Accueil > Critiques > (...) > Formations au journalisme

Immersion dans le Centre de formation des journalistes

par Elodie Gabillard,

« Les petits soldats du journalisme » [1] continuent de marcher au pas. C’est en tous cas ce qu’il ressort du documentaire « En Formation » : une immersion, le temps d’une année scolaire, dans une promotion du Centre de formation des journalistes (CFJ). Sélectionné au festival « Filmer le Travail » de Poitiers, le film a obtenu le prix du public. Entretien avec les réalisateurs Julien Meunier et Sébastien Magnier.


Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce film ? Quel rapport entretenez-vous aux médias ?


Sébastien Magnier : Petit, je me souviens avoir voulu être journaliste, sans trop savoir ce que c’était. J’ai toujours regardé les informations ; aujourd’hui je lis plutôt les journaux, j’écoute la radio, tout cela m’intéresse. En tant qu’usager des médias, j’ai aussi développé un regard critique. À la fac, j’avais un professeur qui contribuait à Acrimed et je regardais l’émission de Daniel Schneidermann, Arrêt sur images. À force d’écouter la radio, j’ai commencé à me poser des questions : les journalistes racontaient tous la même chose, parlaient tous de la même manière. Ils semblaient former un corps, sans individualité. J’ai voulu savoir comment ils étaient formés.

Julien Meunier : Je me souviens que lorsque Sébastien m’en a parlé, c’était il y a cinq ou six ans, à un moment où je me posais pas mal de questions sur les canaux de l’information. De plus en plus de citoyens se mettaient, via les réseaux sociaux, à produire de l’information. J’étais curieux de savoir ce qu’une école répondait à cela : si, d’un côté, il y a des professionnels que l’on est censé croire, que penser de ce phénomène nouveau qui pousse les citoyens à faire un travail de journaliste ? Quelle est la différence entre un journaliste formé au CFJ et un individu lambda qui, chez lui, avec son téléphone portable, raconte ce qui se passe au coin de sa rue, va faire un petit micro-trottoir et mettre ça sur Youtube ? Je me disais qu’il y aurait quelque chose de l’ordre d’une définition du journalisme qui allait se donner dans les cours du CFJ. Par ailleurs, je savais qu’il y avait des studios de télé et de radio dans lesquels des jeunes allaient se mettre en scène, imiter ce qu’ils s’imaginent du métier de journaliste. Dès lors, on a su qu’on pourrait faire un film, qu’il y aurait une matière cinématographique, quelque chose de l’ordre de l’image qui parle d’elle-même.


Comment avez-vous choisi l’école ?


S. M. : Le CFJ compte parmi les écoles les plus réputées - une des 14 écoles reconnues par la profession - et puis, c’est à Paris, là où Julien et moi habitons. C’est donc la première école que nous avons démarchée et ils ont immédiatement accepté.

J. M. : Nous nous sommes présentés très simplement, en expliquant notre intérêt pour l’école, la formation des journalistes, notre envie de faire un film. Nous nous sommes rendu compte que ça n’avait jamais été fait, notamment dans le documentaire de création. Nous pensions que c’était un lieu secret, que nous mettrions des mois à percer. Pas du tout. Ils nous ont ouvert grand les portes de l’école.


Est-ce que vous vous êtes lancés dans ce film en vous disant que vous alliez « filmer l’ennemi ? »


J. M. : C’est une question vraiment compliquée parce qu’en tant que citoyens, les pratiques journalistiques majoritaires ne nous conviennent pas. Mais, en tant que documentaristes, très naturellement, il y a eu la volonté d’ouvrir le regard, de se laisser la possibilité de rencontrer autre chose que ce qu’on imaginait. Donc en pratique, on ne les a pas abordés comme des ennemis. Mais ça n’empêche pas le regard critique, avant, pendant et après, au montage, lorsqu’on reconstruit notre regard.

S. M. : En allant filmer ces gens, il ne s’agissait pas de les juger. Nous avons adopté un point de vue de témoin. Je me souviens que beaucoup d’élèves étaient méfiants et nous demandaient pour qui on travaillait. Quant à la direction du CFJ, elle nous a dit : « On fait le même métier ! » Je pense qu’ils se sont dit que ça pouvait leur faire un peu de publicité. C’est une école privée qui fonctionne avec des donations et les frais de scolarité des étudiants et des étudiantes…

J. M. : Nous même, nous étions surpris d’un tel accueil. Rien ne nous a été caché. De la part de l’école, il y avait vraiment une volonté de respecter notre travail. Nous avons pu, dès le début du tournage, filmer le concours d’entrée et les délibérations du jury, ce qui n’est pas anodin. Donc au moment de la rencontre, la question de l’ennemi ne se pose pas, ni même vraiment plus tard. Mais cela ne nous empêche pas de nous inscrire en faux. Surtout au montage, parce que notre pratique de documentaristes se confronte à la pratique journalistique. Nous sommes quasiment à l’opposé de la pratique journalistique majoritaire. Cela nous a obligés aussi à réaffirmer nos pratiques de documentaristes.

S. M. : Nous avons voulu marquer la différence entre le regard du journaliste et celui du documentariste ; s’inscrire contre la pratique, mais pas contre les gens. Nous restions longtemps au même endroit, laissions tourner la caméra, refusant de construire des personnages.

J. M. : C’est peut-être aussi la différence entre une démarche de journalistes et une démarche de documentaristes. Nous aurions été journalistes, nous aurions recueilli l’information, posé des questions, mené l’enquête. En tant que documentaristes, il nous faut quelque chose du cinéma qui nous excite ou qui nous interpelle pour pouvoir en faire un film.


Ce qui m’a frappée dans votre film, c’est que ce que vous avez choisi de nous montrer s’apparente plus à une formation théâtrale qu’à une formation de journalistes. À les entendre sans cesse répéter leurs textes, corriger leurs intonations, on finit par se demander si on n’est pas au Cours Florent. Tout semble privilégier la forme au fond : même les rares livres que l’on aperçoit servent de pieds de table ! À aucun moment, nous ne voyons les étudiants et étudiantes effectuer un travail de terrain : être à la source de l’information, réaliser des entretiens, se documenter, enquêter. Pourquoi ce choix ?


S. M. : Nous n’avons pas répondu à un désir d’exhaustivité... Mais s’ils font un travail d’enquête, on ne l’a pas vu.

J. M. : Nous n’avons, justement, pas fait un travail de journaliste. Nous sommes allés uniquement là où nous voulions. Néanmoins, il nous semble qu’il n’y a pas de cours sur l’histoire du journalisme, sur l’éthique. Mais cela paraît tellement extraordinaire aux spectateurs du film que je deviens de moins en moins affirmatif et me demande si on n’est pas passé à côté ! C’est toujours le format qui est travaillé : le format du micro-trottoir, le format du reportage. Au fond, ce que je pense, c’est que le CFJ forme les jeunes au monde du travail. Et la réalité du monde du travail, ce n’est pas l’enquête. D’ailleurs, les deux conférences auxquelles nous avons assisté, c’était : « Comment devenir son propre employeur et fabriquer son propre média. » C’est vraiment des questions « Pôle Emploi »...

S. M. : Je me souviens que lorsque les élèves arrivaient le matin, ils ou elles faisaient une conférence de rédaction mais je ne les ai jamais vu réaliser un travail d’enquête ou d’investigation. Les élèves partaient donc faire un sujet sur un thème, prédéterminé par l’actualité. Ils allaient faire semblant, et poser les mêmes questions que tel ou tel journaliste lors de tel ou tel événement. Il n’y avait pas d’enquête.

J. M. : Ce qui est révélateur c’est que quand ils revenaient avec leur sujet, les élèves n’étaient jamais notés sur la qualité de l’information, mais toujours sur la forme : il fallait que ça fasse tant de minutes, que l’exposition arrive au début, que les images accompagnent bien le texte, que de temps en temps il y ait une prise de parole qui rythme l’article. Ils sont là pour apprendre l’écriture journalistique, le fond n’a aucune importance. Que ce soit un salon du chocolat, la semaine de la mode ou un accident nucléaire, c’est identique.

Pendant les repérages, dans un couloir, nous avons vu plusieurs élèves effectuant des allées et venues en récitant leur brève. Effectivement, ils auraient pu passer pour des acteurs qui répètent leur texte. Nous, immédiatement, cela nous a fait penser à une secte. La scène était vraiment étonnante, et très cinématographique. À ce moment-là, nous avons compris qu’il se passait quelque chose à l’image, qu’un journaliste débutant n’avait pas la même prosodie qu’un étudiant de deuxième année et que cela allait s’entendre. Nous avons compris que leur corps et leur voix seraient des outils cinématographiques pour comprendre les questions de formats, d’écriture, de pratiques journalistiques et d’intégration de ces pratiques professionnelles. Quasiment tout ce qui nous intéressait dans la question de l’information se retrouvait résumé dans ces images d’un corps ou d’un visage face à un micro.

