Accueil > (...) > Actes et actions

Appel des syndicats de journalistes à la journée du 29 janvier

Nous publions ci-dessous un communiqué des syndicats de journalistes (SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SGJ-FO, CFTC, CGC) appelant à la « journée interprofessionnelle de grève et de manifestations » du 29 janvier (Acrimed)

Avec tous les salariés

Les journalistes en grève et dans les manifestations le 29 janvier


La crise économique amplifiée par la crise financière internationale touche durement les salariés dans leurs emplois et leurs revenus. Alors qu’ils n’en sont en rien responsables, les salariés, demandeurs d’emploi et retraités, en sont les premières victimes. Cette situation menace l’avenir des jeunes, met à mal la cohésion sociale et les solidarités ; elle accroît les inégalités et les risques de précarité.

Surmonter cette crise implique des mesures urgentes d’une autre nature que celles prises par l’Etat et les entreprises, pour être au service de l’emploi et des rémunérations.

Les journalistes, comme l’ensemble des salariés, paient au prix fort cette politique dont sont responsables les patrons des médias. Leurs choix et les exigences toujours plus élevées des actionnaires ont conduit bien des entreprises de presse au bord du gouffre.

Les organisations syndicales signataires appellent tous les journalistes à se mobiliser le jeudi 29 janvier, à l’occasion de la journée interprofessionnelle de grève et de manifestations organisée sur les thèmes suivants :

- Défendre l’emploi privé et public : arrêt des licenciements et suppressions d’emplois - Depuis plusieurs mois, les plans sociaux, fermetures des titres, départs « volontaires » ou à la retraite non remplacés se sont multipliés. L’année 2009 ouvre sur de plus sombres perspectives encore : 900 emplois au minimum menacés à France Télévisions, 170 à Radio France Internationale, 50 à l’Express-Roularta, autant à M6 et Nice Matin, 30 à Prisma… et ce n’est qu’un début !

- Lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales - Avec un taux de précarité d’au moins 20 %, le seuil d’alerte était déjà largement dépassé chez les journalistes. Aggravation en 2008. Quatre nouvelles cartes sur dix ont été délivrées par la Commission à des journalistes en situation précaire. Et les précaires (pigistes + CDD + chômeurs) représentent un quart de la totalité des journalistes

- Exiger des politiques de rémunérations qui assurent le maintien du pouvoir d’achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités - Après avoir imposé pendant plusieurs années des pertes de pouvoir d’achat, les organisations patronales de la PQN et de la presse magazine et d’information (SPMI) ont déjà annoncé un blocage total des salaires. La situation de nombreux journalistes, dont certains gagnent moins que le SMIC, va encore s’aggraver.

- Défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale (santé, retraite)

- Maintenir des services publics de qualité - Le démantèlement de l’audiovisuel public, privé de financement pérenne et qui verra ses dirigeants nommés par le pouvoir exécutif ainsi que la remise en cause du statut de l’AFP constituent des atteintes inadmissibles à la qualité et au pluralisme de l’information et à la démocratie. Les mesures s’accompagnent d’une abrogation de l’avenant audiovisuel public qui pourrait marquer le début du « détricotage » de notre Convention collective.

Tous mobilisés le 29 janvier !

SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SGJ-FO, CFTC, CGC

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Filmographie - Des documentaires sur les médias et le journalisme (8) : de P à Q

Plus précisément : de « Le Pacte fragile » à « Qui sème la misère récolte la rage ».

Incendie de Notre-Dame : quand France Info balayait d’un revers de main le danger lié au plomb

En plus de sa rubrique « Vrai ou fake » dédiée au fact-checking, certains articles disponibles sur le site web de France Info ressemblent à s’y méprendre à de la « vérification des faits » : sélection (...)