Accueil > Critiques > (...) > Le journalisme précaire

Journalistes en solde (suite)

Résumé du chapitre précédent. Une offre d’emploi, parue dans la " Bourse de l’emploi " hébergée par Télérama et gérée par Bale.fr, et publiée par le Groupement des éditeurs de services en ligne (Geste) propose, sous forme d’un stage rémunéré à 30% du Smic, un travail à plein temps de journaliste professionnel (lire Journalistes en solde !). Voici quelques réponses éclairantes à quelques protestations : Journaliste à 30% du Smic ? Circulez, y a rien à voir…

Le GESTE de s’en laver les mains

- J’ai reçu une réponse de GESTE, que voici

From : "Laure..." ...@... [1]
To : "Michel D. (…)
Subject : Re : Journaliste au rabais
Date : Wed, 24 Sep 2003 09:53:00 +0200

Bonjour,

Il doit y avoir une erreur : cette annonce ne nous concerne en rien et nous ne connaissons pas la société S... [1]. Pourriez-vous me préciser où vous avez trouvé cette annonce et en quoi notre association était citée ?

Cordialement,

Laure... [1]

- J’ai répondu :

Bonjour,

Ah bon ? Cette annonce ne vous concerne en rien ? Comment se fait-il alors que je l’ai trouvée sur le site de la Bourse à l’emploi de Télérama ? Et qu’en bas de la page où figure l’annonce, se trouve un lien "charte déontologique" qui renvoie à la charte déontologique de votre association ?
Merci de me dire s’il n’y a vraiment aucun lien entre ce site de petites annonces et le Geste.

Michel D.

- Le Geste répond

From : "Laure..." ...@... [1]
To : "Michel D.
Subject : Re : Journaliste au rabais
Date : Fri, 26 Sep 2003 12:54:46 +0200

Bonjour,

Il m’était difficile de comprendre, ne sachant pas sur quel site était publiée cette annonce, je ne voyais donc pas de lien entre l’annonce dont vous parliez et nous, cette société S... [1] n’étant pas membre de notre association.

Le Geste est effectivement une association qui regroupe des éditeurs, dont Télérama, et c’est à ce titre que le magazine a mis sur son site la charte déontologique des membres du Geste.

L’annonce que vous citez n’est pas une offre d’emploi mais une offre de stage pour une durée de trois mois. Si cette annonce vous choque, je vous recommande de vous retourner vers le site d’annonces, qui a la responsabilité éditoriale des annonces parues, et de le leur signaler. A eux de juger si cette annonce est conforme ou non à la législation sur les stages.

Cordialement,

Laure... [1]

- Michel D. répond au Geste

Bonjour,

Merci d’avoir pris la peine de me répondre. J’ai, bien entendu, écrit à Télérama et je n’ai pas eu de réponse à ce jour. Si je comprends bien, cette charte, qui vous est commune, est juste là pour faire joli. Et si je comprends toujours bien, ce genre d’annonces, qui se multiplient, ne vous choque pas puisque vous osez dire qu’il s’agit d’un stage (payé 30 % du SMIC je vous le rappelle) après le descriptif du poste et des qualités requises.

Recevez mes salutations distinguées

Michel D.

Le cri de révolte du webmestre de S...[1]

Un autre correspondant nous écrit :

- Suite à la lecture de votre article sur l’annonce de stage de S... [1], je leur ai également écrit : 

Bonjour,

Excusez-moi, mais je ne peux m’empêcher de sursauter quand je lis votre annonce. Cela ne vous gênes-t-il pas de proposer des stages à rémunération aussi misérable, qui plus est pour un stage qui a toutes les exigences d’un véritable emploi ! C’est tout simplement scandaleux.

Cordialement.

Julien B.

- Voici la réponse : 

Scandaleux comme l’est votre faute (gênes, la ville ?), cher "yadla haine".

cdlt, Le webmestre.

Conclusion : Pour l’employé modèle (et fortiche en orthographe…), seule une haine moralement répréhensible peut inspirer la révolte contre l’exploitation… moralement compréhensible.

A suivre…

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Anonymisé par Acrimed.

A la une

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.

Dupont de Ligonnès : à France Info, le fait divers était presque parfait

La triste fin d’un fait divers cuisiné aux petits oignons.