Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > (...) > De l’appel de 2005 à la première session

Communiqué : « Ceci n’est pas une information » (États généraux pour le pluralisme )

Nous publions ci-dessous un communiqué des États généraux pour une information et des médias pluralistes diffusé sous le titre « Ceci n’est pas une information », suivi d’un commentaire d’Acrimed sur sa réception. (Acrimed)

Communiqué
[« Ceci n’est pas une information »]


Le 3 octobre 2005, un appel à des « États généraux pour une information et des médias pluralistes », signé par plusieurs dizaines de syndicats et associations et soutenu par de nombreux partis politiques, était lancé publiquement et communiqué aux principaux médias. Ceux-ci, à de très rares exceptions près, ont omis d’en informer leurs lecteurs, auditeurs et téléspectateurs. Il serait surprenant que l’existence d’un tel appel, dans un univers médiatique en proie au pluralisme, ne mérite pas la moindre information.

Nous ne pouvons le croire. C’est pourquoi le collectif d’animation du processus des Etats généraux a décidé de porter une nouvelle fois à la connaissance des responsables des rédactions le texte de cet appel et la liste de ses principaux signataires.

Paris, le 29 novembre 2005

[Suivaient le texte de l’appel, la liste des signataires et un numéro de téléphone pour les « Contacts Presse »].

Commentaire d’Acrimed
« C’était si peu une information »

Cette information était si peu une information que l’AFP fut, sauf erreur ou omission de notre part, la seule à la donner dans une version minimaliste et politicienne : une version minimaliste qui se garde bien de mentionner les motifs de l’appel (et de donner les moyens aux lecteurs de se joindre à lui) ; une version politicienne qui (faute de place ?) omet de nommer ne serait-ce que les principaux signataires et ne retient que les noms des certaines forces politiques qui soutiennent l’appel.

Voici la dépêche de l’AFP :

« Le 2-12 à 18h28 : Appel à des États généraux "pour une information et des médias pluralistes"

Une quarantaine d’associations et de syndicats nationaux, une cinquantaine d’associations et de syndicats locaux, et une cinquantaine de médias associatifs et de coopératives ont signé un appel à des états généraux pour "une information et des médias pluralistes", a annoncé vendredi un communiqué des organisateurs.

Cet appel est soutenu par des partis politiques de gauche (PS, PCF, Verts, , [ponctuation d’origine, ndlr] des responsables politiques et des élus.

"Nous en appelons à tous les citoyens attachés à une information indépendante et pluraliste, aux journalistes, créateurs et salariés des médias, aux acteurs des médias associatifs, aux intermittents et précaires de tous les métiers de l’information et de la culture, aux militants et responsables des mouvements syndicaux, associatifs et politiques, aux mouvements d’éducation populaire, à toutes celles et à tous ceux qui entendent résister à l’information et à la culture mercantile pour que se tiennent, localement et nationalement, des États généraux pour une information et des médias pluralistes", déclarent les signataires.

Dans cet appel, lancé le 3 octobre dernier, les signataires dénoncent notamment "la concentration des médias" et "la course à la rentabilisation qui se traduit par une précarisation vertigineuse". »

Quant aux autres médias, si soucieux du pluralisme, on attend toujours qu’ils informent leurs lecteurs, auditeurs, téléspectateurs et internautes.

Nota bene  : Toutes les informations étaient disponibles sur le site des États généraux (désormais périmé, juillet 2010) et le sont encore ici même : texte de l’appel, les signataires collectifs, les journalistes signataires).

 

A la une

Réapproprions-nous les médias !

Une déclaration commune, à signer et à partager

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.