Accueil > Critiques > (...) > Télévisions locales

Télés locales - Nantes 7 : « On est jamais trop informé ! »

Nous publions ci-dessous, avec l’autorisation de son auteur, un article paru sur le site d’Indymedia-Nantes. Nous reviendrons prochainement sur les télés nantaises. (Acrimed)

Donc les 2 TV locales nantaises ont commencé a diffuser depuis vendredi 10 décembre dernier : Nantes 7 [lien périmé [1], (mars 2010)] (de la Socpresse/Dassault) et Télénantes (l’associative citoyenniste/territoriale). Chacun fait des petits réglages, montre ses premières émissions... Et l’une d’elles, sur Nantes 7, s’appelle « Qu’est-ce qu’on vous sert ? »... Elle est diffusée tous les vendredis soirs de 19h05 à 19h35. La première c’était donc hier soir pour cette émission décrite ainsi sur le site de Nantes 7 : « "Club de la Presse" de 26 minutes revenant sur les principaux faits d’actualité de la semaine. » Mais quels étaient donc les « faits d’actualité » sélectionnés pour ce début :

- une affaire de pédophilie à Sucé-sur-Erdre
- un coup des filets de la police dans le milieu des bars à hôtesses nantais
- le procès de l’agression du vigile d’un supermarché

Ouah... Le tout agrémenté par les commentaires de 4 journalistes présents sur le plateau, que des hommes évidemment, venant de : Presse-Océan, Ouest-France, France Bleu Loire-Océan et France 3 Estuaire. La crème de la presse locale venue fêter sa fin de semaine non plus au bistrot d’en bas de la rédac’ mais sur un plateau télé.

Les analyses fusent

A propos du procès des agresseurs du vigile : « Je trouve dommage que ce procès se déroule à huit clos, ça nuit à la compréhension des villes, de la France, des cités, des banlieues... Est-ce que l’on craint aussi des réactions dans les cités à l’annonce du verdict ? On peut l’appréhender effectivement car on nous a pas permis à nous, aux médias, de donner la possibilité aux gens de s’exprimer... »

A propos du « coup de filet » dans le milieu des bars à hôtesses nantais (présenté par l’animateur comme "un sujet plus croustillant et people) : « Des bars à 8000 euros les 2 soirées, je sais pas qui peut se payer ça, mais pas moi en tout cas (sourire) ».

A propos de l’affaire de pédophilie (dont l’animateur rappelle, au passage, qu’elle a été révélée par Presse-Océan, journal qui appartient, comme Nantes 7, à Dassault), un mot pour résumer le façon de travailler et d’informer sur ce genre de sujets : Le premier journaliste : « Rigueur ». Le second journaliste : « Prudence  ». Le troisième journaliste : « Il faut penser aux victimes ». Le quatrième journaliste : « Rigueur et prudence ».

Voilà, c’est bientôt la fin, l’animateur conclut par ces mots simples et directs : « Et pour vous qui nous regardez, n’hésitez pas, lisez la presse, écoutez la radio et regardez la télé. ON EST JAMAIS TROP informé ! » Pas si sûr...

Dio

Dimanche 19 décembre 2004

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Nantes 7 n’appartient plus à la Socpresse. Selon wikipédia, « l’opérateur de Nantes 7 est la chaîne associative Télénantes, désignée en novembre 2009 par le tribunal de commerce de Nantes. L’actionnariat de la chaîne se répartit désormais entre Télénantes (38 %,), le Crédit Mutuel (25 %), TV Loco (15 %), l’agence régionale d’information économique API (15 %), l’association Sciences Com (6 %) et le Centre de communication de l’Ouest (CCO, 1 %) ».

Voir aussi...

A la une

Docteur Cymès et mister Michel, experts médiatiques en coronavirus

On le sait, les experts osent tout... et leur magistère ne connaît pas la crise.

Pendant la crise, pas de confinement pour la critique des médias !

Quelques pistes de réflexion sur notre activité dans la période de crise actuelle.