’est aussi Lagardère qui, parmi d’autres, a bien voulu entrer au capital de L’Humanité quand le PCF comptait quelques ministres... Concurrent à Marseille, sauveur à Paris. Le secours de la dialectique n’est pas de trop.

Laissons la conclusion à CQFD : " Vive la lutte des classes, mais pas sans l’accord préalable de la régie publicitaire ".

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.

Dupont de Ligonnès : à France Info, le fait divers était presque parfait

La triste fin d’un fait divers cuisiné aux petits oignons.