S. M. : C’est frappant chez l’étudiant qui doit réciter sa brève sur les migrants morts en Méditerranée. Il avait une énergie incroyable, il était hyper tendu, très stressé, il avait envie de faire du mieux possible. Et pourtant, la répétition dilue complètement le drame qui se joue. On assiste à une perte de sens et à une distanciation par rapport à la réalité. Pourtant, il avait commencé en disant « le sujet m’intimide ».

J. M. : Ce qui semble paradoxal c’est que l’école a conscience de cela. Elle prétend chercher les individualités, et surtout pas un journaliste lambda. Des intervenants sont payés pour leur apprendre à respirer et sortir de cette caricature de voix journalistique. C’est comme si l’école refusait ce formatage tout en le produisant. Il faut entrer dans le moule pour trouver du travail. Il n’est pas question de ne former que des marginaux et en même temps, il y a un souci d’essayer d’en faire autre chose que des robots.

S. M. : Oui, c’est assez maigre comme solution, ça n’est jamais remis en question par l’école, il n’y a pas de volonté...

J. M. : Il n’y a pas le temps, puisque toutes les demi-heures, tu dois rédiger un papier d’une minute trente. Ils n’ont pas le temps de penser...


Votre film se construit à travers une succession de plans où les étudiants et les étudiantes semblent complètement interchangeables : la caméra se pose dans un coin du studio et les sujets défilent, ce qui donne une impression de fabrication en série.... Combien de promotions avez-vous filmées ? Pendant combien de temps ?


S. M. : Nous sommes restés un an et avons filmé de mai 2015 à juillet 2016. On a suivi trois promotions, même si c’est surtout la première année qui apparaît à l’écran. Quant aux élèves, nous n’avions pas envie de les identifier pour justement ne pas construire des personnages.

J. M. : Nous ne voulions pas entrer dans une narration linéaire, ni dans une psychologie ou une sociologie des futurs journalistes. On focalise – ce qui veut dire exclure beaucoup de choses – sur la pratique. Nous avons décidé de ne regarder que ce qu’ils font et non pas qui ils sont.


Votre film est presque un huis-clos. Le seul moment hors de l’école a lieu juste après les attentats du Bataclan et là encore, les journalistes sont tellement concentrés au même endroit qu’ils donnent l’impression d’être enfermés dehors. Était-ce pour vous une manière de dénoncer un entre-soi ?


S. M. : Nous les avons filmés à l’extérieur à d’autres moments mais, avec cette séquence, nous voulions marquer la différence entre la manière dont ils travaillent à l’école et la confrontation avec le réel.

J. M. : Avec la séquence du Bataclan, c’est la première fois dans le film qu’ils sortent. Il y a une confrontation avec le réel parce qu’on les sent perdus, c’est compliqué pour eux de se retrouver face aux gens, etc. Mais il y a quand même quelque chose de l’entre-soi aussi parce qu’autour d’eux, il y a des journalistes. Ils sont tous au même endroit, c’est un éclairage de plateau et on sent bien que tout le monde fait le même reportage au même moment. Il y a effectivement quelque chose du monde journalistique qui les suit dehors.

Il y avait une séquence qu’on aimait bien, dans laquelle les élèves sortaient dans la rue pour travailler le duplex. C’était au moment de l’attentat de Charm el-Cheikh : ils sont dehors et miment, micro en main, un duplex. Sauf qu’ils sont rue du Louvre à Paris. On les entend dire : « Derrière moi, les Égyptiens, la plage, les touristes russes qui partent. » Et on voit le marché du quartier, une classe d’enfants qui passe ! Cette séquence racontait vraiment comment, même hors de l’école, ils sont dans leur bulle et jamais dans le réel. Nous avons enlevé la séquence pour des raisons de structure et de narration, mais je pense qu’on en trouve un écho dans celle du Bataclan, même s’il s’agissait surtout ici de montrer la rupture. En témoigne cette étudiante qui, devant les lieux de l’attentat, suggère d’interviewer des enfants. Sa proposition peut choquer, mais elle montre bien que dehors, ils sont perdus, ils sont déconnectés.

En fait, nous sommes face à un miroir déformant de notre pratique qui consiste à rencontrer le réel : pour eux, le scénario est déjà écrit, ils savent ce qu’ils veulent, ce qu’ils cherchent. Bizarrement, le réel n’est pas leur sujet. On le voit bien avec, par exemple, l’importance donnée par les intervenants à l’idée de raconter une histoire, de capter l’attention à travers un storytelling permanent. Ils travaillent principalement sur des tech-niques de récit et des formats préétablis. Et quand la singularité du réel devient incontournable, ils ne savent plus quoi en faire.


