Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > (...) > Quel financement ?

Appel à souscription : 60 000 euros pour que vive Acrimed !

par Acrimed,

Acrimed, qui a fêté l’an dernier ses 20 ans, demeure une créature fragile puisqu’elle repose sur une activité militante, pour l’essentiel bénévole, et ne dispose que de faibles ressources financières. Nos ressources financières ne sont constituées que par les cotisations des adhérent·e·s, les dons et la vente de notre délicieux magazine, Médiacritique(s). Nous ne recevons aucune subvention, notre site est intégralement gratuit et nous sommes réfractaires à toute forme de publicité.



Les 60 000 euros dont nous avons besoin aujourd’hui ne sont pas destinés à acheter des costumes de luxe, mais à poursuivre et développer notre activité multiforme — par nos publications, nos débats, nos actions — de critique des médias, pour une transformation démocratique des médias. Ces 60 000 euros nous sont indispensables notamment pour pérenniser l’emploi de nos trois salarié·e·s, hélas mal payé·e·s, mais dont le travail n’est pas fictif.

C’est pourquoi, une fois de plus, nous faisons appel à vous.
Que vous nous aimiez un peu, beaucoup ou passionnément.
Que vous nous approuviez un peu, beaucoup ou passionnément.
Nous avons besoin de vous !

Comment ? En donnant, bien sûr. Et mieux encore, car Acrimed est d’abord et avant tout une association, dont le combat — (re)faire de la question des médias une question politique — ne peut être qu’un combat collectif : en adhérant !

Comme nous, vous êtes partisan·e·s d’une appropriation démocratique des médias ? Vous pouvez commencer en vous appropriant un peu… Acrimed.

 

A la une

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »

Bruno Jeudy traque les « faux » gilets jaunes (BFM-TV)

L’éditorialiste distribue les rôles de bons et mauvais gilets jaunes

Manifestation des gilets jaunes : les éditocrates sont-ils « raisonnables » ?

Quand les éditorialistes condamnent « l’irresponsabilité » des manifestants pour mieux passer sous silence la responsabilité des autorités.