Accueil > Critiques > (...) > La presse professionnelle et spécialisée à l’encan

Groupe de presse à vendre : les médias muets

par Jean Teulière,

Le 15 septembre tombait dans toutes les rédactions une dépêche AFP indiquant que " le groupe Aprovia, ex-pôle de presse professionnelle de Vivendi Universal, a mis en vente le groupe Moniteur, l’une de ses filiales ". Information publiée discrètement le 13 septembre par Le Figaro.

" Le groupe Moniteur rassemble 18 publications, dont l’hebdomadaire Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, précise l’AFP. Il fournit également des services, comme l’organisation de congrès. (...) Employant 614 personnes, le groupe Moniteur a réalisé en 2002 un chiffre d’affaires de 121 millions d’euros, soit le quart du chiffre d’affaires d’Aprovia. (...) Premier éditeur de presse professionnelle et deuxième organisateur de salons professionnels en France, Aprovia possède aussi le GISI (Groupe Industrie Services Info, qui compte notamment L’Usine Nouvelle), ainsi que les groupes Tests (01 Informatique...) et France agricole. "

Le groupe Moniteur est l’un des premiers employeurs de la presse française. Pourtant, l’information a été superbement ignorée par les médias dits " grand public ", pourtant prompts à répercuter le moindre soubresaut du secteur... du moment que l’actualité concerne un média " généraliste " (comprendre : parisien et couvrant l’actualité politicienne).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Médias et violences policières : aux sources du « journalisme de préfecture »

Quand journalisme rime avec maintien de l’ordre social.

Quand Patrick Cohen calomniait une invitée de la matinale de France Inter

Un extrait du livre de Sabrina Ali Benali qui revient sur les intox de Patrick Cohen à son égard.

Le Pen et les médias, de Jean-Marie en 2002 à Marine en 2017

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’évolution du rapport aux médias des Le Pen (et réciproquement).