Accueil > (...) > L’actualité des médias (2003-2010)

L’actualité des médias n° 52 (septembre-octobre 2006)

par William Salama,

Après quelques semaines d’absence, le retour de la série... Le point sur le paysage médiatique façonné par les télécoms - « Brèves » en tous genres.


I. Le point sur
...
Le paysage médiatique façonné par les télécoms

- Il fallait le dire... Risque de concentration, affaiblissement de la télévision publique, tsunami publicitaire autorisé par Bruxelles ... Claude Michel, responsable de la section spectacle à la CGT prévient, dans L’Humanité, le 10 octobre 2006, des dangers du passage à « une télévision contrôlée par l’État à une télévision dite "de la société"  ». Autrement dit, de la financiarisation capitaliste à outrance...

1. Rêve numérique : mise en place des conditions

- L’équipement des foyers. Sur la question de l’équipement qui est le point critique de la stratégie du triangle médias-télécoms-publicité « les Français étaient en retard » pour Le Figaro le 9 septembre 2006. Mais la nature (médiatique) fait bien et vite les choses. Et ces temps sont annoncés comme désormais révolus, car « le budget des ménages dans le secteur [...] progressera chaque année d’un peu plus de 2 % (hors inflation) à horizon de 2010  », relayent Les Echos du 19 octobre 2006.

Le ministre concerné Renaud Donnedieu de Vabres y va donc de son couplet pro-industriel et consumériste (Le Figaro, 10 octobre 2006) : « Le basculement inéluctable de l’analogique vers le numérique ne peut avoir lieu que si, pour chacun des français, les conditions pour recevoir la télévision numérique sont réunies, tant en terme de couverture du territoire que d’équipement  ».

- La loi, les normes, les appels à candidatures. Les conditions réglementaires se mettent elles aussi rapidement en place. D’abord, le projet de loi sur la télévision du futur entre en examen au Sénat fin novembre. Ensuite, « La présidence de l’Union européenne a proposé une norme européenne unique pour la télévision mobile afin d’assurer rapidement son développement. » (Libération, 29 septembre 2006). Enfin, « le CSA ouvre une consultation sur la radio numérique » jusqu’au 15 novembre (Newsletter de CB News, 4 octobre 2006,) «  en vue du lancement d’appels aux candidatures pour la diffusion en mode numérique des services de radio locaux et nationaux. Elle porte sur « la planification des fréquences et l’organisation du déploiement des nouveaux services  ». Il souhaite que la diffusion « débute en 2008 » (Les Echos du 19 octobre 2006).

- Bonheurs industriels. Autre fait notable et non des moindres : des alliances entre concurrents se fomentent devant l’enjeu de la 4ème génération du téléphone mobile, promettant une réception numérique nickel. Elle est attendue comme « le prochain bonheur pour les opérateurs  », qui espèrent « déjà tirer entre 5 et 10 euros par mois de la TV sur mobile  » et dont sept d’entre eux (dont Orange) ont créé une « Nouvelle génération de réseaux mobiles  », destinée à s’entendre sur les spécifications des futurs réseaux (La Tribune du 29 septembre 2006).

Il y a aussi cet accord jugé « d’importance » par La Tribune du 12 septembre 2006 entre les deux « rivaux historiques », Nokia et Motorola, pour « travailler ensemble sur les normes de diffusion de programmes de télévision sur mobile. » [1].

Enfin pour cette fois, notons que TDF se « réjouit » de ce que ses propriétaires : des fonds d’investissements (Texas Pacific group 42 % et Axa Private Equity pour 18 %) le suive « dans le numérique » (La Tribune, 11 octobre 2006).

2. Tout converge...

- Les mobiles du Web. La transhumance vers la convergence (Internet, mobiles, etc.) où désormais l’herbe, arrosée par la publicité, est plus grasse qu’ailleurs, est incessante.

