Accueil > Critiques > (...) > Internet et libertés

Frédéric Martel refuse l’asile politique à Julian Assange sur France Culture

par Laurent Dauré,

La France doit-elle accorder l’asile politique à Julian Assange, suivant une quarantaine de députés qui plaident en ce sens ? L’animateur de France Culture Frédéric Martel se propose d’arbitrer la question... en arguant de calomnies et de fausses informations ressassées par les détracteurs – et les persécuteurs – du fondateur de WikiLeaks. Un procès bouclé en trois minutes d’antenne.

Un confrère journaliste meurt à petit feu dans une geôle londonienne en attendant une possible extradition vers les États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour avoir révélé, entre autres, des crimes de guerre [1]. C’est à l’évidence le moment idéal pour le dénigrer.

Frédéric Martel désapprouve radicalement l’action de WikiLeaks et de Julian Assange. Il a tenu à le faire savoir le 14 novembre dernier dans « Soft Power », l’émission hebdomadaire qu’il produit et présente sur France Culture depuis 2006 [2], ce jour-là consacrée au thème de l’intelligence artificielle.

Réagissant à la proposition de résolution « invitant le gouvernement à accorder l’asile politique à Julian Assange » déposée par les députés Cédric Villani (désormais non inscrit) et François Ruffin (LFI), et signée par une quarantaine d’élus issus de tous les groupes parlementaires présents à l’Assemblée nationale, Frédéric Martel consacre trois minutes – sur 1h33 d’émission – au sujet.

D’emblée, l’animateur cadre étroitement le débat à propos du fondateur de WikiLeaks et fait dans le sensationnel : « Héros pour certains, traître pour d’autres ». Sauf à considérer que tout journaliste a un devoir d’allégeance à l’égard des États-Unis, le qualificatif de « traître » est absurde, a fortiori quand il est question d’un Australien travaillant en Europe. Il ne serait pas inutile de le préciser…


Le « bon » lanceur d’alerte et le « mauvais » journaliste : du procès en irresponsabilité…


Frédéric Martel s’emploie ensuite à opposer Julian Assange à Edward Snowden. Rappelant que son émission avait précédemment « défendu » l’idée d’accorder l’asile politique au second, il affirme que c’est « plutôt une erreur » de l’envisager pour le premier.

Voici pourquoi, selon lui, « il est intéressant de distinguer les deux cas » :

Autant Snowden, bien qu’il soit clairement coupable de délit, mérite me semble-t-il d’être pardonné, parce qu’il a révélé au grand jour un fonctionnement illégal massif de la NSA, et que cette faute commise par l’agence de renseignement américain est d’une certaine manière très supérieure à celle du jeune informaticien. En revanche, Assange ne me semble pas autant défendable car il n’est globalement pas acceptable en démocratie de rendre toutes les données publiques indistinctement et sans tri, surtout pas celles comprenant le nom d’agents publics qui peuvent être arrêtés ou assassinés par des forces totalitaires ou islamistes.

Ainsi va l’arbitrage d’un « grand » journaliste, qui s’octroie un pouvoir d’absolution/condamnation en reprenant à son compte l’une des calomnies les plus répandues au sujet de Julian Assange et de WikiLeaks – les documents fuités auraient été publiés en bloc, non expurgés, sans aucun égard pour les conséquences humaines [3].

Et surtout, sans rappeler que les publications de 2010 pour lesquelles Julian Assange est poursuivi par Washington – celles issues des documents transmis par la lanceuse d’alerte de l’US Army Chelsea Manning – étaient le fruit d’un partenariat entre WikiLeaks et plusieurs grands journaux internationaux : le New York Times, le Guardian, le Spiegel, Le Monde, El País.

