Accueil > Critiques > (...) > Le Monde persévère... (2002-2004)

L’Acrimédiateur du Monde se penche sur Le Monde 2 et sur un titre trompeur

Deux lettres de correspondants du Monde adressées à son médiateur et rendues publiques par Acrimed : sur la vente forcée du Monde2, sur un titre qui masque une discrimination raciale.

Robert Solé, médiateur du Monde, ne peut pas répondre à tous ses correspondants. Nombre d’entre eux (la plupart ?) reçoivent une réponse courtoise. D’autres ne bénéficient même pas de cet égard, et sont privés de toute réponse publique ou privée [1].

De surcroît, le médiateur, qui ne dispose que d’une surface limitée, pour une chronique (pas toujours) hebdomadaire, effectue une sélection drastique parmi les interpellations susceptibles de donner lieu à publication.

Acrimed a donc décidé d’aider Robert Solé en publiant une partie de la correspondance qui lui est adressée et qui nous est transmise (à l’adresse d’ Acrimed). Mais des lettres avec lesquelles nous sommes (à peu près) d’accord, bien sûr ! Car l’acrimédiateur n’entend pas usurper le titre de médiateur.

Le Monde2 en " vente forcée ". "17 Janvier 2004, Le Monde 2 est " en vente forcée " depuis cet après-midi. Il " s’invitera chaque semaine chez vous " (sic) déclare son directeur. Ma curiosité n’a pas réussi à neutraliser ma colère devant le refus de mon marchand de journaux de me délivrer mon quotidien à son tarif habituel de 1,20 euros. "Ecrivez ! m’a-t-il dit, vous n’êtes pas le seul"... J’ai, tristement rendu mon journal ... et acheté le dernier numéro de Libération qui restait. Il y avait un jeune homme qui faisait une enquête pour Le Monde et j’ai accepté de lui répondre, mais pas une seule question sur l’aventure du Monde 2... Samedi soir vers 20 heures, un peu désemparé, je suis redescendu pour apprendre que nous étions 7 à avoir refusé de payer Le Monde du week-end au " prix de lancement " de 2 euros. Vous considérerez certainement que c’est beaucoup, alors, s’il vous plait, ne nous obligez pas à acheter ce qui ne nous intéresse pas."

Jean-Louis Jacques
(Courriel adressé au médiateur du Monde, le 17 janvier 204),

Sans commentaires. " Il me semble que Le Monde du 10 janvier mélangeait un peu trop l’information et le commentaire. ", déclarait Robert Solé dans sa chronique du 18 janvier, à propos des articles (manifestement hostiles) consacrées aux " peines minimales " préconisées par Sarkozy. Il a dû être rassuré par l’article publié le mercredi 14 janvier 2004, p.32 sous le titre " Le personnel naviguant d’Air France soumis à un "circuit spécifique" d’entrée aux Etat-Unis ". Un titre apparemment strictement informatif, mais qui " masque un fait gravissime ", selon un correspondant : " l’instauration d’une discrimination raciale pour laquelle des mots existent, comme par exemple, le mot "apartheid". Les blancs d’un coté, les bronzés de l’autre. "

De quoi s’agit il ? L’article le précise : " Selon le journal L’Humanité, qui reproduit dans son édition du mardi 13 janvier le fac-simile de cette circulaire, le personnel originaire de dix pays sont désormais soumis à des procédures spécifiques. Il s’agit des Français nés en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Libye, au Liban, en Syrie, en Irak, en Iran, en Indonésie et en Egypte. "

Le "circuit spécifique" concerne donc, s’agissant des Français, une partie du personnel d’Air France "sélectionnée" en fonction de son lieu de naissance.

Parler, dans le titre même, au moins d’une " discrimination xénophobe ", était-ce quitter le terrain de l’information ? Notre correspondant (qui est d’abord celui de Robert Solé) n’est manifestement pas convaincu (et nous non plus...) : " Edulcorer le contenu d’un titre sur des faits gravissimes est INADMISSIBLE . " Et de relever une " deuxième omission et imprécision " : " la mesure incriminée ne concerne pas seulement Air France, mais toutes les compagnies aériennes, ce que les journalistes ne semblent pas avoir vérifié, ni indiqué dans le titre. Les journalistes ne semblent pas être allés au bout de leur enquête. " Certains lecteurs du Monde sont décidément très exigeants...

(D’après un courriel adressé par Jean-Noël Montagné.)

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Ainsi quand on interroge le médiateur sur des imputations d’antisémitisme ou quand on s’adresse à lui au sujet du " charcutage "... " déontologique " de certains propos. Lire : " Deux lettres sans écho de Serge Halimi au médiateur du Monde " ou " Les tripatouillages du Monde contre Acrimed ... et l’Observatoire français des médias "

A la une

Enquête du Monde sur les violences policières : allô les confrères ?

Comment une enquête de qualité sur les violences policières contraste avec le pire du journalisme de préfecture.

Google et compagnie : main basse sur l’information

Retour sur les nouvelles formes de collusion entre géants du numérique et médias.

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.