Accueil > (...) > L’actualité des médias (2003-2010)

L’actualité des médias n°57 (16 mars - 25 avril 2007)

par William Salama,

En période électorale, les affaires continuent...

I. Presse écrite

1. Presse Quotidienne Nationale

- Jean-Marie Colombani candidat (contesté) à sa propre succession. Le 22 mai, la rédaction du Monde votera pour le renouvellement - ou non - des mandats de Jean-Marie Colombani. Mais déjà ce dernier a dû affronter le 4 avril « l’hostilité » du « conseil de surveillance [qui] s’est abstenu sur le projet de budget 2007 » et de « la société des rédacteurs » qui lui reproche « l’endettement et une augmentation de capital prévue en 2008 qui, écrit-elle, assombrira un peu plus l’avenir ». En revanche, il a reçu le soutien des « actionnaires extérieurs, présents au conseil de surveillance » qui « ont couvert de compliments la gestion de Colombani » (Le Nouvel Observateur du 12 avril), malgré des « pertes » atteignant « 14,3 millions d’euros  » (La Tribune, 5 avril).

-  Libération surfe sur les mutations. Dans « Journal recrute non-journalistes (le 28 mars.), Libération s’interroge : « Le média de demain sera-t-il mixte, réalisé par des amateurs et des professionnels ? ». et annonce le même jour le lancement d’un « Contre journal » dans son vrai journal qui n’est autre qu’une double page compilant « les meilleures réactions des lecteurs et des internautes » (Presse News, 28 mars). Par ailleurs, Laurent Joffrin est satisfait : son journal a « "désormais un avenir", avec des ventes en février et mars en hausse par rapport à l’an dernier et une nouvelle formule prévue pour la rentrée  » (Newsletter de CB News, 17 avril). Pourtant, selon Les Inrockuptibles (25 avril), 15 postes seraient de nouveau menacés. Ironie : le même Joffrin a supprimé... le « cahier emploi » (« une évolution et pas une suppression » dit-il - Stratégies Newsletter du 17 avril).

- Grève à La Croix . Les salariés imprimeurs et routeurs de la Sicavic (groupe Amaury) ont cessé le travail après que La Croix « eut annoncé le 15 mars sa décision de confier le routage du titre à un autre opérateur pour des raisons économiques  » (Newsletter de CB News du 20 mars). Dans la période du 17 au 19 mars (et comme c’est souvent le cas chez d’autres quand grève il y a), La Croix a offert gratuitement la vision de son quotidien (avec ses publicités) aux internautes.

2. Presse Quotidienne Régionale

- Exaspération à Nice-Matin . « Tous les investissements sont bloqués à cause du retard pris par la constitution du pôle Sud entre Le Monde et Lagardère. Ça devait aller très vite mais tous les mois, c’est repoussé. C’est un sujet qui entretient une très mauvaise atmosphère dans l’entreprise », selon la CGT. De fait, Nice-Matin, Var-Matin et Corse-Matin « ne sont pas parus » le 14 avril (et horreur, le 23 lendemain de Présidentielle) et 150 grévistes « d’une partie du personnel technique et administratif » manifestaient ce jour à « proximité du siège du journal  » (Agence France Presse, 14 avril). Selon Les Echos du 16 avril « Le Monde et Lagardère cherchent toujours un montage pour leur presse quotidienne régionale. Tandis que le second paraît prêt à se désengager totalement, le premier envisagerait de renoncer à la majorité du futur pôle  ». Lire également : « Comme chaque année en cette période, le groupe Nice-matin a la patate (Cuverville) ».