- 49 millions de français utilisent un téléphone portable dont « 96% des 18-24 ans » selon Médiamétrie (Libération, 18 septembre 2006) : voilà qui fait rêver... Alain Weill, Pdg du groupe BFM, se lèche les babines dans Le Figaro du 15 septembre 2006 : « La télé mobile va tout révolutionner » ...
- « Prisma initie sa mutation sur l’Internet » (La Tribune du 19 septembre 2006 : « l’éditeur de "Géo" et de "Capital" va lancer un site Web par trimestre ),
- AB Groupe se lance dans la télé sur mobile et les blogs (Le Monde, 8 septembre 2006), Disney Channel se fera distribuer sur les téléphones mobiles Orange (Le Figaro du 10 octobre 2006)
- Le plan de sauvegarde de Libération prévoit le développement d’un « quotidien "bi-média", sur papier et sur Internet  », (Newsletter de CB News du 11 octobre 2006),
- « le Groupe Canal+ va lancer dans les semaines qui viennent un site communautaire d’échange de vidéos, dans la ligne de YouTube ou de Dailymotion. Un lancement qui s’inscrit dans une refonte de la stratégie du groupe sur le Web, jusqu’ici relativement discret sur Internet hormis son site de vidéo à la demande » (Newsletter de CB News du 19 octobre 2006),
- Le groupe Bayard (en tête de pont La Croix et Notre Temps) a créé une activité de conseil et d’édition pour sa « cible » : « les seniors et baptisée Senior Expert ». Cette nouvelle activité vise à « concevoir, fabriquer, commercialiser des contenus imprimés ou électroniques » (Les Echos, 10 octobre 2006).
- Les Echos (21 septembre 2006) révèlent que Bolloré Investissement a « discrètement acquis, en juillet, 45 % de Wifirst  », un opérateur de Wi-Fi et étudie «  d’autres pistes pour étendre son emprise dans les télécoms ». Son groupe est « prêt à investir 1 milliard d’euros dans les télécoms  » pour « venir concurrencer Bouygues - toujours un plaisir, c’est aussi l’objectif à terme de la chaîne Direct8  ».

- Des télécoms aux médias, des médias à la publicité. Lagardère «  a entendu les critiques des marchés et c’est dans les télécoms qu’il a trouvé une parade  » ose Le Figaro, 14 septembre 2006 (« Lagardère accélère le mariage de la presse avec l’audiovisuel  »). Il « a imposé à la branche de dégager une marge de 11,7 %. » (Le Monde, 26 septembre 2006) et a « confié son pôle médias à Didier Quillot, l’ex-patron d’Orange France  » (La Tribune, 14 septembre 2006). Une voie désormais naturelle si l’on en juge par le titre des Echos (15 septembre 2006) : « Didier Quillot, des télécoms aux médias  » [2].

Mais les télécoms vont aussi à la publicité, évidemment, pour marcher sur deux jambes : « Pierre Bardon, directeur général des relations extérieures de SFR, a été élu président de l’Union des annonceurs dont il était vice-président » (La Tribune, 26 septembre 2006).

- Du sport et des jeux. Un gros gâteau, des droits colossaux, et, des profits sous médias.

- Lagardère Active, qui regroupe les activités médias du groupe Lagardère (HFM, Europe 1, bientôt TPS-Canal plus), a créé Lagardère Sport, « une structure chargée "d’asseoir la légitimité du groupe dans l’économie du sport, notamment dans le domaine du marketing sportif, des contenus et de la gestion de droits exclusifs » (Stratégies Newsletter, 6 octobre 2006).
- Le Monde (19 octobre 2006), avec qui il est « capitalistiquement » lié [3], confirme cet élan : « Lagardère [est] prêt à miser gros sur Sportfive », une société de droits sportifs [4].
- Stratégies Newsletter du 4 octobre 2006 publie deux informations. La première : « Patrick Le Lay a été désigné président d’Eurosport, la chaîne sportive paneuropéenne du groupe TF1, dont il est déjà PDG.  ». La seconde ( d’après la lettre d’information Satellifax, 3 octobre 2006) : « Christian Bimes, le président de la Fédération française de tennis (FFT) et directeur délégué en charge des dossiers de stratégie et de développement de TF1, succéderait à Emmanuel Florent à la direction de TF1 Entreprises ».
- TF1 qui se réorganise pour « passer au numérique », prépare « l’après-TPS en exploitant ses contenus et son réseau Eurosport » (Le Figaro, 19 septembre 2006). La chaîne, plus précisément, cherche des « sources de développement », en s’organisant autour de « "lignes de produits" gérées sur l’ensemble des supports : TV, Web, mobile, podcast  » (La Tribune, 14 septembre 2006). A cet effet, elle lance Jet - une « chaîne des jeux télévisés ». La régie est « assurée par TF1 Publicité ».
- Au moment où le gouvernement s’inquiète de l’addiction du citoyen aux jeux (« Un plan pour mieux contrôler les jeux en ligne », Le Monde, 19 octobre), le consommateur est invité sur tous ses supports - « la télévision, sur Internet et les mobiles » - à raquer pour jouer.

II. Brèves en tous genres

1. Internet

- Le net a dévoré le papier. Selon une étude menée par le cabinet Jupiter Research (portant sur plus de 5.000 personnes interrogées au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne) et publiée par le Financial Times, si la télévision reste le premier média, « Internet passe devant les médias papier pour l’info comme principal fournisseur d’informations aux lecteurs européens” [...]  ». Monsieur Mark Mulligan, vice-président de Jupiter Research, estime que “ce changement dans l’équilibre des pouvoirs va remodeler les stratégies de distribution, l’allocation des sommes réservées à la publicité et les stratégies de communication" » (La Tribune, 10 octobre 2006).

- Noos « dégraisse ». Noos, acquis par un fonds d’investissement, subit la logique de ce dernier qui va y « supprimer 832 postes avant fusion avec NCNuméricable » (Les Echos, 8 septembre 2006).

2. Télévisions

- France 24 : des valeurs et des cibles. France 24 (ex CFII), la chaîne française d’information internationale, pilotée par l’ancien publicitaire Alain de Pouzhilac, se dote et se fend dans Le Monde du 11 octobre 2006 « d’une charte fixant ses "valeurs " » [5]. Et dans son dossier de presse http://www.france24.com/dpresse.pdf présente ses « cibles » (sic) : « les leaders d’opinion traditionnels », « les nouveaux leaders d’opinion », « les étudiants ». F24 commencera à émettre dès le 6 décembre sur Internet, « sans publicité nationale » mais - ouf - avec autorisation de recourir à la « publicité transnationale » (Le Monde, 17 octobre 2006).

- France Antilles démetropolise son patronyme pour sa télévision. L’ex-France Antilles est devenue Groupe Hersant Media et lance le 24 octobre 2006 Paris Cap’, une chaîne parisienne diffusée sur UPC-Noos. Les Echos (20 octobre 2006) indiquent que « Paris Cap est une pièce importante du réseau [...] Mais le gros morceau sera la chaîne de télévision numérique terrestre en Ile-de-France ». Le groupe (651 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2005) est « déjà présent dans la télévision locale à Grenoble, Troyes et Strasbourg, et devrait s’implanter à Nîmes et Orléans avant la fin de l’année », précise par ailleurs Stratégies Newsletter (3 octobre 2006).

- France-Soir veut sa chaîne. France-Soir « s’apprête à déposer un dossier de candidature auprès du CSA dans le cadre de l’appel d’offres pour une chaîne locale en Ile-de-France » (Newsletter de CB News, 6 octobre 2006). Le Parisien y a renoncé.

- RFO (Réseau France Outremer) en difficulté. « Le groupe RFO demande à être recapitalisé  » Il « supporte des coûts fixes très élevés », et « négocie avec l’Etat dans le cadre du contrat d’objectifs et de moyens de France Télévisions ». (Les Echos, 16 octobre 2006).

- Salaires, emploi, grèves. Quelques problèmes de « ressources humaines », comme dit le jargon.

