Accueil > Critiques > (...) > Les actions des radios libres

« Cinq mille emplois aidés dans la radiodiffusion associative » (SNRL)

Nous publions ci-dessous un communiqué du Syndicat National des Radios libres (SNRL)- [Acrimed]

Le Syndicat National des Radios Libres, vient de signer un accord-cadre avec l’Etat, portant sur la création en cinq ans de cinq mille emplois aidés.

Organisation professionnelle représentative des opérateurs de radiodiffusion dits "de catégorie A", le SNRL, fruit du mouvement historique des radios libres né dans notre pays il y a 25 ans, regroupe 307 radios associatives signataires de la "Charte des radios libres", exprimant leur attachement aux valeurs se référant à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, à la laïcité et au pluralisme de l’information. Aujourd’hui, le SNRL entend être la " cheville ouvrière " d’un grand pôle de l’économie sociale dans le champs des industries de la communication, de l’information, de la culture et du spectacle.

"Les associatives", ce sont plus de 600 radios locales fières de leur indépendance et de leur rôle sur leurs territoires. Ces radios exploitent 900 fréquences locales sur les 3512 attribuées au secteur privé : le secteur non-marchand est donc un acteur majeur et stable de la radiodiffusion privée. "Les associatives", ce sont 2850 salariés, 14.000 bénévoles passionnés, deux millions d’auditeurs, un taux d’écoute de 19 % en zone rurale, un budget annuel de 27 millions € dont 1,8 de publicité essentiellement locale.

Ce grand programme de création d’emplois dans les radios locales est soutenu conjointement par les Ministères de la Cohésion Sociale et de l’Emploi, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, et de la Culture et de la Communication. Les trois ministres se sont ainsi engagés à mobiliser leurs services, sur tout le territoire et outre-mer, pour accompagner les radios locales dans leurs efforts de recrutements.

Pour Emmanuel Boutterin, président du SNRL, " il ne s’agit pas d’employer des exécutants à vil prix, mais d’offrir au contraire des postes pouvant conduire à la réalisation d’objectifs professionnels, véritables tremplins pour les vocations dans les métiers de l’audiovisuel ". Le SNRL, syndicat d’employeurs, s’engage à ce que soit intégralement respectées les grilles de salaires de la convention collective de référence. "Chez nous, comme dans d’autre secteurs de l’économie sociale, les emplois aidés permettent, par la qualité du poste offert, la réalisation d’un objectif individuel d’insertion professionnelle " ajoute le président du SNRL, " l’énergie déployée concourt au développement des missions de service public des radios locales associatives "

Le SNRL s’est notamment engagé à mettre son expertise au service de la promotion d’une formation adaptée au sein du service public de formation continue et en faveur d’un " programme de lutte contre les discriminations au travail " liées au genre, au handicap, à l’origine et aux quartiers et territoires sinistrés.

Depuis vingt cinq ans, les radios associatives ont ainsi été, en dépit de la faiblesse de leur budget, le berceau de milliers de réussites professionnelles bâties sur le sens collectif et sur la communication de proximité, favorisant ainsi le lien social et le développement des territoires.

Pour tout savoir : l’accord intégral sur www.snrl.org

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Interviews à géométrie variable sur les retraites : tiens, voilà du Bourdin !

De l’art de muscler les interviews en fonction des invités.

François Pinault (et Le Point), rendez l’argent !

L’hebdomadaire profite si bien d’un système tant décrié.

Appel à dons : 20 000 euros pour préparer 2020 !

Nos seules ressources financières : votre soutien.