- Bancarisation au Républicain lorrain . Le Crédit mutuel est le nouveau propriétaire du quotidien cédé « par la famille Puhl-Demange, propriétaire historique du titre  ». La banque prend le contrôle de toutes les activités du groupe : de son imprimerie, de son l’hebdomadaire gratuit Tout Info, de ses Éditions Serpenoise, de son site Internet, et de ses 50 % de Lumedia (« la version luxembourgeoise du Républicain lorrain »). Et le 24 avril, « Le banquier Pierre Wicker » prenait « ses fonctions de directeur général du journal » (Les Echos, 24 avril). « Le Crédit mutuel possède déjà 80 % des parts du quotidien L’Alsace, qui tire à 122 000 exemplaires  » précise La Croix du 16 avril. Les Crédit mutuel est « associé à hauteur de 49% à L’Est Républicain dans le groupe Ebra, qui détient également les Dernières Nouvelles d’Alsace, La Liberté de l’Est et Le Journal de la Haute-Marne », souligne, dans un communiqué, le Syndicat National des Journalistes (SNJ) qui dénonce une opération qui « détruit définitivement toute chance de pluralisme dans l’Est de la France  ».

- Les télés locales des DNA et de L’Alsace ouvrent leur capital. Alsatic TV, dont les actionnaires historiques étaient les deux quotidiens régionaux Dernières Nouvelles d’Alsace et L’Alsace, a augmenté son capital et l’a ouvert à plusieurs grands acteurs économiques régionaux alsaciens dont le Racing Club de Strasbourg qui en devient le principal actionnaire (Stratégies Newsletter 26 mars).


3. Périodiques

- Ça roule pour Roularta. 22.4%, le chiffre d’affaires de Roularta, (propriétaire en France de Groupe Express-Expansion, de Point de Vue, Studio et du groupe A Nous à 44 %), dont 35 % est réalisé désormais dans l’hexagone (Newsletter de CB News du 20 mars). Du coup Rik de Nolf, PDG, « a annoncé que le groupe belge allait entrer à la Bourse de Paris en juin prochain  » et « que le prix de L’Express augmenterait progressivement à partir de 2008 » (Stratégies Newsletter du 21 mars).

- Prisma Presse veut grossir et Condé Nast France « innove ». Le groupe de presse Allemand (Grünen & Jarh) « travaille à un rachat et à un lancement de titre (à l’instar de Condé Nast France  » (Newsletter de CB News du 29 mars) en 2007 qui devrait être un « mensuel féminin  » (dont nous manquons cruellement...)

- Le Groupe Bayard licenciera moins. Bayard rapporte de 70 à 37 les suppressions de postes prévues dans « le plan stratégique à trois ans annoncé en janvier 2007  ». Particulièrement visés, « les départements Senior (Vivre plus, Vermeil) où 15 postes sont supprimés, Livre adulte (quatre postes sur dix) et les fonctions administratives (sept postes) » (Presse News du 12 avril).

4. La guerre des gratuits

- Bolloré à l’attaque. Le réseau Ville Plus, « qui réunit six quotidiens gratuits créés par plusieurs groupes de PQR pour contrer les lancements de Metro et 20 Minutes » [1], a adopté « la maquette et le contenu de Matin Plus » (Bolloré-Le Monde). Vincent Bolloré a annoncé que «  la distribution de Matin Plus allait passer à 400 000 exemplaires contre 350 000 exemplaires actuellement » (Newsletter de CB News 22 mars) et mise sur l’inondation de ses gratuits (« 7000 000 exemplaire chaque jour ») et « des tarifs publicitaires très agressifs » (Challenges, 29 mars). Vincent Bolloré a annoncé également le lancement de Bretagne Plus A savoir : « selon, l’association pour le développement de la presse gratuite d’information, le nombre de pages de publicités achetées dans les gratuits a augmenté de 18,7% en volume au premier trimestre 2007 par rapport a la même période de 2006 » (Stratégies Newsletter du 25 avril).

- Bénédiction socialiste. « Nous avons changé d’avis sur les gratuits de première génération : contrairement à ceux qui viennent de se créer, ils ne répondent pas à des logiques financières et travaillent de façon classique avec des journalistes indépendants. » selon l’équipe de Ségolène Royal laquelle avait pensé à une taxation sur leur recette publicitaire (Stratégies Newsletter, 3 avril).

