Accueil > Critiques > (...) > « Indépendance » ? Liberté sous conditions...

Journaliste ou suspect, à la gueule du client (communiqué du SNJ)

Nous publions un communiqué du Syndicat national des journalistes (SNJ), et exprimons notre soutien à Nadir Dendoune (Acrimed).

Notre confrère Nadir Dendoune, journaliste, écrivain et documentariste, a été victime de délit de faciès au tribunal de Bobigny, alors qu’il suivait la semaine dernière, pour Le Courrier de l’Atlas, un procès à la Cour d’Assises de Bobigny.

Alors que les autres journalistes circulaient sans entrave et s’installaient sur les bancs de la presse, Nadir Dendoune a été le seul à avoir dû présenter sa carte de presse, à la demande d’un policier. Comment interpréter autrement que comme un contrôle au faciès cette vérification de qualité ? Le SNJ, premier syndicat de la profession, proteste contre la persistance de ces contrôles discriminatoires, à l’encontre des journalistes comme des citoyens.

Reflet du racisme ordinaire qui ronge la société, nombre de nos confrères d’origine maghrébine se plaignent quotidiennement et à juste titre de leur vécu de journalistes suspects au yeux de leurs concitoyens et de la police. Le SNJ rappelle que la « lutte contre le “délit de faciès” dans les contrôles d’identité » était l’un des 60 engagements de la campagne de François Hollande. Il étudie, avec son confrère, les suites à donner à cette affaire.

Paris, le 19 Janvier 2016

Source : site du SNJ

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.

Dupont de Ligonnès : à France Info, le fait divers était presque parfait

La triste fin d’un fait divers cuisiné aux petits oignons.