Accueil > Critiques > (...) > Canal plus, la fausse impertinence

Thierry Ardisson, ou les lamentations d’un baron de la télévision

par Pauline Perrenot,

Invité dans la matinale de France Inter le 25 juin, Thierry Ardisson expliquait à Léa Salamé les raisons de son départ de C8 et livrait quelques considérations sur l’état de la télévision actuelle. Où il fut question, pêle-mêle, du très grand capital, des émissions populaires, de porte-cartes Hermès et du service public… Un moment radiophonique digne d’une mauvaise fable, où le cynisme de Thierry Ardisson réinterroge quant à la domination, dans le champ médiatique, des animateurs-producteurs se revendiquant de la « télévision populaire ».

Le 18 mai, Thierry Ardisson annonçait son départ de C8 et l’arrêt des émissions des « Terriens », dont la dernière a été diffusée le 15 juin. « Je ne veux pas faire de la télé low cost sous le joug des comptables » déclarait le baron de la télévision Bolloré dans un communiqué. En cause : le nouveau budget alloué par le milliardaire, à hauteur de 5 millions d’euros pour la prochaine saison, au lieu du double accordé les années précédentes [1].

L’occasion pour Léa Salamé de le recevoir dans la matinale de France Inter le 25 juin. Avec en prime, un « clash » garanti en présence de l’humoriste Charline Vanhoenacker qui, quelques jours plus tôt, disait être ravie de la disparition de l’émission de l’animateur, qu’elle qualifiait de « putassière » [2]. Et on peut dire que ça n’a pas loupé, tant les grands médias se sont jetés sur « l’accrochage », le « malaise », le « règlement de comptes », le « tacle » de Thierry Ardisson qui « s’enflamme » (L’Express) ou « fracasse Charline » (Voici). Charmant. Un buzz bien mitonné, facilité par la communication de France Inter sur les réseaux sociaux, ayant contribué à masquer certaines considérations livrées par Thierry Ardisson sur la télévision actuelle, qui, quant à elles, méritent un petit temps d’arrêt.


« On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre »


On connaît la propension de Thierry Ardisson à se revendiquer de « la télévision populaire ». Il en serait même l’incarnation, par opposition (binaire et stérile) aux médias dits « élitistes » et « bien-pensants », parmi lesquels sont rangés, entre autres, France Inter. Un antagonisme fantasmé par toute une galaxie de personnalités adeptes du « on-ne-peut-plus-rien-dire », elles-mêmes omniprésentes dans les médias. Galaxie, soit dit en passant, avec laquelle Thierry Ardisson est fort à l’aise… et qui le lui rend bien :


Une de Valeurs actuelles, semaine du 4 au 10 juillet 2019


De la télévision façon Ardisson, il fut donc notamment question au cours de l’interview. L’animateur esquisse en effet sa définition : « Une télévision de talk-show, une émission d’accueil, où on peut recevoir à la fois des gens très populaires et à la fois des gens plus cultivés, plus intellectuels. Ce mélange-là, cette curiosité-là, bah oui, ça se perd, ça se voit. » Où l’on comprend donc que pour Thierry Ardisson, on ne peut pas être à la fois « populaire » et « cultivé ». Une certaine conception de la culture populaire… Et de prolonger :

- Léa Salamé : Vous dites que la culture à la télé doit être spectacularisée, qu’est-ce ça veut dire ça ? Ça veut dire qu’on peut pas recevoir Houellebecq, Philippe Sollers, Bret Easton Ellis si on met pas un humoriste avant et une nana de la téléréalité après ?

- Thierry Ardisson : Ça a été ma conception, c’est-à-dire que je pense qu’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre et que, si vous voulez, pour intéresser les gens, comme vous dites, à Bret Easton Ellis ou Tom Wolfe ou peu importe, il faut qu’ils soient là, d’abord, et ensuite il faut qu’ils se disent : « Après, il y aura un truc marrant donc je vais me taper ça ». Parce que la culture, c’est pas obligatoire si vous voulez, les gens ils ont pas envie de se cultiver à ce point-là.