- Le calvaire des kiosquiers. Christian Sautter, adjoint PS aux finances et Le conseil de Paris se sont prononcés pour l’élaboration d’un « "code de bonne conduite" entre colporteurs mobiles et kiosquiers parisiens, qui pourrait notamment instaurer une zone de non-diffusion des gratuits autour des kiosques » (Newsletter de CB News, 29 mars). Un code immédiatement retoqué par le Syndicat de la presse magazine et d’information (SPMI), jugeant la « "réponse insuffisante" aux problèmes posés par les journaux gratuits  » qui « demande une "remise à plat totale des conditions" de diffusion des gratuits et une "mise en conformité avec les dispositions juridiques applicables" » (Agence France Presse du 29 mars).

- Spir rêve À Nous. Spir Communication (chiffre d’affaires de 163,2 M€, en hausse de 9,2%), « filiale à 64,9 % du groupe Ouest France, veut devenir actionnaire à 50% de l’hebdomadaire gratuit À Nous Paris, à parité avec le belge Roularta, en apportant 4 M€ » (Newsletter de CB News du 10 avril). Attendre (un peu) « l’aval des autorités françaises de la concurrence  ».

-  Metro a des ratés. Metro International a « creusé sa perte au 1er trimestre sur un an, en raison de contre-performances sur des marchés clés tels que la Suède, l’Espagne, la France et les Etats-Unis. Sur les trois premiers mois de l’année, le groupe a accusé une perte de 14,3 millions de dollars (10,54 M€) contre 5,7 millions au 1er trimestre 2006  » (Newsletter de CB News, 24 avril).


II. Audiovisuel

1. Économie

- TNT gratuite, favoris et prétendants. Le CSA a entamé les auditions de 29 candidats à des fréquences de TNT gratuites pour la région Ile-de-France. Parmi les prétendants au « gâteau publicitaire estimé entre 35 et 50 millions d’euros » (Libération, 5 avril) des belles associations : TF1- la Poste, Le Figaro-NextRadioTv ; NRJ, Hersant Media-Lagardère, Caisse d’Epargne-Coriolis (acteurs des télécoms) et des affamés solitaires (dont France Soir ; ou NRJ). Les télévisions associatives, (« Zaléa TV, TV Bocal ou la Locale ») ont au moins le droit de participer (Newsletter de CB News du 27 mars). Mais « le Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes (SIRTI) demande au CSA de privilégier les chaînes qu’il représente dans l’attribution de fréquences pour la télévision numérique terrestre en Ile-de-France  » (Newsletter de CB News, 13 avril).

- Heurs et malheurs radiophoniques. Résultat en légère baisse pour NextradioTV (RMC, BFM, BFM TV) - de 0,2% pour 2 millions en 2006 -, et en forte baisse pour NRJ Group (de 23,5%, 398,3 millions d’euros), « en raison des coûts liés à la télévision (NRJ 12) et à l’activité téléphonie mobile » (Stratégies Newsletter 2 avril). À leur côté le résultat du groupe public Radio France est ridicule : 599 220 millions d’euros (13 % de hausse et 3,8% également de hausse de recettes publicitaires (Stratégies Newsletter 12 avril).

- Les profits collatéraux de la Radio numérique. Bientôt la numérisation en 2008 et, comme pour la télévision, il va falloir s’équiper pour recevoir les stations, ce qui revient à « changer nos vieux postes : ils sont ... 100 millions » (Le Nouvel Observateur, 19 avril).

