Accueil > Critiques > (...) > Kosovo : sur le vif (1999)

Avec Christine Ockrent : Une cure d’objectivité

Christine Ockrent, conseiller militaire ?

« Politique dimanche » , France 3, 23 mai 1999.

Daniel Cohn-Bendit : - « Moi, je crois qu’on pourrait même dire : on arrête quinze jours, trois semaines les bombardements, parce que de toute façon les bombardements aujourd’hui, à part ceux au Kosovo, contre les forces militaires au Kosovo, en Serbie c’est du théâtre. C’est pour entretenir le théâtre, pour entretenir la pression, mais ça n’a aucun effet, les destructions industrielles…  »

Christine Ockrent : - « Ça peut avoir une effet sur l’humeur de la population. Et on voit bien que les pannes d’électricité finalement semblent avoir été plus dommageables pour Milosevic que les attaques contre les fausses casernes. »

Qu’en termes élégants, ces choses là sont dites : « l’humeur de la population ». Et quel aveu d’une parfaite objectivité : les objectifs ne sont pas des objectifs militaires.

L’épouse du Secrétaire d’Etat à l’Action humanitaire, devenu Secrétaire d’Etat à la Santé ne peut ignorer que les pannes d’électricité mettent en péril des vies, celles que d’habitude on qualifie d’ « innocentes » : des nourrisons et des malades dans les hôpitaux. Des « effets collatéraux » ?

Pourtant, quoi que l’on pense de cette guerre, un fait est un fait.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »