Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > La préparation du "duel"

PRESIDENTIELLE 2007

France 3 dans le collimateur de Nicolas Sarkozy ? (SNRT-CGT, SNJ-CGT, USNA-CFTC)

Nous publions ci-dessous un communiqué du SNRT-CGT, du SNJ-CGT et du USNA-CFTC. (Acrimed)

Après France Europe Express  [1], c’est à la rédaction de france3 Nord/ Pas- de-Calais de subir les foudres du candidat UMP pour la présidentielle...

Mercredi 28 mars, à l’occasion d’une interview réalisée à 17h30 pour le JT lillois de 19h, Nicolas Sarkozy a qualifié de « malhonnête », de « sommaire » et de « quelque peu politique » un reportage sur l’imprimerie nationale de Douai [2].

Ce reportage était - certes - destiné à le faire réagir (sujet + interview, la formule est la même dans le JT pour tous les candidats ou leurs représentants), mais de là à perdre tout sang froid.... : « des sujets malhonnêtes, j’en ai déjà vu mais de cette nature c’est assez rare, je vous félicite ! »

C’est l’une des gracieusetés prononcées ! Auparavant et hors antenne, Nicolas Sarkozy avait déjà évoqué un manque de professionnalisme (pour avoir patienté en studio avant l’interview, seul avec les cadreurs, quelques poignées de secondes !).

L’incident serait plutôt risible s’il n’intervenait dans un contexte de mises en cause de France 3 qui nous inquiète.

Cette campagne est-elle l’occasion de régler des comptes voire d’affaiblir la télévision publique ? Et avec quelles intentions une fois passée la période électorale ?

Depuis le rapport de l’Inspection Générale des Finances, les personnels ont appris à redoubler de vigilance !

« quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage »...
A cet égard, les propos du candidat Nicolas Sarkozy, en plus de leur caractère scandaleux, n’ont rien de rassurant !

Lille, le 30 mars 2007

 

Notes

[1Voir sur notre site, « Insolents ? » dans « Brèves de campagne n°6 » (note d’Acrimed).

[2Le sujet rappelait la décision de Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, de confier en 2005 à une entreprise privée - après appel d’offre qui n’avait pas lieu d’être -la fabrication des passeports électroniques. Cette décision a été annulée par le conseil d’Etat, une loi de 1993 accordant le monopole de l’impression des documents officiels à l’imprimerie nationale. A l’époque, de nombreuses manifestations avaient mobilisé salariés et élus de tous bords, de nombreux emplois étant en jeu.

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique