Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Profession ? Intellectuel pour médias

En Bref

En cherchant à discréditer Bourdieu, Natacha Polony démontre l’étendue de son ignorance

par Blaise Magnin,

Dans Sur la télévision, paru en 1996, ouvrage qui fit date et valut aussi à son auteur bien des inimitiés médiatiques, Pierre Bourdieu jugeait délétères l’influence de la télévision et « l’emprise du journalisme » sur les champs culturels et intellectuels, ainsi que sur le débat public. En toute logique, les apparitions audiovisuelles de Bourdieu, furent donc, tout au long de sa carrière, extrêmement rares [1].

Nul besoin d’être un spécialiste de son œuvre, un grand sociologue, ni même un expert de la vie académique et intellectuelle pour savoir à quel point Bourdieu était critique vis-à-vis des logiques du fonctionnement médiatique et méfiant à l’égard du journalisme dominant. N’importe quel étudiant qui s’intéresse un tant soit peu à la vie intellectuelle en France et à son histoire récente sait que Bourdieu goûtait fort peu les plateaux de télévision.

N’importe quel étudiant, mais pas l’auguste Natacha Polony, qui est pourtant une vedette de l’éditocratie, désormais directrice de la rédaction de Marianne – après avoir travaillé au Figaro, à Europe 1, sur France 2, France 3, Canal +, Paris Première, LCI, France Inter et Sud Radio –, et qui a réussi à se faire passer pour une intellectuelle dans le monde journalistique, particulièrement versée dans le débat d’idées [2]…. Comme le relève Sébastien Fontenelle, voilà ce qu’écrivait Polony dans son journal le 12 octobre :



Une contrevérité et un contresens absolu ! Qu’une des éditocrates les plus en vue s’avère d’une telle ignorance et projette sa propre frénésie de médiatisation sur ceux dont elle parle, jusqu’à en dire n’importe quoi, n’est pas très surprenant. Cela n’en demeure pas moins désespérant !

Blaise Magnin

 

Notes

[1L’une de ses toutes dernières participations à une émission télévisée, dans Arrêt sur images, déjà présentée par Daniel Schneidermann et alors diffusée sur La Cinquième, sera même l’objet d’un retour critique de la part de Bourdieu, qui sera publié dans Le Monde diplomatique sous le titre « Analyse d’un passage à l’antenne ».

[2N’a-t-elle pas été consacrée comme une « intello people » par L’Express ?

A la une

Dans les talk-shows : le poids des éditorialistes de la droite extrême et d’extrême-droite

Un débat médiatique ramené à leurs obsessions réactionnaires.

Jeudi d’Acrimed avec Serge Halimi et Pierre Rimbert : « Histoire d’une critique radicale et sardonique des médias »

Le 29 novembre, à la Bourse du travail de Paris. Avec Serge Halimi, Pierre Rimbert (« Monde Diplomatique »), et Mathias Reymond pour Acrimed.