Pendant une heure, nous voyons ces étudiants et étudiantes défiler, se comporter « en bons petits soldats » pour reprendre l’expression de François Ruffin. Et arrive la dernière séquence, qui sonne un peu comme une mutinerie : soudain émergent des questionnements extrêmement intéressants et même des prises de parole touchantes. Je pense à cet étudiant qui dit : « Je suis venu dans une école de journaliste en pensant faire de l’information et je me retrouve à faire de l’émotion. » Mais quid des enseignants ?


S. M. : La séquence de fin, ce moment où les étudiants échangent autour de leurs pratiques, ce n’était pas prévu, ce n’est pas organisé par l’école. C’est le seul moment où nous sommes un peu intervenus parce que beaucoup d’élèves étaient chamboulés et s’interrogeaient par rapport à leur manière de faire. Ça nous paraissait important de créer un moment qui puisse faire émerger ces discussions.

J. M. : L’école avait évidemment conscience de la difficulté de la situation. Leur réponse consistait à dire : « Nous sommes là pour vous écouter si vous avez des problèmes. » Donc on savait qu’il y aurait des moments de discussion, mais de manière informelle et individuelle. C’est pour cela que nous avons proposé ce temps collectif. Les intervenants ne sont pas dans le montage parce que, s’ils étaient présents, ils et elles ont eu l’intelligence de ne pas phagocyter la parole, de laisser les étudiants et les étudiantes s’exprimer. Cela a seulement été rehaussé au montage pour les faire disparaître un peu plus.

S. M. : Et puis, cette séquence, c’était aussi l’occasion de donner la parole aux étudiants. Jusqu’ici, ils faisaient les exercices sans poser de questions. Avec le Bataclan, il y a eu rupture. Certains se seront fait eux-mêmes interviewer parce qu’ils avaient un ami à l’hôpital et se seront retrouvés devant des journalistes très insistants ; d’autres auront eu tout un week-end pour regarder la télévision, observer les pratiques de leurs aînés et les confronter avec leurs propres pratiques. Tout d’un coup, ils et elles se posent des questions. Et une parole qui n’existait pas avant, apparaît. Maintenant, on ne dit pas que cette pratique journalistique va changer : on travaille un doute, tout est possible... Ils restent deux ans à l’école et après, ils ont toute une vie de journaliste dans différentes rédactions qui font que... rien n’est écrit !


Avez-vous projeté votre film au CFJ ?


Le montage du film s’est terminé en décembre 2019 et en raison de la situation sanitaire, ça n’a pas encore été possible. Mais nous avons très envie de montrer ce film, d’en discuter, de poser et répondre aux questions. Nous croyons vraiment que ça peut donner lieu à des discussions profitables pour tout le monde. C’est presque quelque chose que nous souhaitons rendre à l’école qui nous a si bien accueillis, ce moment où deux pratiques se croisent et se rencontrent.


Sortie en salles prévue à l’automne 2021.


Propos recueillis et transcrits par Élodie Gabillard


Les réalisateurs :

Julien Meunier est diplômé de la faculté de cinéma Censier Paris III Sorbonne Nouvelle, où il rencontre Sébastien Magnier. Il part ensuite étudier la bande dessinée à Angoulême puis revient au cinéma par le documentaire. Depuis 2008, il réalise des films et travaille toujours en co-réalisation. Il s’agit de sa première collaboration avec Sébastien Magnier.

Avec « En formation », Sébastien Magnier, également diplômé de la faculté de cinéma Censier Paris III Sorbonne Nouvelle, réalise son premier film. Il a travaillé pendant 15 ans comme documentaliste au CNC, a rejoint en 2012 la rédaction du journal du festival « Le cinéma du Réel », qui marque sa rencontre avec le documentaire de création.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Titre de l’ouvrage de François Ruffin (Les Arènes, 2003). Lire la présentation qu’en avait faite l’auteur sur le site d’Acrimed.

A la une

Une brève histoire de Jacques Attali

Portrait d’une girouette politique et intellectuelle.

Filmer la misère du journalisme politique

À propos du documentaire « Première campagne » d’Audrey Gordon (2019).

France 2 : Anti-syndicalisme primaire au 20 heures

Un communiqué du SNJ-CGT France Télévisions.