Accueil > Critiques > (...) > France 3, la chaîne des régions...

France 3 et les intermittents : merci Roger Gicquel !

Emplois abusifs d’intermittents et précaires ? Circulez, y a rien à voir...

Octobre 2002, France 3 est condamnée aux prud’hommes pour avoir fait signer plus de 70 contrats d’intermittents dans la station régionale de Lyon.

Après avoir fait appel, la chaîne est à nouveau lourdement condamnée en mai dernier (le jugement requalifie les contrats en CDI, France 3 doit verser de lourds dommages et intérêts).

Juste au moment où, en plein conflit des intermittents, les Princes qui nous gouvernent se montrent impitoyables.

Jean-Jacques Aillagon, le 22 mai 2003 : « Je ne tolérerai pas que le service public ne soit pas exemplaire en la matière. Je crois en effet que lorsqu’on dénonce les abus, il faut prendre soin de balayer devant sa porte et bien veiller à ce qu’on n’abrite pas soi-même des pratiques abusives... Je considère que le service public de l’audiovisuel doit être exemplaire. Il doit notamment être à l’abri de toute critique concernant le recours injustifié à l’intermittence par ses propres services et par ses prestataires. »

Jacques Chirac, le 14 juillet 2003 : « Un certain nombre d’entreprises de l’audiovisuel ou du spectacle en ont profité pour détourner ce régime et, en réalité, faire prendre en charge leurs dépenses de personnels par l’ensemble des salariés. Ce qui n’était évidemment pas acceptable… La première chose, c’est de poursuivre, avec sévérité, notamment par l’inspection du travail, et je l’ai demandé au gouvernement, les abus qui ont été faits par ces entreprises, qui sont condamnables et qui doivent être condamnés et sanctionnés. »

Quelques jours après sa condamnation en appel, France 3 se pourvoit en cassation. Interpellé, le Ministre, par l’intermédiaire de son chargé de communication, répond - courageusement - qu’une action judiciaire étant en cours, le Ministère ne peut intervenir.

Epilogue provisoire : Le 1er janvier prochain, Roger Gicquel [1], directeur régional de France 3 en poste à Lyon à l’époque des faits, prendra ses nouvelles fonctions...

Extrait du Figaro du 21 novembre 2003 :

Rémy Pflimlin (directeur général de France 3) : « Nous étions engagés depuis longtemps sur le projet des télévisions numériques, mais celui-ci a été mis entre parenthèses à l’automne dernier. Dans la même idée, nous avons alors travaillé sur un autre programme, celui de la régionalisation et de la décentralisation, qui doit donner plus de pouvoir aux directions régionales. C’est celui-ci que nous poursuivons. Sur le plan des programmes, le nouveau "19-20" amorce déjà ce vers quoi nous devons parvenir et pour lequel nous nous sommes donné trois à quatre ans. Notre plan suppose, comme tous les projets d’entreprise, une régulière montée en puissance qui implique que l’on ne perde pas de temps. J’ai besoin pour mener à bien ce projet d’un homme qui connaisse parfaitement les régions, qui soit en contact régulier avec elles et qui ait la notion de l’entreprise. En accord avec Marc Teyssier, j’ai donc nommé Roger Gicquel, qui était déjà directeur régional de la région Rhône-Alpes, l’une de nos antennes les plus performantes » [2].

Une antenne performante grâce aux abus d’emplois d’intermittents et précaires, cela vaut bien une promotion !

Stéphane

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Pas l’ancien présentateur de JT sur la première chaîne (« la France a peur ! »), mais un homonyme (note d’Acrimed).

[2Lire L’Actualité des médias n°14 (note d’Acrimed).

A la une

Nouveau : Nicolas Demorand accueille avec enthousiasme les critiques !

L’éditocrate aurait-il changé ?

Islamophobie : la surenchère complice des médias dominants

Un tract pour la « Marche nationale contre l’islamophobie » (10/11 à Paris)

Réponse à NewsGuard, arbitre auto-désigné des élégances journalistiques

NewsGuard, nouvelle entreprise auto-investie de l’arbitrage des élégances journalistiques et version états-unienne du Décodex, « évalue » depuis mai dernier les sites web français, reprenant le même (...)