Accueil > Critiques > (...) > En direct de France Inter

« Taquiner France Inter dans ses dérives »

Nous publions ci-dessous un communiqué d’un « collectif de citoyens engagés », comme il se définit lui-même. (Acrimed)

Après avoir fait un état des lieux de la situation et de l’évolution de France Inter, notre collectif de citoyens engagés a convenu de la nécessité qu’ont les auditeurs de peser davantage sur leur radio de service public. Et ce, pour plusieurs raisons :

- le statut particulier de France Inter donne une responsabilité particulière à chaque auditeur.

- Rappeler notre statut d’auditeur-citoyen qui est à l’opposé de la notion libérale d’auditeur-consommateur que veut imposer la direction de France Inter.

- Affirmer une exigence démocratique face à l’absence de pluralisme dans les médias.

Poser la question des médias, c’est poser la question de la démocratie. Il nous paraît indispensable de passer à l’action mais avec humour, tact et délicatesse mais aussi avec exigence.

1°) Les formes d’actions

- Les actions du collectif s’inscriront dans la durée par cycle d’une année. Nous avons retenu pour ce premier cycle le thème de « Taquiner France Inter dans ses dérives »

- Briser l’isolement des auditeurs dans ses actions individuelles (voir ci-dessous au chapitre des « Moyens »)

- Organiser une veille (écoute) permanente pour réagir chaque fois que nécessaire

- Coordonner dans le plus grand nombre de villes, le même jour à la même heure, les actions devant les bureaux régionaux de Radio France.

Les actions auront une forte visibilité, seront très créatives, avec une symbolique évidente des valeurs que nous défendons, pluralisme de l’information, reconquête du service publique et solidarité.(voir le chapitre « nos premières actions »).

2°) Les moyens

- Diffusion d’une plaquette donnant les adresses de France Inter, les numéros de téléphone, de fax, les courriels des animateurs et les noms des émissions où les auditeurs peuvent intervenir par téléphone.

- Création du site Internet « taquinerfranceinter.org » où les auditeurs feront connaître à tous leurs actions et leurs démarches individuelles (courriers, courriels, téléphones, manifestions devant les bureaux régionaux de Radio France). (les visites sont autorisées pendant les travaux). [Le site n’existe plus (Acrimed, le 2 juin 2008]

- Mettre en place des passerelles avec Acrimed, l’Observatoire Français des Médias et Infos impartiales, etc.

- Créer rapidement un Repaire de « Là-bas si j’y suis » (LBSJS), émission de Daniel Mermet à Marseille. Le Repaire d’Aix en Provence est maintenant créé. La première rencontre aura lieu au café le Bulldogge, le 3 Octobre 2009 à 19h.

- Mettre en lien tous les repaires de LBSJS de France.

3°) Nos premières actions

- Le vendredi 29 septembre 2006 à 10h30, devant les bureaux de France Inter, rue de l’ Evéché à Marseille inauguration du « Manquomètre ».

Qu’est-ce que le Manquomètre ? C’est un appareil extrêmement sophistiqué destiné à faire un constat, à établir un bilan, avant toute action. Il est actuellement mis au point par les plasticiens « Les Osmonötes ». Le Manquomètre fonctionne sur le principe d’une banque de données, vous lui fournissez des informations (pétition de 216 000 auditeurs, nombreuses lettres de protestations, etc....) et le Manquomètre établit le bilan..

- Fin octobre 2006, inauguration de « l’Indignomètre », toujours devant les bureaux de France Inter Marseille et nous l’espérons dans d’autres villes (le même jour à la même heure).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Filmographie - Des documentaires sur les médias et le journalisme (8) : de P à Q

Plus précisément : de « Le Pacte fragile » à « Qui sème la misère récolte la rage ».

Incendie de Notre-Dame : quand France Info balayait d’un revers de main le danger lié au plomb

En plus de sa rubrique « Vrai ou fake » dédiée au fact-checking, certains articles disponibles sur le site web de France Info ressemblent à s’y méprendre à de la « vérification des faits » : sélection (...)