Accueil > Critiques > (...) > Bilans de campagne

Entre deux élections : l’insécurité régresse, le marketing progresse

L’insécurité régresse

Dans Télérama du 8 mai, un article que son titre résume :

" Montrées du doigt après les résultats du premier tour, les chaînes de télé se remettent en question.

L’insécurité zappée des JT "

Libération, en deux articles, relève également (et justement) que l’insécurité a régressé depuis l’élection de Chirac... du moins dans les journaux télévisés

David Dufresne, sous le titre : " J’ai ma dose " commence ainsi sa chronique du 9 mai 2002 :

" Monsieur le Premier ministre, à la veille du premier conseil des ministres, permettez moi de vous adresser cette missive. C’est au sujet de votre prestation, mardi soir, chez l’ami PPDA. Votre premier 20h ! L’occasion, comme le signalait votre amical hôte, pour "beaucoup de gens de vous découvrir à la télévision". Quelle découverte, en effet. Même PPDA avait retrouvé le sourire. Enfin, soyons honnête, c’est depuis dimanche qu’il pète la forme, PDDA. Il n’a plus cette légère anxiété qui lui donnait ce ton si pâle depuis, disons, six ou sept mois. J’ignore pourquoi, mais il va mieux, et PPDA qui va mieux, c’est la France qui sourit. La preuve : à en scruter son JT, on dirait qu’il y a déjà beaucoup moins d’insécurité en France. Même ’Le Droit de Savoir’, mardi soir, a déprogrammé son ’Sections de recherche de la gendarmerie : une traque sans merci’. Et je peux vous dire, vous qui aimez tant "le concret", que lorsque Charles Villeneuve a moins peur, c’est la France qui respire. Mais je m’écarte, Monsieur le premier ministre. Revenons à votre 20h. "

Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, sous le titre " Depuis la Présidentielle, l’insécurité a régressé... à la télé ", relèvent, dans Libération du 15 mai 2002 que " le nombre de faits divers repris aux JT est en chute libre ".

Extraits :

" (...) Insécurité ? Quelle insécurité ? Si on regarde les journaux télévisés depuis le premier tour de l’élection présidentielle, l’insécurité n’existe plus. D’un coup, alors que la télé depuis des mois n’a eu de cesse de bombarder le téléspectateur de faits divers sordides en ouverture des JT, on n’en trouve plus un seul. A croire que le nouveau gouvernement, avant même sa mise en place, s’est montré très efficace... "

En tout cas, la régression est là :

" Il suffit pour s’en convaincre de compter le nombre de reportages où apparaissent les mots liés à ce thème. Libération a effectué cette recherche grâce à Search, un moteur de recherche dans les programmes de télé développé par la société Peaktime. Les vingt jours précédant le premier tour, du 1er au 20 avril, TF1 a diffusé dans ses JT 72 sujets qui comportaient des termes liés à l’insécurité comme "violence", "délinquance" ou "agression". France 2 a diffusé 73 sujets répondant aux mêmes critères et France 3 pas moins de 60. Soit un total de 205. En revanche, dans les vingt jours suivant le premier tour, du 21 avril au 11 mai, TF1 a diffusé 36 sujets liés à l’insécurité, France 2 en a diffusé 43 et France 3 est tombé à 29. Soit un total de 108. Depuis que Jean-Marie Le Pen a accédé au second tour de l’élection présidentielle, les chaînes ont donc consacré deux fois moins de sujets à ce thème. Une baisse phénoménale. "

Un régression temporaire, puisque dès le 16 mai le journal de France 2 à 13 heures consacre trois sujets à l’insécurité.

Le marketing progresse

Le nouveau gouvernement ayant muiltplié les actes inspirés par le marketing poltique, les chaînes de télévision ont suivi. La ballade nocturne de Sarkozy, la promenade judiciaire de Perben, le pélerinage scolaire de Luc Ferry : ça, ce sont de bon sujets politiquement dépolitisés...

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.