Accueil > Critiques > (...) > Publicité : dépendances économiques et éditoriales

La Marseillaise : les soviets, plus la publicité ?

Le journal CQFD rend compte, sous le titre "Centralisme", d’une "note de service"...

" Tous les articles qui concernent de près ou de loin un
annonceur du journal doit être avalisé par la direction du journal
impérativement avant insertion "
.

Un rappel à l’ordre qui a le mérite de la franchise, affiché en mai 2004 sur les murs de la rédaction d’un quotidien régional, rapporte CQFD. Pas n’importe lequel : La Marseillaise, un des derniers quotidiens du Parti communiste français.

" Un des rares journaux de Marseille à échapper au monopole de Lagardère ", rappelle CQFD : Lagardère contrôle notamment La Provence. Mais c’est aussi Lagardère qui, parmi d’autres, a bien voulu entrer au capital de L’Humanité quand le PCF comptait quelques ministres... Concurrent à Marseille, sauveur à Paris. Le secours de la dialectique n’est pas de trop.

Laissons la conclusion à CQFD : " Vive la lutte des classes, mais pas sans l’accord préalable de la régie publicitaire ".

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le palmarès 2019 des éditocrates (BD)

Les palmes des sorties les plus grotesques et hasardeuses.

Pour la libération de Julian Assange

Pour libérer Assange, multiplier les foyers de résistances.

Lexique pour temps de réforme des retraites

Le vocabulaire automatique du journalisme en temps de grèves et de mobilisations.