- Les profits aléatoires et envenimant de la télévision sur mobile. En phase de préparation, la télévision sur mobile intéresse à la fois les opérateurs télécoms, les diffuseurs techniques (TDF, Towercast) et les chaînes de télévisions. Or ces dernières qui « ne trouvent pas leur compte » selon Le Figaro du 27 mars, elles n’acceptent pas cette égalité voulue par la loi qui entend dans un premier temps après le lancement partager les maigres revenus entre chaque protagoniste. « Le problème » tient à la non-rentabilité générée par l’audience qui « sera faible lors de son lancement » où « comment se partager le prix de l’abonnement ». Même au sein des mêmes corps de métiers, cela coince. Ainsi TF1 ou M6 se sentent plus valorisables que les petites thématiques. Il revient à Michel Boyon, nouveau président du CSA de trancher ...

- Acquisitions. NextRadioTV (RMC, BFM, BFM TV) s’est offert le groupe Tests (les sites Internet 01Net, 01Men et Cadresonline) (Le Figaro, 5 avril).qui vaut « 80 millions d’euros » et que NextRadioTv peut désormais s’offrir (lire plus haut : « Heurs et malheurs radiophoniques »).

- Ménage en haut-lieu chez TF1. Changement d’image suite ... Après Le Lay (Lire « l’Actualité des médias n°56), et en même temps que la présidente de TF1 Publicité (Claude Cohen), Etienne Mougeotte a annoncé le 10 avril à l’AFP qu’il « s’apprêtait à quitter d’ici à la fin de l’année ses fonctions de vice-président de TF1 qu’il occupait depuis 18 ans et deviendrait consultant en communication » (essentiellement pour TF1).

- Dépenses et morgue à France 24. « Pour piloter la chaîne internationale France 24, Alain de Pouzilhac, président du directoire, confesse qu’il dépensera sur l’année " 550000euros en études, une somme colossale" » (Le Nouvel Observateur, 26 avril). Le même, dans Libération, affirme que son « budget est suffisant pour être compétitif » (87millions) et l’oblige à être « plus créatif ». « France 24 revendique une dizaine de millions de téléspectateurs » (Les Echos 18 avril). Ce qui ne le rend pas modeste ... Alain de Pouzilhac balaie d’un revers de la main, celle que lui tend le PDG de RFI, Antoine Schwarz, qui « souhaite mutualiser [les] deux rédactions » [2], tandis que Le Figaro du 6 avril constate « TV5 fait les frais de l’arrivée de France 24 » (au niveau budgétaire) et relaye qu’une « partie des délégués du personnel a décidé de porter plainte pour délit d’entrave contre le patron de la chaîne ». François Bonnemain, selon les syndicats est « passé outre la consultation du CE" pour imposer une nouvelle grille des programmes, ce qui pourrait ¬ redoutent les élus ¬ entraîner des suppressions de postes. » (Libération du 5 avril).

2. Social

- À France Télévisions, des COM contestés mais votés. « Grâce à des recettes publicitaires en hausse de 6,8 %, à 800 millions d’euros, et à une redevance qui a cru de 2,1 % », France Télévisions « a augmenté son chiffre d’affaires global de 4,6 %, à 2,85 milliards d’euros » (Le Figaro du 20 avril) et via son conseil d’administration « adopté le contrat d’objectifs et de moyens 2006-2010 » (Le Monde, 21 avril). À savoir, le comité d’entreprise (CE) de France 2 avait émis un avis défavorable par 10 voix contre 6 concernant le « Contrat d’objectifs et de moyens (COM) 2006-2010 entre France Télévisions et son actionnaire, l’Etat », le Syndicat national des journalistes (SNJ) dénonçant un « contrat opaque » (Agence France Presse du 7 avril). Idem pour le CCE de France 3 (Agence France Presse, 13 avril). Stratégies Newsletter, 10 avril rappelait aussi le désaveu du comité central d’entreprise de RFO.

- Craintes à France 3. Mis sous pression par les organisations syndicales (SNRT-CGT, SNJ-CGT, CFDT, CFTC, SUD), « Le Pdg de France Télévisions Patrick de Carolis » a « annoncé l’ouverture de négociations au plan national sur l’avenir de la filière de production » (Newsletter de CB News, 21 mars).