Comme le dit Olivier Azam des Mutins de Pangée dans cette réponse à une dépêche de l’AFP, « lors des audiences d’extradition en 2020, aucun des journalistes de ces journaux n’est venu dénoncer les méthodes d’Assange. Au contraire, le journaliste américain John Goetz, qui travaillait au Spiegel au moment de ces grandes révélations, a témoigné en faveur du fondateur de WikiLeaks, insistant sur sa déontologie exigeante. Selon lui, Assange a personnellement veillé à ce que les noms des informateurs vulnérables apparaissant dans des centaines de milliers de documents secrets du gouvernement américain ne soient jamais publiés ». Par ailleurs, les autorités US ont été consultées en amont de la publication des câbles diplomatiques pour expurger les éléments qui auraient pu mettre des personnes en danger [4].

En instruisant sans contradiction ce procès en irresponsabilité, Frédéric Martel ne fait que relayer la propagande de ceux qui veulent embastiller Julian Assange à vie. Le tout sans dire un mot du contenu des révélations de WikiLeaks (sur la brutale réalité des guerres d’Irak et d’Afghanistan, de la prison de Guantánamo, de la diplomatie états-unienne, etc.).

Suivant son fil rouge, l’animateur s’efforce de construire une dichotomie Snowden/Assange : « Les données de Snowden avaient été filtrées, choisies par des journalistes, notamment anglais et américains – notamment par Glenn Greenwald qui vit aujourd’hui au Brésil. Ce n’est pas le cas pour Assange. »

Là encore, les angles morts de Frédéric Martel confinent à la désinformation. Car quitte à citer Glenn Greenwald, le journaliste aurait sans doute pu mentionner que celui-ci est l’un des plus farouches défenseurs de Julian Assange, et qu’il n’a jamais émis la moindre critique sur ses méthodes [5]. Un détail.

De même, quitte à appuyer l’ensemble d’un propos sur une comparaison avec Edward Snowden, le journaliste aurait sans doute pu signaler que celui-ci défend Julian Assange avec la dernière énergie, comme on peut le constater dans le témoignage vidéo « We must free Julian Assange », donné dans le cadre du « Belmarsh Tribunal » le 22 octobre dernier. Il écrira même dans un tweet adressé à Donald Trump alors que celui-ci s’apprêtait à quitter la Maison Blanche : « Monsieur le président, si vous n’accordez qu’un seul acte de clémence pendant votre mandat, s’il vous plaît, libérez Julian Assange. Vous seul pouvez lui sauver la vie » [6]. Autres détails...

… à la disqualification politique, option mépris


Mais l’information n’est pas tellement l’enjeu de cet édito anti-Assange, que Frédéric Martel conclut en beauté :

Le premier, Snowden, a commis un délit mais en poursuivant une logique de droit avec pour intention infaisable certes, naïve également, d’améliorer l’État et d’être fidèle à la Constitution américaine. Alors que le second, Assange, a voulu lui en revanche me semble-t-il saboter l’État dans une logique purement anarchiste sans autre objectif que de « foutre le bordel » entre guillemets. En faisant de Snowden et Assange des héros interchangeables, comme beaucoup de militants anarchistes, la proposition de loi de Cédric Villani est me semble-t-il une erreur, je pense, car nul ne peut sérieusement défendre par principe la fuite des données ou penser que les hackers constituent par nature un modèle idéologique pour la France. C’est une proposition me semble-t-il erronée et intellectuellement fausse.

Résumons : pour Frédéric Martel, Julian Assange est un hacker anarchiste qui avait pour seul objectif de saboter l’État et de « foutre le bordel » (ce qui fait deux objectifs mais passons…). Laissons au présentateur de « Soft Power » ses arbitrages politiques et analyses de bas-étage sur l’anarchisme. Contentons-nous de relever leur côté « pratique » : passer sous silence la question (pourtant centrale) de la liberté d’informer. Soit l’enjeu qui rassemble les défenseurs d’Assange, sans doute davantage que de réelles ou supposées velléités anarchistes – dont le pauvre Cédric Villani, ancien député LREM, ne saurait par ailleurs être taxé !

Et ce n’est pas terminé… Après sa philippique, l’animateur de France Culture ajoute un propos amusé :

J’ai oublié de dire toutefois que, bonne nouvelle pour Assange : il va pouvoir se marier dans la prison de haute sécurité où il est incarcéré près de Londres en attendant l’issue de la demande d’extradition [...] qui a été formulée par Washington.

Tout à son indécence, Frédéric Martel a aussi « oublié de dire » que d’après le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, et un collectif de plus de 300 médecins (Doctors for Assange), le journaliste australien est victime de torture psychologique et risque de mourir en prison.


***


Malgré de multiples biais et angles morts – qui entachent très sérieusement « l’information » produite par le journaliste –, reconnaissons à Frédéric Martel le droit de faire savoir depuis sa chaire médiatique qu’il est opposé à l’asile politique de Julian Assange en France. Mais où peut-on écouter, sur une antenne du service public, un présentateur plaidant dans l’autre sens [7] ?


Laurent Dauré


Post-scriptum : Gageons que cela ne viendra pas de Florian Delorme, autre producteur-animateur de France Culture [8], qui dans une émission mi-figue mi-raisin sur Julian Assange, a déclaré à propos du fait que la CIA a envisagé d’assassiner le fondateur de WikiLeaks [9] : « On peut le comprendre si, en effet, comme l’a dit parfois l’administration américaine, ces fuites ont mis en danger des fonctionnaires américains, des agents, des sources » [10]. On peut comprendre qu’un État assassine un journaliste s’il estime que ses publications ont mis en danger des personnes ? Peut-être Florian Delorme n’a-t-il pas bien mesuré ce que ses propos impliquent.

La persécution de Julian Assange n’est pas seulement le fait d’États. Certains journalistes influents y contribuent à des degrés variables. On en viendrait à avoir envie de « foutre le bordel » dans l’ordre médiatique.


Addendum, 18 janvier 2022 : Le 7 janvier, Frédéric Martel nous a demandé de publier un droit de réponse... auquel nous avons décidé de répondre : tout est là.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Le 10 décembre, date de la journée internationale des droits de l’homme de l’ONU, la Haute Cour du Royaume-Uni a donné raison en appel aux autorités états-uniennes en se prononçant en faveur de l’extradition, cassant la décision inverse qui avait été rendue le 4 janvier en première instance par le tribunal de Westminster. Pour en savoir plus sur ce dernier développement, voir les articles de Vadim Kamenka dans L’Humanité.

[2Nommé « Masse critique » jusqu’en 2011, le « magazine des industries culturelles et du numérique de France Culture » est diffusé en direct le dimanche de 18h10 à 20h.

[3Lors des audiences d’extradition, la partie états-unienne a été dans l’incapacité de fournir un seul exemple d’une personne ayant été mise en danger par WikiLeaks.

[4Sur ce point, lire cet article de La Dépêche du 29 novembre 2010.

[5Voir par exemple sur sa page Substack le dernier article (en anglais) qu’il a consacré à l’affaire.

[6Rappelons aussi que c’est WikiLeaks, par l’entremise de sa numéro 2 Sarah Harrison, qui a aidé Edward Snowden à quitter Hong Kong et à échapper au long bras de Washington après qu’il est sorti de l’ombre pour faire ses révélations au monde.

[7Nous avons vu précédemment dans cet article que le traitement médiatique de l’affaire Assange est également défaillant sur France Inter.

[8Il présente « Cultures Monde » du lundi au vendredi de 11h à 11h55.

[9Voir cet article du Guardian traduit par Courrier international pour en savoir plus sur les plans du service de renseignement.

[10Florian Delorme ajoute : « Dans ce cas-là, on peut le comprendre, mais est-ce que c’est le cas ? » Une question judicieuse adressée à son invitée, la journaliste de Libération Amaelle Guiton.

A la une

Reporterre : La liberté d’informer attaquée

« Un journaliste de Reporterre est poursuivi pour avoir fait son métier : informer sur une action militante. »

La concentration des médias en débat à l’Assemblée nationale

Une proposition de loi examinée en commission des affaires culturelles.