Accueil > Critiques > (...) > Les combats de quelques radios

Justice rendue en faveur de Radio Gazelle

Nous publions ci-dessous un communiqué de presse de Radio Gazelle et de son comité de soutien (Acrimed)

Après le processus de renouvellement des autorisations commencé le 27 mars 2007 et qui s’est conclu par la disparition de Radio Gazelle le 7 février dernier et son remplacement par France Maghreb 2, les responsables de Radio Gazelle, soutenus par 65.000 pétitionnaires et par la plupart des élus de la cité phocéenne, ont formé un référé suspension devant le Conseil d’Etat.

Le juge des référés au Conseil d’Etat a reçu et entendu contradictoirement les représentants de Radio Gazelle et ceux du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

À l’issue de cette audience, estimant qu’il y avait urgence, que Radio Gazelle était fondée à ester en justice, qu’il y avait un doute sérieux quant à la légalité de la décision du CSA, notamment au regard de l’article 29 de la loi du 30 septembre 1986 et sa partie concernant la part significative de fréquences à réserver aux radios associatives, le Conseil d’Etat a validé globalement la démarche des représentants de Radio Gazelle et :

- 1/ ordonné la suspension de la décision du CSA rejetant la candidature de Radio Gazelle ;
- 2/ demandé au CSA de réexaminer la candidature de Radio Gazelle dans un délai de quinze jours à compter de la notification de l’ordonnance ;
- 3/ condamné le CSA à verser la somme de 2.000 euros à Radio Gazelle au titre de l’article L761-1 du code de justice administrative.

Radio Gazelle se prépare donc à retourner sur les ondes marseillaises.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

« Vous avez la parole » sur France 2 : les cheminots sur le grill

Haro sur les régimes spéciaux dans l’émission de débat de France 2.

La grève du 5 décembre au 20h de France 2 : quatre jours de propagande

Misère de l’information sociale sur le service public.