Belle conception en effet, qui résume assez bien la vision paternaliste de Thierry Ardisson vis-à-vis des classes populaires, auxquelles le maître devrait apporter l’éducation – ou, tout au moins, sa conception de l’éducation ! Cette réponse résume également le principal souci des tenants du système médiatique, qui consiste surtout à attirer le « public-mouche »… avec le « vinaigre de formats ultra standardisés » ?

Car on peut penser – sans trop s’avancer – que les intérêts des classes populaires importent bien peu à des producteurs millionnaires comme Thierry Ardisson, qui veille surtout à sauvegarder une position dans le système médiatique, l’œil ainsi rivé sur les logiques d’audimat. Et qui privilégie, plus que l’intérêt du public, la manière dont il aime « faire de la télé » et le petit entre-soi avec lequel il aime le faire. Une position qui lui permet, évidemment, de promouvoir les invités, les idées et les représentations du monde qu’il souhaite promouvoir. Certes, ces choix peuvent entrer en résonance avec des aspirations « populaires ». Mais pas nécessairement.

D’autant moins nécessairement que les animateurs-producteurs constituent en réalité un groupe relativement homogène. De Cyril Hanouna à Nagui en passant par Yann Barthès, quelques « businessmen du PAF » accaparent des pans entiers de la télévision, et investissent, comme le mentionnait dernièrement Capital, « dans une kyrielle d’activités, loin des plateaux d’enregistrement. Par passion ou pour assurer leurs arrières » (sic) ! De ce fait, leur position sociale n’a plutôt rien à voir avec les « gens des classes populaires » auxquels ils prétendent s’adresser. Et force est de constater que les émissions de « talk-shows » ou les magazines culturels ne laissent guère de place au pluralisme, tant les formats et les dispositifs sont standardisés et les programmations, starifiées au profit du copinage, calquées sur les agendas promotionnels des invités en question et en concurrence les unes avec les autres.

D’ailleurs, on peut dire qu’en matière de déconnexion avec la réalité des classes populaires, Thierry Ardisson est un bel exemple, dont l’habitus se révèle dès le début de l’interview face à Léa Salamé :

- Léa Salamé : Tout le monde se serre la ceinture, on est dans une période de vaches maigres, pourquoi est-ce que… [Coupée]

- Thierry Ardisson : Ah bah j’ai vu par exemple qu’il y avait pas de croissants sur France Inter.

- LS : Oui ben voilà par exemple il n’y a plus de croissants…

- TA : Non mais faut le dire, faut le dire ! Non non mais faut le dire ! La première radio du 5ème pays du monde, du 6ème peut-être maintenant, et il y a pas de croissant, je veux dire… C’est Bolloré qui a racheté France Inter ?

- LS : Bon c’était pour la vanne, c’est pas normal…

- TA : C’est pas pour la vanne, c’est pour les croissants.

- LS : Alors c’était pas normal… on vous a acheté un Crunch voilà.

- TA : Oui j’ai un Crunch. Vous avez déjà mangé un Crunch vous, bon ? Courage.

- LS : Voilà, on l’a payé, on l’a payé… Alors. Pourquoi est-ce que vous devriez pas vous aussi vous serrer la ceinture ?

- TA : D’abord, parce que je suis Thierry Ardisson.

- LS : Ça veut dire quoi ça ?

- TA : Ça veut dire que quand je vais chez Hermès acheter un porte-cartes, je le paie 300 euros alors qu’il y a pour 40 euros de veau. Voyez ce que je veux dire ? C’est à dire qu’on paie la marque, on paie le savoir-faire, on paie l’image. Ce que C8 achetait avec moi, c’était évidemment l’audience que je pouvais apporter mais c’était aussi l’image de marque auprès des annonceurs. Évidemment que Dior ou des gens comme ça, ils préféraient annoncer chez moi.

