Accueil > (...) > Quel financement ?

Appel à dons : pour que vive la critique des médias… et Acrimed !

par Acrimed,


Dans la période que nous traversons, nous ne mettons pas la critique en veilleuse. En témoignent nos récents articles consacrés au traitement médiatique de la crise du coronavirus. Plus que jamais, l’information comme bien public de qualité doit être une exigence démocratique majeure. C’est le sens de notre combat.

Les conditions de notre travail sont cependant rendues difficiles. Le confinement de la population a affecté tous les secteurs de la société… et Acrimed ne fait pas exception. Nous en avons également subi les conséquences. L’équilibre des finances qu’Acrimed avait péniblement atteint s’en trouve déjà affecté ; il continue de reposer essentiellement sur les dons et les adhésions. C’est pourquoi, si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à nous soutenir !

Pour cela, il existe plusieurs possibilités : vous pouvez faire un don à l’association, soit ponctuellement (paiement sécurisé par carte bancaire, Paypal, chèque ou virement) soit régulièrement (prélèvement automatique, chaque mois ou chaque année).

Vous pouvez nous soutenir en adhérant à l’association Acrimed : le paiement de la cotisation vous permet d’être informé et de participer pleinement à la vie de l’association, et de la soutenir financièrement, ou en vous abonnant à notre revue trimestrielle, Médiacritiques, ou encore mieux : les deux. Les cotisations et les dons à Acrimed ouvrent droit à une réduction d’impôt de 66 % de leur montant.



Vous pouvez aussi faire circuler cet appel à soutien auprès de vos proches. Un grand merci à vous pour votre soutien dans cette période difficile... pour que vive la critique des médias !


L’équipe d’Acrimed

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Patrick Le Lay, TF1 et la culture : des paroles et des actes

Retour sur un mirage et une méprise.

Chloroquine et Didier Raoult : la mauvaise foi de Patrick Cohen

Quand les éditocrates s’emparent du débat scientifique…

Les « experts » médiatiques, spécialistes en généralités

Une contribution d’Acrimed pour la revue Délibérée.