- Après 2009, la « pyramide des âges » du groupe France Télévisions « entraînera la multiplication par trois du nombre de départs à la retraite » (Les Echos, 17 octobre 2006). Le directeur des ressources humaines « estime que cette mesure concernerait 400 personnes de plus de 60 ans au 31 décembre 2006, puis 600 personnes au 31 décembre 2007.  »
- Parmi les « nombreux » chantiers de Bertrand Meheut, président du nouvel ensemble CanalPlus-TPS : une concertation « avec les représentants des personnels ». Elle démarrera à la date de la fusion (le 30 novembre) - et menace d’être brutale si l’on en croit le discours du président « dicté par des considérations financières mais stratégiques pour le long terme » : « Nous disposons donc d’un potentiel de créations de postes [...]. Toutefois, il y aura des doublons et nous les traiterons avec les syndicats. » (Les Echos, 12 octobre 2006). Question « doublons », les relations avec les chaînes thématiques pourraient se durcir : « Nous ne pouvons reprendre que celles qui intéressent nos clients ».

3. Radios

- Peur sur les ondes. Nous y voilà : « Les radios redoutent le choc de l’ouverture des écrans télé à la grande distribution » (Le Monde, 10 octobre 2006), prévoyant une baisse de près de 10 % du chiffre d’affaires des principales stations, dont les grandes enseignes sont le premier client.

- France Bleu broie du noir pendant sa semaine blanche. Nouvelle grève à France Bleu « les journalistes des 41 rédactions locales du réseau France Bleu ont entamé hier une grève partielle d’une semaine "pour lutter contre la réduction des moyens et contre la précarité dans les rédactions" » (Libération, 17 octobre 2006). L’intersyndicale de Radio France a appelé les journalistes du réseau « à ne plus envoyer leurs reportages pour les antennes nationales toute cette semaine. Baptisée "semaine blanche" » (Newsletter de CB News ,17 octobre 2006).

4. Presse quotidienne

- OJD, morne plaine. Diffusion payée en France, quotidiens nationaux, par l’OJD... C’est Waterloo. Nous sommes 60 millions en France, L’Équipe écoule une moyenne de 351.852 exemplaires par jour en 2005-2006 - elle est en tête. Sinon, Le Figaro écoule 321.490 (- 1,6 %), Le Monde 313.977 (- 3,2 %), Les Échos 117.766 (+ 1,3 %), Aujourd’hui en France 164.44 (+ 6,7%) , Libération 134.593 (- 0,1%), La Croix 95.191 (- 1,2 %), La Tribune 78.363 et L’Humanité , 52.763 (+ 6,5%), égraine La Tribune 20 septembre 2006, qui d’ailleurs n’a pas daigné préciser s’il elle progressait ou pas. France-Soir n’a pas osé figurer dans le classement. Les gratuits les narguent ailleurs, et la PQR est à prendre en compte (Le Parisien fait 344 000 et Ouest-France 780 000).

- Colombani contre les journalistes du Monde . Un petit bras d’honneur de Colombani. Contre l’avis de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) qui a voté contre à 54 % ainsi que 85 % du personnel de Télérama et en dépit de toute logique comptable (un endettement de - 140 millions d’euros en cinq ans), Le Monde de Colombani, passe outre, et achète Le Midi Libre, La Provence et Nice-Matin. « Un vrai miracle provençal » ironise Marianne du 7 octobre 2006. ... Le même Colombani a refusé de séparer le poste de directeur du quotidien de celui de directeur du groupe, comme le réclamait aussi la SRM. 

5. Presse magazine

- La survie de Politis coûte un million. Politis, placé en redressement judiciaire depuis le 8 août, a 10 000 abonnés, vend 3 000 numéro en kiosque, cherche 1 million d’euros (Stratégies Newsletter, 9 octobre 2006), « a recueilli 415 000 euros et discute avec de "gros souscripteurs" » (Libération, 19 octobre 2006).

-  L’Express offre un peu de sa soupe aux étudiants. L’Etudiant, est la filiale du groupe L’Express-L’Expansion. Pour relancer et remplir son mensuel gratuit Transfac, il ajoutera à partir du numéro d’octobre 2006, 16 pages reprenant des articles de L’Express (Newsletter de CB News, 3 octobre 2006).

- Emap devient Mondadori. Les services de la concurrence de Bruxelles ont - sans trop se torturer - autorisé le rachat d’Emap France par Mondadori, le phénoménal groupe de presse de Berlusconi.

- Un nouveau féminin. C’est vrai que cela manque... En lançant Jasmin, Axel Ganz de Prisma « vient chasser sur les terres de Elle » (Les Echos, 20 octobre 2006). On lui souhaite de bonnes recettes publicitaires...

6. Presse gratuite

-  Metro a des projets avec TF1. Metro, « distribué à 880.000 exemplaires », a lancé une nouvelle formule « plus rythmée, plus colorée » et faisant davantage de « place à la photo » (Les Echos, 10 octobre 2006). Il entend également lancer en 2007 un quotidien sportif gratuit ; le projet est soutenu et accompagné par son gros actionnaire (34%) : TF1. Enfin, Metro se montre sur ondes désormais par « partenariat éditorial » avec RTL (Berterlsmann) - CB News du 9 octobre 2006.

-  20 Minutes, arroseur arrosé. 20 Minutes (groupe Schibsted-Ouest France) a voulu narguer son monde, en annonçant « plancher » sur un hebdomadaire économique gratuit répondant au nom de « Rien n’est gratuit ». Il ne croyait pas si bien dire, ayant annulé ce projet jugé trop risqué « en raison de l’atonie du marché publicitaire », qui dicte la loi (Les Echos du 16 octobre 2006).

- Bolloré, un gratuit et demi. Le financier Bolloré possède déjà un gratuit, Direct Soir, mais sa passion du journalisme devient dévorante. Il projette un quotidien gratuit avec Le Monde selon Presse News du 5 octobre 2006. Il devait débarquer le 6 novembre à 350 000 exemplaires à Paris et en Ile-de-France, mais pourrait être retardé (toujours selon Presse News, mais du 19 octobre 2006), car, sans rire, Le Monde craint pour son image de « journal de référence  », Bolloré « souhaitant un journal populaire  ». « Celui-ci devrait » néanmoins « voir le jour à la fin de l’année, après de nouveaux ajustements (sic) et intégrer le réseau Ville Plus début 2007. » (Les Echos du 23 octobre).

Et pour finir...

- Un métier de rêve, un métier précaire. 30 % de journalistes encartés (36 500) de presse supplémentaires par rapport à 1990 et une précarité galopante (6889 pigistes). Mais « les jeunes n’ont jamais été aussi nombreux à se presser au concours d’entrée des grandes écoles de journalisme  » (Le Monde du 14 octobre 2006).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Ils faisaient certes déjà parti du lobby «  consortium de TV sur mobile, DTV Alliance, en compagnie d’Intel et Microsoft »

[2L’arrivée de ce dernier est attendue avec « inquiétude chez les salariés d’HFM et ceux d’Interdeco », («  de pied ferme ») selon Le Monde du 26 septembre 2006), « le 21 septembre 2006, ils étaient, au siège du groupe, pour assister à une assemblée générale : " La direction du groupe Lagardère ne nous a toujours pas communiqué directement les objectifs et les conséquences de la fusion annoncée avec Lagardère Active ", indique le texte « d’une motion qui trahit leurs interrogations  »

[3« l’espace publicitaire du Monde sera commercialisé par Lagardère Active Publicité (LAP) à partir du 1er janvier 2007 » (Stratégies Newsletter du 3 octobre 2006) : « Les équipes du Monde Publicité rejoindront celles de la régie de Lagardère, nouvel opérateur commercial du titre, début 2007, rue du Colisée à Paris »

[4A noter que ces exercices ne manquent pas de faire débat toutefois, notamment sur les colossaux « droits sportifs » lesquels, pour des questions territoriales, font « face aux nouveaux médias  », (Les Echos, 20 octobre 2006)

[5« " l’honnêteté ", " l’indépendance ", " la rigueur ", " le respect ", " l’écoute ", " l’esprit d’équipe ", " l’humilité ", " la modernité " et " l’exigence " »

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »