Accueil > (...) > Critique des médias sur le Web

Critique des médias sur le web (novembre-décembre 2010)

par Marie Menaut,

N° 11 de notre sélection bimestrielle d’articles de critique des médias parus sur le Web et disponibles gratuitement [1].

Présentation thématique des articles publiés en novembre et décembre 2010 : Sous notre projecteur - Turpitudes de la presse imprimée - Arrêts sur la propagande - Journalismes – Le FN, virus de saison ? – Une petite histoire du piratage télévisuel

1. Sous notre projecteur

- Un sondage d’incitation à la haine (Observatoire des sondages, 31/12/10) – « On connaît ce vieux jeu de foire qui consiste à lancer des balles sur des tas de boites de conserves ou des têtes connues. Le jeu de massacre paraît vieillot quoiqu’il repose sur des pulsions fondamentales. Le sondage peut alors le rajeunir. Sans doute en guise de cadeau de fin d’année, Harris interactive et VSD offrent un sondage sur les personnalités qui agacent le plus les Français. Il pourrait être un jeu à l’humour discutable s’il n’était surtout un sondage pousse au crime. »

- 7 images pour 2010 (Culture visuelle, 30/12/10) – « Haïti, une catastrophe pour les images », « Rimbaud, un nouveau visage », « Youtube, fini de rire », « Bettencourt, le portrait d’une affaire d’Etat », « Lady Gaga crowdsourcée », « La toupie d’Inception : ne rêvons pas » et « La 3D à lunettes, un lancement qui tombe à plat »

- À propos d’un article d’Acrimed : réflexion sur le système d’information (Culture visuelle 05/01/11) – « Phénomène intéressant que l’article d’Olivier Aubert publié le 3 janvier 2011 chez Acrimed intitulé « À propos d’une couverture de Politis : questions sur la photographie ». [Il] s’intéresse à la Une du numéro hors-série de Politis d’octobre-novembre 2010 et en particulier au choix de la photographie qui a été fait. L’auteur s’indigne du fait que l’image n’est en rien une photographie d’information qui documenterait le sujet du dossier « Changer de société » mais une « photo concept ». Lire ici même « À propos d’une couverture de Politis : questions sur la photographie ».

- Médias et politiques, trêve de complaisance ? (Le Monde Diplomatique, 01/11/10) – « Au soir de chaque manifestation contre la réforme des retraites, les éditorialistes annoncent l’« essoufflement » de la mobilisation. Comme lors des grèves de 1995 et de 2003. Mais, cette fois, la question de la dégradation de l’information s’invite sur le terrain politique. »

- Pourquoi pas BHL à la présidence du Comité d’éthique et de déontologie du Monde ? (Mémoires de luttes, 01/01/11) – « À l’occasion de l’opération de recapitalisation [du Monde], a été adoptée une « Charte d’éthique et de déontologie » [dont] le préambule précise qu’elle a pour objet « de rappeler les principes essentiels d’indépendance, de liberté et de fiabilité de l’information ». On pouvait donc s’attendre à ce que les membres du conseil de surveillance du groupe désignés par Le Monde libre [mais] comment être garant de principes que l’on ne respecte pas soi-même ? L’existence d’une telle contradiction semble avoir échappé aux dirigeants du Monde libre lorsqu’ils ont nommé, parmi leurs représentants au conseil de surveillance, Bernard-Henri Lévy. ». Lire ici même : « Encore une bourde de BHL, victime d’un nouvel accès de botulisme ».

2. Turpitudes de la presse imprimée

- « Les Inrocks », insoumission spectacle (Libération, 22/11/10) – « Les Inrocks s’alarment, dans l’article d’ouverture de leurs pages politiques, du retour d’Alain Juppé et de l’exfiltration des ministres « d’ouverture » […] Mais pourquoi au juste cet appel au secours ? […] parce que le RPR, c’est ringard [...] En creux, il faut donc déduire que Rama Yade et Fadela Amara présentaient au moins l’avantage d’être modernes »

- Fillon a des chaussettes rouges et 10 autres scoops du Parisien (Rue 89, 24/11/10) – « On tourne les pages, c’est forcément la dernière, se dit-on. Et non ! Le dossier est interminable. Le Parisien consacre ce mercredi six pages à François Fillon : son enfance, sa famille, ses réseaux, etc. […] Pas d’analyse politique, mais des tartines d’empathie et de petites anecdotes. »

- Baisse significative de la vente au numéro des quotidiens (Électron libre, 03/12/10) – « La baisse de la vente au numéro de tous les quotidiens nationaux s’accompagne d’une hausse des abonnements portés, financée par l’État. Ce qui bouleverse le paysage de la distribution de la presse française. Dépendante du gouvernement, elle ne sera plus vendue dans les maisons de la presse dans quelques années. »

- Madame la Marquise (Comité de Salut Public, 14/12/10) – « Dire que nous autres pensions avec une certaine anxiété tout de même que la vie en société connaissait une manière de sorte de dégradation un rien désagréable […] C’était sans compter la formidable capacité d’adaptation du d’jeunz et de son élan vitaliste qui se rit des menues contrariétés […] le djeunz est formidable et le Nouvel Obs nous le prouve »

3. Arrêts sur la propagande

- Qui paie les experts de la télévision américaine ? (Le Monde Diplomatique, 07/10) – « Pour commenter l’actualité, l’option la plus simple (et la plus économique), pour les télévisions, consiste à convoquer des « spécialistes ». Ils déferlent sur les plateaux, où ils assènent doctement analyses et conseils. Apparemment indépendants et désintéressés, ils sont en réalité souvent appointés par de grandes entreprises dont ils défendent farouchement les préférences. »

- De l’enchantement médiatique au désarroi social, les quatre vie du modèle irlandais (Le Monde Diplomatique, (10/10) – « Il y a « du défaut dans l’Eire », ironise la banque Natixis. Dublin constate en effet que son programme d’austérité — destiné à rassurer les investisseurs — aggrave sa récession et… inquiète les marchés. Le « bon élève » celte pourrait ainsi rejoindre le « cancre » grec sur le banc des insolvables. Une nouvelle mutation du modèle irlandais, moins miraculeuse que les précédentes. »

- Cinq Cubains à la Une (Le Monde Diplomatique 28/10/10) – « Il y a dix ans, le 27 novembre 2000, s’ouvrait à Miami le procès de cinq Cubains qui, pour avoir infiltré les réseaux criminels agissant contre l’île depuis la Floride, ont été condamnés à des peines qui défient l’entendement. Avant et pendant les audiences, tandis que les médias nationaux et internationaux se désintéressaient de l’affaire, ceux de Miami ont joué un rôle primordial dans la mise en condition de l’opinion – et des jurés. »

- Publicité et contenu éditorial dans la presse féminine (Culture visuelle, 03/11/10) – « [Feuilleter un magazine comme Marie-Claire] permet d’observer à quel point il est difficile de différencier clairement les articles des publicités et à quel point la rédaction semble construire le magazine pour brouiller les cartes en rapprochant thématiquement, graphiquement et formellement ce qu’on appelle contenu éditorial et publicité. »

- La révolution ne sera pas radiotélévisée (Article XI, 07/11/10) – « C’était il y a quinze jours, à Rouen. Europe 1 y décentralisait son antenne, et quelques centaines de manifestants avaient décidé de jouer les trouble-fête, histoire de faire entendre une autre voix sur une radio si proche du pouvoir. Las, syndicalistes, policiers et Morandini se sont assurés qu’il n’en soit rien, raconte (joliment) Nicolas : compte-rendu d’une prise d’antenne avortée. »

- Adelaïde, ou les grosses ficelles de la propagande (Témoignages, 16/11/10) – « Dimanche dernier, la "une" d’un grand quotidien australien révélait qu’en présence de Didier Robert, le premier ministre de l’Australie du Sud Mike Rann avait nié la signature d’un accord avec la région Réunion, ajoutant que son État n’engagerait pas un centime d’argent public... et qu’il ne se rendrait pas à La Réunion. Un camouflet pour le président UMP de la Région Réunion, qui a dépensé plus de 240.000 euros dans une opération plus festive que culturelle. Un démenti cinglant à sa "com’", qui claironnait déjà la conclusion d’une importante convention entre notre île et l’État d’Australie du Sud. Immédiatement, les médias acquis à l’UMP se sont employés à escamoter l’affaire. »

- L’art de la désinformation dans la relation des évènements (Le grand soir, 21/12/10) – « Établir ou insinuer un rapport direct entre deux faits peut-être une forme de manipulation informative. On critiqua récemment que les périodiques ABC et El Mundo mettent en relation une mort par pathologie cardiaque à l’aéroport de Madrid avec la grève des contrôleurs. « Mon père est mort tombé dans des toilettes de Barajas à cause de la grève des contrôleurs », titre ABC.

4. Journalismes

- Le sauvetage chilien, fiasco du journalisme (Owni, 17/10/10) – « À l’heure où les bureaux étrangers se ferment les uns après les autres, que des réductions drastiques dans les budgets sont effectuées, je trouve assez déconcertant que 1.300 journalistes se soient déplacés dans ce désert pour couvrir cet événement mondial. Est-ce que l’énorme intérêt suscité par cette histoire ne valait-il pas toute cette attention ? »

- Transfigurées (Culture visuelle 05/11/10) – « À chaque catastrophe est associée une image qui lui servira d’étendard, de représentant sur la scène médiatique. Si cela fait défaut, la catastrophe n’a pas lieu, l’aide internationale ne se mobilise pas, les médias ne trouvent pas de prises graphiques pour faire récit et répercuter le choc, celui des photos. »

- Pourquoi avoir brisé le off de Nicolas Sarkozy à Lisbonne (Davduf, 25/11/10) – « Depuis la publication par Libération du son intégral du "off" de Nicolas Sarkozy, les journalistes sont partagés. Les explications de mon choix sous forme de lettre ouverte à l’un d’eux. Ou les petits dessous d’un "off déclassifié"... »

- Iran, Wikileaks et les dirigeants du Golfe (Blog du Diplo, 09/12/10) – « Souvent intéressants, les documents publiés par WikiLeaks doivent être maniés avec précaution, pour une série de raisons :
d’abord, parce qu’ils couvrent des périodes très différentes et que ce qui est "vrai" à un moment donné ne l’est pas forcément à un autre ; ensuite, parce qu’ils reflètent les vues de tel ou tel diplomate et non "la vérité" ; enfin, parce que ces diplomates rapportent des propos qui leur ont été tenus et qui ne sont pas forcément non plus "la" vérité. »

- Les médias ont-ils besoin de fixeurs ? (Côté Quartier, 14/12/10) – « Les fixeurs font l’interface entre les journalistes et les populations en zone de guerre. L’Académie des banlieues organisait un débat sur les questions que soulève la transposition de ce terme aux banlieues. À Tremblay-en-France, c’est TF1 qui a fait des dégâts. À Saint-Denis, c’est M6 et à Vitry-sur-Seine, c’est… Arte, moins attendu sur ce type de traitement. La liste est longue. Que faire face aux médias de masses et aux images qu’ils contribuent à fabriquer et à incruster durablement dans l’imaginaire collectif ? »

- Lignes de fuites (Article XI, 14/12/10) – « Ils ne sont pas nombreux, les projets qui parviennent à secouer l’ordre du monde sans faire couler le sang. En mettant à nu les mythes fallacieux fondant les démocraties occidentales, Wikileaks fait trembler bien des cliques bureaucratiques et firmes capitalistes. C’est peut-être là, écrit Germinal, un pas décisif vers "l’émergence d’une prise de conscience organisée". Analyse. »

5. Le FN, virus de saison ?

- Marine Le Pen n’est pas un problème… (Blog du Diplo, 17/12/10) – « Les déclarations de Marine Le Pen sur les prières musulmanes dans les belles rues de la belle France ont suscité des protestations indignées […] Mais ce que peu de commentateurs reconnaissent, c’est que cette diabolisation de l’islam et des musulmans n’est plus l’apanage de Le Pen : elle est reprise par les partis politiques et les médias, de droite comme de gauche, qui ne cessent d’agiter l’idée d’une menace musulmane, du foulard à la burqa, du terrorisme aux mosquées. »

- Pour qui le FN est-il dangereux ? (Observatoire des sondages, 23/12/10) – « Danger ? Risque ? Angoisse des états-majors, selon une autre expression employée ? Dans les partis politiques, on raisonne suffisamment en terme d’intérêts pour imaginer que la montée du FN n’angoisse guère les partis d’opposition. Il en a été autrement au sein de l’UMP. Ce fut peut-être seulement une inquiétude mais suffisante pour que des politologues réagissent. En service commandé. Dans une pleine page du Monde (19-20 décembre 2010), offerte par le service France. »

Et pour finir : Une petite histoire du piratage télévisuel

- Esthétique du programme interrompu (Culture visuelle, 24/12/10) – « L’émission Saturday Night Live a diffusé cette semaine un court sketch assez intéressant. On y voit le "nerd" Mark Zuckerberg (du moins un acteur qui l’imite) remercier avec une niaiserie certaine le demi-milliards d’utilisateurs de FaceBook qui lui ont permis d’être sacré "personnalité de l’année" par Time Magazine. Subitement, son image est brouillée par une neige télévisuelle… Apparaît alors un homme en costume dans un intérieur chaleureux, un verre de cognac à la main, qui dit d’une voix grave et posée : "Hello again. It’s me, Julian Assange". »

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Nous avons choisi ceux qui nous semblaient les plus intéressants (et les moins conjoncturels), que nous approuvions totalement ou pas leur contenu. Cette sélection a été établie grâce à l’irremplaçable « Portail des copains », Rezo.net et à notre propre portail.

A la une

Le Parisien plombe les gilets jaunes (et tous les mouvements sociaux)

Le quotidien en chef de la démobilisation sociale.

Halte à la répression contre les journalistes (SNJ-CGT)

Un communiqué du SNJ-CGT.

Renaud Camus & Finkielkraut : les dissonances cognitives du Monde

D’une enquête à un « Forum philo » complaisant : cherchez l’erreur.