De l’épisode « caprice pour un croissant », on pourrait dire qu’il est anecdotique s’il n’était pas en parfaite cohérence avec les habitudes de shopping de Thierry Ardisson, dont l’arrogance a probablement laissé Alain Delon sur le tapis. Rompu à toutes les stratégies financières du système médiatique – qu’il expose, certes, avec une certaine lucidité – l’animateur, dont le salaire (uniquement pour les émissions des « Terriens ») s’élève jusqu’à 20 000 euros mensuels, n’a jamais caché sa volonté de faire de l’argent avec la télévision.

Mais à malin, malin et demi, puisqu’il a évidemment trouvé en la personne de Bolloré un capitaliste plus vorace que lui ! Qu’à cela ne tienne, Thierry Ardisson a plus d’un tour dans son sac pour sauver la « télévision populaire »… En réponse à Léa Salamé, qui évoque Netflix, Amazon, ou OCS pour sa reconversion, le « baron noir » expose ses ambitions :

Écoutez vu l’attitude de Bolloré, plutôt que de se vendre au grand capital, peut-être qu’il faut se vendre au très grand capital. Peut-être que c’est là qu’est encore l’argent si vous voulez.

L’éducation populaire comme seul cap, on vous dit ! Mais « populaire » à la seule condition que les spectateurs ne la ramènent pas trop : « On peut plus rien dire à cause des réseaux sociaux. Donc c’est vrai que c’est beaucoup moins marrant de faire de la télé comme ça en tout cas. » La fameuse « dictature des réseaux sociaux », symptôme de la décadence d’une époque : d’autres petits producteurs et animateurs du monde médiatique, comme Laurent Ruquier, le constatent aussi, versant dans le « on ne peut plus rien dire sur quoi que ce soit »… [3]

Et c’est pour signer sa profonde attache aux intérêts des classes populaires, et à leur « éducation », que Thierry Ardisson en termine par une ode. Émancipatrice, bien entendu :

- Léa Salamé : Vous seriez ministre de la Communication et de la Culture, vous feriez quoi ?

- Thierry Ardisson : Je ferais du service public un vrai service public, c’est-à-dire quelque chose qui apprend aux gens. Quand je vois qu’on a supprimé votre émission « Stupéfiant » par exemple…

- LS : Non elle est pas supprimée, mais bon, passons. Et donc vous feriez quoi ?

- TA : Et donc voilà. D’abord, je virerais 6 000 personnes parce que c’est comme ça qu’on pourra rétablir les finances.

- LS : Oh là, vous dites ça sur France Inter…

- TA : Mais oui, absolument.

- Charline Vanhoenacker : Vous virez des gens quand même alors ? C’est dommage on aurait pu réengager les gens que vous allez virer en partant.

- TA : Ah bah oui si vous voulez, vous voyez bien qu’il y a quatre fois plus de gens sur France Télévisions que sur M6 ou sur TF1. On peut faire marcher des chaines de télé avec beaucoup beaucoup moins de gens.

Sans nul doute. Il paraîtrait même que dans certains pays, le temps de travail hebdomadaire serait limité à 120 heures.


Les producteurs, et les ouvriers


L’éternel débat opposant les émissions dites « élitistes » aux médias dits « populaires » compose très souvent avec un grand absent : la question des logiques qui président à la fabrication des émissions et de la position sociale qu’occupent celles et ceux qui sont chargés de les penser, et de les produire. Car on l’a vu, les producteurs qui dominent actuellement le champ médiatique – tant dans les médias privés que publics – n’évoluent évidemment jamais dans les classes populaires. Et quand ces dernières s’engagent dans un mouvement social d’ampleur, comme ce fut le cas avec le mouvement des gilets jaunes, elles expriment à la fois une défiance vis-à-vis des émissions de « débat » qui leur sont proposées par les chaînes mainstream (qui, soit dit en passant, les dénigrent), et inventent à leur tour d’autres formats, voire d’autres médias…

Si le champ médiatique était structurellement régi par autre chose que des logiques financières, si les animateurs-producteurs n’exerçaient pas une prédation aussi forte sur le paysage télévisuel et sur son contenu, si le recrutement des journalistes ne favorisaient pas majoritairement les classes dominantes, peut-être y aurait-il un tant soit peu de place pour que les classes populaires – au nom desquelles prétendent parler les barons de la télévision – puissent penser elles-mêmes d’autres formats et d’autres contenus [4]. Bien sûr, de tels espaces existent déjà dans la sphère dite « alternative ». Mais ils restent marginaux dans l’océan des médias dominants.

Une première étape consisterait déjà, tout simplement, à ce que les classes populaires soient représentées à l’écran. Commentant le dernier baromètre de la diversité du CSA (fictions, divertissements et programmes d’information), « l’Observatoire des inégalités » indiquait à nouveau :

Les ouvriers (12 % de la population totale toujours selon les données du CSA) ne représentent que 4 % des personnes entendues à la télévision. […] Seulement 0,7 % des personnes entendues à la télévision sont perçues comme étant en situation de précarité. Des personnes qui sont souvent des personnages secondaires à l’antenne. [...] Les cadres y sont quinze fois plus présents que les ouvriers et sept fois plus souvent qu’ils ne le devraient si le temps d’antenne était réparti en fonction de leur part dans la population. Cette représentation des catégories socioprofessionnelles est en complet décalage avec la structure sociale réelle. Elle construit une image d’une société déformée, largement plus favorisée que ce qu’elle est en réalité.

Et la télévision façon Ardisson ne fait pas tellement basculer le déséquilibre, donnant elle aussi la part belle, parmi ses invités, à l’entre-soi du petit monde médiatique. Car tout aussi « paillette » que soit le bilan du « baron noir », ce n’est pas non plus tant chez lui que les classes populaires se seront vraiment vues ou représentées. Pas plus que leurs conditions d’existence et de travail, leurs aspirations ou leurs intérêts. Les mouches, ça peut rapporter gros, mais pas question d’en avoir trop sur son plateau…


Pauline Perrenot


Annexe : transcription intégrale de l’interview


Bonjour à vous Thierry Ardisson. Merci d’être avec nous ce matin, ça fait plus de trente ans que vous êtes dans notre poste de télévision. Vous avez commencé en 1988 avec « Lunettes noires pour nuits blanches » sur la 2, puis il y a eu Paris Première, Canal, C8 et puis… plus rien. Vous ne serez plus à la télé en septembre. Vous pensez qu’elle vous survivra, la télé ?

Ce qui ne me survivra pas, c’est une certaine façon de faire de la télévision. C’est-à-dire faire des émissions qui sont écrites, qui sont tournées, qui sont montées, qui sont mixées, enfin comme du cinéma et qui justifie que l’INA m’ait consacré un site, et qui justifie que l’INA ait publié des coffrets de mes émissions. Et je pense que les émissions qui sont faites aujourd’hui n’auront pas la même pérennité, n’auront pas la même densité, et qui ne justifieront pas qu’on les regarde dans 20 ans par exemple.

Vous l’expliquez dans une tribune au Figaro. Vous dites que « la télé s’éteint et le désert s’étend ». En quoi la baisse des budgets que vous dénoncez va forcément tuer la télé ? Ce que je veux dire c’est que tout le monde se serre la ceinture, on est dans une période de vaches maigres, pourquoi est-ce que… (coupée)

Ah bah j’ai vu par exemple qu’il y avait pas de croissants sur France Inter.

Oui ben voilà par exemple il n’y a plus de croissants…

Non mais faut le dire, faut le dire ! Non non mais faut le dire ! La première radio du 5ème pays du monde, du 6ème peut-être maintenant, et il y a pas de croissant, je veux dire… C’est Bolloré qui a racheté France Inter ?

Bon c’était pour la vanne, c’est pas normal…

C’est pas pour la vanne, c’est pour les croissants.

Alors c’était pas normal… on vous a acheté un Crunch voilà.

Oui j’ai un crunch. Vous avez déjà mangé un crunch vous, bon ? Courage.

Voilà, on l’a payé, on l’a payé… Alors. Pourquoi est-ce que vous devriez pas vous aussi vous serrer la ceinture ?

D’abord parce que je suis Thierry Ardisson.

Ça veut dire quoi ça ?

Ça veut dire que quand je vais chez Hermès acheter un porte-cartes, je le paie 300 euros alors qu’il y a pour 40 euros de veau. Voyez ce que je veux dire ? C’est à dire qu’on paie la marque, on paie le savoir-faire, on paie l’image. Ce que C8 achetait avec moi, c’était évidemment l’audience que je pouvais apporter mais c’était aussi l’image de marque auprès des annonceurs. Evidemment que Dior ou des gens comme ça, ils préféraient annoncer chez moi.

Vous avez été viré ou vous êtes parti ?
On m’a proposé la moitié de ce que j’avais, donc c’est me virer. Parce que quand vous avez une certaine somme pour faire une émission, on vous dit l’année prochaine, vous aurez la moitié, puis c’était pas négociable en plus. Donc j’ai été effectivement viré.

Vous dites que la télé se meurt. Mais il reste de grands rendez-vous, il reste de belles fictions, le foot ça marche à la télé, les grandes soirées politiques… Et il reste aussi des émissions qui ont des moyens. Regardez « Quotidien » sur TMC, il y a des moyens par exemple.

C’est formidable Quotidien. Non ce que je dis, la télé ne se meurt pas. Il y a effectivement des séries, tout le monde regarde des séries, y a des choses formidables évidemment. Je veux dire que c’est ce que je faisais qui se meurt. C’est à dire une télévision de talk-show si vous voulez, une émission d’accueil, où on peut recevoir à la fois des gens très populaires et à la fois des gens plus cultivés, plus intellectuels. Ce mélange-là, cette curiosité-là. Bah oui, ça se perd, ça se voit.

Vous dites que la culture à la télé doit être spectacularisée, qu’est-ce ça veut dire ça ? Ça veut dire qu’on peut pas recevoir Houellebecq, Philippe Sollers, Bret Easton Ellis si on met pas un humoriste avant et une nana de la téléréalité après ?

Ça a été ma conception, c’est à dire que je pense qu’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre et que, si vous voulez, pour intéresser les gens, comme vous dites, à Bret Easton Ellis ou Tom Wolfe ou peu importe, il faut qu’ils soient là, d’abord, et ensuite il faut qu’ils se disent : « Après, il y aura un truc marrant donc je vais me taper ça ». Parce que la culture, c’est pas obligatoire si vous voulez, les gens ils ont pas envie de se cultiver à ce point-là.

Mais pourquoi ça a changé ça ? Ce que je veux dire c’est que Pivot ça marchait, il y a vingt ans, il y a trente ans. Pourquoi est-ce que vous vous êtes obligé pour intéresser à Bret Easton Ellis de mettre un humoriste à côté ?

Ça me dérange pas de le faire parce que si je mets Patrick Timsit avant et Valérie Lemercier après, ça me dérange pas du tout, mais c’est comme ça. La culture à la télévision ne… Moi j’ai été élevé avec l’ORTF. Je ne suis pas un enfant de la télé, je suis un enfant de l’ORTF. J’ai été élevé à une époque où la télé était censée nous élever, nous éduquer. Claude Santelli, Claude Barma, Marcel Bluwal, Daisy de Galard, Jean-Christophe Averty, moi j’ai été élevé par ces gens-là si vous voulez, et j’ai toujours pensé que la télévision devait apporter quelque chose aux gens. Alors évidemment c’est plus facile quand vous êtes en deuxième partie de soirée sur France 2 que quand vous êtes en access sur C8 qui est une chaine de la TNT, mais si vous prenez la liste des gens que j’ai interviewés cette année dans la partie de l’émission que Charline n’a pas vue [Ah, ça commence !], qui s’appelait l’Ardiview, ben je veux dire, Kamel Daoud, Saviano, Onfray, Glucksmann, j’ai eu cette année de très très bons invités, Michel Serres pour sa dernière interview.

Mais vous vous avez l’impression que vous avez élevé les gens ? Vous avez pas aussi succombé, sans doute les dernières années, à la trash tv, à la culture du buzz, à la domination des humoristes… Vous avez pas fait ça vous aussi ?

Non, pas du tout.

C’était pas… sauf votre respect, c’était pas France Culture.

J’avais de très bons humoristes, dont Vizorek, qui est beaucoup plus sympa que Charline d’ailleurs, et qui est désolé. Il est désolé de ce que vous avez dit.

On va expliquer aux gens et puis vous pourrez répondre. Charline dans Le Parisien dimanche dernier s’est réjouie de l’arrêt des « Terriens » en expliquant que votre émission était « trop putassière ».

Ce que Charline ne sait pas d’abord, enfin peut-être pas, c’est que il y a pas de quoi se réjouir hein, ça met 100 personnes au chômage, alors comme vous êtes de gauche, j’imagine que ça doit vous embêter beaucoup. Vous aimez les gens, voilà, donc 100 personnes qui ont plus de boulot.

[Charline Vanhoenacker : Putassier c’est un compliment pour vous Thierry (...) Vous aimez ça.]

Pour moi, c’est pas un compliment, je vous ai connue beaucoup plus drôle. Et ensuite je vous dirais ma chère Charline, d’abord que Vizorek est désolé, il m’a envoyé un texto dès le matin en me disant « je ne sais pas ce qui lui prend » et c’est pourtant votre grand copain, vous lui en parlerez. Moi je n’ai pas trouvé ça drôle parce que si vous voulez vous réjouir de l’arrêt d’une émission, surtout d’une émission qui essaie encore d’élever un peu le débat, même si elle ne l’élève pas au plus haut niveau, je trouve que franchement, je comprends pas votre attitude.

Charline vous voulez répondre ou on passe ?

Et puis ce qu’il faut dire aussi, Charline, c’est que vous avez essayé de faire de la télé, vous avez tenu 15 jours, donc ne venez pas… J’ai quand même le droit de lui dire qu’elle a essayé de faire de la télévision, que ça a duré 15 jours, et que moi j’ai fait 34 ans avec un certain succès. Donc les leçons de Charline, j’en n’ai rien à foutre.

Bon allez allez allez, c’est le jeu Thierry Ardisson. Vous avez karchérisé des tonnes de gens. Vous en prenez une… Pensez-vous comme Laurent Ruquier que c’est les réseaux sociaux qui tuent la télé ? Qu’au fond, la télé est désormais la proie des lobbys, des associations et des corporatismes, que nous vivons sous la dictature de Twitter et de Marlène Schiappa ?

Oui c’est vrai. Si vous voulez, y a deux choses qui ont changé à la télévision. D’abord, les gens veulent plus venir. Il y a 20 ans, les gens étaient tous au maquillage comme on dit. Maintenant, les gens, c’est plus chic de venir à la télé si vous voulez, c’est un peu comme aux Etats-Unis où il y a que quelques émissions où il y a des stars. Donc les gens veulent plus venir. Ensuite, ils veulent plus se rencontrer. C’est à dire que moi je faisais se rencontrer des politiques avec d’autres gens, des artistes avec des politiques. Aujourd’hui, ils veulent plus se croiser. Les politiques veulent plus voir les artistes, les artistes veulent plus voir les politiques. Et puis on peut plus rien dire à cause des réseaux sociaux. Donc c’est vrai que c’est beaucoup moins marrant de faire de la télé comme ça en tout cas. Vous avez dit tout à l’heure, « on vous verra plus à la télé ». Peut-être. Mais enfin, si je trouve quelque chose d’intéressant à faire, je le ferai.

Alors c’est quoi, c’est les plateformes ? On dit que vous êtes en négociation, je sais pas j’ai entendu Netflix, Amazon, OCS…

Ecoutez vu l’attitude de Bolloré, plutôt que de se vendre au grand capital, peut-être qu’il faut se vendre au très grand capital. Peut-être que c’est là qu’est encore l’argent si vous voulez.

C’est ce que vous allez faire ? Vous allez vous vendre au très grand capital ?

Je sais pas je discute. J’ai pas ce besoin d’antenne qu’on peut avoir quand on est plus jeune si vous voulez moi j’ai fait ma carrière, je m’occupe, vous ne le savez sans doute pas d’une société de fictions qui fait des films et des séries…

Mais justement vous aurez besoin de Bolloré et de Canal, pour faire financer vos films ?

Non y a pas que Bolloré et Canal pour financer des films. Bon. Puis qui vous dit qu’on est vraiment fâchés ?

Vous vous passerez de ça ?

Ecoutez non, si on me voit un jour, ça sera sûrement pas en septembre.

Ah ! Donc peut-être qu’on vous voit sur Netflix, sur Amazon en septembre ?

Pour le moment je discute avec tout le monde, beaucoup de gens m’ont appelé pour me dire « qu’est-ce que tu fais à la rentrée ? », c’est normal.

Vous viendrez pas en chroniqueur à la radio ou… À France Inter ?

Non, j’ai quand même un peu de dignité. Je vais pas finir chroniqueur chez Hanouna, rassurez-vous.

Pourquoi les stars de la télé ont tant de mal à quitter la scène ? J’ai l’impression que votre génération s’accroche et… parce que c’est addictif ? Et laisse pas la place aux jeunes d’une certaine manière…

Parce que c’est addictif. Moi j’ai toujours été quelqu’un dans mes émissions qui a plutôt servi de tremplin à des jeunes, je pense. Mais oui, c’est addictif, c’est plaisant. Quand vous savez le faire ce truc là, c’est pas désagréable.

Vous seriez ministre de la Communication et de la Culture, vous feriez quoi ?

Je ferais du service public un vrai service public, c’est à dire quelque chose qui apprend aux gens. Quand je vois qu’on a supprimé votre émission « Stupéfiant » par exemple…

Non elle est pas supprimée, mais bon, passons. Et donc vous feriez quoi ?

Et donc voilà. D’abord, je virerais 6 000 personnes parce que c’est comme ça qu’on pourra rétablir les finances.

Oh là, vous dites ça sur France Inter…

Mais oui, absolument.

[Charline Vanhoenacker : Vous virez des gens quand même alors ? C’est dommage on aurait pu réengager les gens que vous allez virer en partant.]

Ah bah oui si vous voulez, vous voyez bien qu’il y a quatre fois plus de gens sur France Télévisions que sur M6 ou sur TF1. On peut faire marcher des chaines de télé avec beaucoup beaucoup moins de gens. Et le problème ma chère amie…

Bah oui, ça serait une bonne idée, ceux dont vous vous réjouissez qu’ils soient virés.

Merci Thierry Ardisson d’être venu pour nous répondre et belle journée à vous.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1En février, Thierry Ardisson déclarait déjà que chaque émission était facturée 180 000 euros.

[2Le Parisien, 23 juin.

[3Voir l’interview de Laurent Ruquier au JDD, « Laurent Ruquier : "Nous vivons sous la dictature de Twitter et de Marlène Schiappa" », JDD, 15/06.

A la une

Mort lors d’une expulsion : « circulez il n’y a rien à voir » selon l’AFP

Un monument de journalisme de préfecture par l’AFP.

Cadeau : Médiacritique(s), notre trimestriel imprimé, n° 30 (janvier-mars 2019) en pdf

Numéro consacré au traitement médiatique du mouvement des gilets jaunes.

Médias français : qui possède quoi ?

Vous avez dit « concentrations » ? Nouvelle version de notre infographie.