- Accord et discussion à Europe 1. Les syndicats d’Europe 1 qui réclamaient la création de 28 postes au total, dont 10 journalistes ont conclu un accord pour le recrutement de six postes de journalistes. Les discussions se poursuivent sur les fonctions « supports » (non journalistes) et sur une « remise à niveau des salaires » (Stratégies Newsletter, 19 mars).

- Lagardère Sport fait sa loi. Le 27 mars, Canal+ écrivait à la Ligue de football professionnel (LFP) qu’elle boycotterait « l’appel d’offres pour la Ligue 2 et menaçait de le faire pour la Ligue 1  », en raison de la volonté de la LFP de produire elle-même les images (Newsletter de CB News) Le 3 avril, pour la Ligue 2, c’est réglé : elle « reste sur Eurosport et sera filmée par Lagardère Sport » Lors de l’audition organisée par la même LPF pour le renouvellement de la concession Téléfoot, TF1 l’a joué les doigts dans le nez (aucun dirigeant), et France 2 équipe A (Carolis en personne). Résultat : Téléfoot passe sur le service dit public car c’est « Lagardère Sport » qui produira « ses images » (L’Express, 5 avril).

III. Pratiques

- Dé-consommation télévisuelle. « Les perspectives publicitaires des grandes chaînes inquiètent la Bourse » et pour ne pas arranger « leurs » affaires « le poste "Autres TV" (chaînes TNT, thématiques, locales, etc.) a atteint 15,5% de part d’audience, selon le Médiamat mensuel de Médiamétrie  » (Le Figaro, 25 avril). Toutes « les chaînes hertziennes historiques subissent une baisse, à l’exception de Canal+ » et, d’ailleurs, de manière générale, le scrutateur Médiamétrie annonce une baisse globale de la consommation TV en 2006 [3].

- Le social relégué en publireportage. Un supplément de huit pages consacré aux « sans voix » et réalisé par le Secours Catholique, les Semaines sociales et ATD Quart Monde, et « soutenue par Amnesty International  » a été inséré mardi 27 mars « dans de nombreux quotidiens français  » : « la publication intitulée "Paroles de sans voix" doit permettre "aux personnes en situation d’exclusion" de témoigner de leur combat au quotidien avant l’élection présidentielle, et "à tous les lecteurs de changer leur regard sur les pauvres" et de "mieux prendre en compte les exigences de la justice sociale dans leur décision de vote"  » (Agence France Presse, 21 mars).

- Viens sur mon web.com. Les sites Internet de la presse écrite se développent.
- La presse magazine est « bouleversée par Internet » (La Tribune, 24 avril). Et, même si Didier Quillot, président de Lagardère Active (étêteur de Lagardère) « affirme que le modèle économique d’Internet sera " plus profitable que celui de l’écrit " », cela n’empêchent pas « les patrons des grands groupes » dont ... Didier Quillot de prévoir « la fermeture de titres ».
- « Depuis le 12 mars, 20minutes.fr s’est refait une beauté avec un nouvel habillage, une nouvelle signature et de nouveaux contenus. » (Tarif Media, 23 mars).
- Le 15 mars, Lagardère Active Media a mis en ligne la nouvelle version du site du Journal du dimanche, www.lejdd.fr , le 28 mars la version 4 du site lequipe.fr (Stratégies Newsletter 16 mars) se montrait.
- Dans la période La Tribune lançait en « même temps qu’une campagne de publicité exclusivement sur Internet, quinze newsletters sectorielles gratuites » et promet « d’enrichir son offre sur l’information patrimoniale et à développer un contenu spécifique pour les mobiles » Newsletter de CB News du 26 mars.
- Le Nouvel Observateur a lancé sa télé canalobs.tv : « une quinzaine d’émissions présentées par les plumes de l’hebdomadaire, des reportages également réalisés par les reporters du journal ainsi qu’une part de contenu syndiqué, comme des reportages de l’AFP  » (Stratégies Newsletter 4 avril). Idem, pour Le Télégramme le 17 avril sous la forme d’un « minijournal vidéo d’informations locales et régionales réalisé par la rédaction », une « première dans la presse quotidienne d’information régionale, selon la direction du quotidien régional » (Stratégies Newsletter, du 18 avril).
- Le Dauphiné Libéré, qui affirme être le premier journal français à s’être installé dans Second Life (sites dits de Web 2.0 permettant de créer des avatars dans un monde virtuel proche du nôtre), a organisé hier soir un débat politique autour de l’élection présidentielle, « centré sur la politique étrangère de la France » (Jdd.fr, 28 mars).
- Lagardère Active, le pôle médias du groupe Lagardère, et le groupe Psychologies (Psychologies magazine) ont annoncé « la signature d’un accord visant à développer en commun leurs activités internet  » (Agence France Presse, 11 avril)

- In Google We Trust. « L’Agence France-Presse (AFP) et Google ont signé, vendredi 6 avril, un accord de partenariat qui prévoit la fourniture rémunérée d’informations AFP (textes et photos) en ligne et met un terme aux actions en justice lancées par l’agence de presse contre le moteur de recherche aux Etats-Unis et en France en 2005.  » (Stratégies Newsletter, 10 avril).

- Chasse en meute. Challenges du 29 mars qualifie pas moins d’ « union sacrée dans le monde ultra-concurrentiel de la publicité », l’inédite coalition des régies de « RTL - M 6 - Prisma » - « trois entités du groupe Bertelsmann [...] pour remporter l’appel d’offres pour la première phase de lancement de la Twingo 2, face à TF 1 et à Lagardère ».

- Intimidations politiques à France 3. Nicolas Sarkozy est venu mettre de l’ambiance : « Lors d’un incident avant l’enregistrement de l’émission France Europe Express, l’ex-ministre de l’Intérieur aurait menacé, selon Le Canard Enchaîné du 21 mars, de "virer" la direction de la chaîne s’il était élu à l’Elysée  ». Et, plus tard, par sa « critique vigoureuse d’un reportage de la station » M. Sarkozy avait qualifié de "malhonnête" un reportage diffusé le 28 mars sur le dossier de la fabrication des passeports biométriques par l’Imprimerie nationale à Flers-en-Escrebieux (Nord), alors qu’un journaliste s’apprêtait à l’interroger sur ce sujet » (Agence France Presse, 2 avril) ». Lire à ce propos le communiqué intersyndical : « France 3 dans le collimateur de Nicolas Sarkozy ? ». Devant l’inquiétude des « syndicats SNRT-CGT, SNJ-CGT et USNA-CFTC de France3 Nord-Pas-de-Calais/Picardie », « "il n’y aura aucune chasse aux sorcières", assure Nicolas Sarkozy  » (Associated Press, 5 avril 2007). De quoi être rassurés...

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Bordeaux 7 (Sud Ouest), Lille Plus (La Voix du Nord), Lyon Plus (Le Progrès), Marseille Plus (La Provence) et Montpellier Plus (Midi libre)

[2« Décréter d’un coup que la meilleure complémentarité, en 2007, c’est entre une radio et une télé, c’est aussi stupide que de dire que la meilleure complémentarité, c’est entre Ribéry et Zidane ! »

[3« La durée d’écoute TV des 4 ans et plus a en effet diminué de 2 minutes à 3h24 quotidiennes, soit son niveau de 2004. » (Newsletter de CB News, 4 avril).

A la une

Renaud Camus & Finkielkraut : les dissonances cognitives du Monde

D’une enquête à un « Forum philo » complaisant : cherchez l’erreur.

Macron contre le journalisme

Les attaques contre la liberté d’informer s’accumulent.

Réunification de l’Allemagne : Un résumé pamphlétaire sur France Info

Patrice Romedenne dresse un mur contre le « Monde diplomatique ».