Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Sexisme et journalisme

TF1 et le CSA main dans la main pour un marchandage sexiste !

par Benjamin Lagues,

C’est un marchandage aussi discret qu’invraisemblable. Dans le cadre d’une renégociation avec le CSA ciblant l’exploitation du canal télévisé pour sa chaîne, TF1 a obtenu le droit d’abreuver un peu plus ses téléspectateurs de publicité en échange… d’une meilleure représentation des femmes expertes à l’écran ! Un marchandage qui démontre une fois de plus l’inutilité du CSA, pour ne pas dire sa nocivité, et qui en dit long sur sa conception de l’égalité femmes/hommes : une simple variable d’ajustement.

En préambule, nous rappelons que TF1 n’est pas propriétaire du canal télévisé qu’elle exploite. L’État, par l’intermédiaire du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), peut accorder pour 5 ans le droit d’exploiter ce canal. Au terme de ces cinq années, TF1 doit renégocier avec le CSA le droit d’exploitation du canal télévisé qu’elle utilise. C’est à l’issue de ces échanges que l’institution décide si la convention en vigueur est renouvelée, ou non. Et si oui, à quelles conditions.

Durant l’année 2016, le CSA a décidé de « [statuer] favorablement sur la possibilité de reconduire, hors appel aux candidatures, l’autorisation dont la société Télévision Française 1 est titulaire » [1]. Concrètement, cela signifie que le CSA accorde à nouveau le droit à TF1 d’utiliser le canal télévisé dont elle disposait jusqu’alors.

À ce stade, il y a déjà de quoi rire (très jaune). En effet, comme le rappelle le CSA lui-même dans la convention publiée sur son site, « le caractère pluraliste de l’expression des courants de pensée et d’opinion [et] l’honnêteté de l’information » sont des engagements, imposés par la loi, que doit respecter TF1 pour conserver son droit de diffusion. Or, que ce soit pour le pluralisme ou l’honnêteté de l’information, TF1 n’est pas exactement un modèle...

Mais il y a pire ! Au cours des négociations qu’a menées le CSA avec TF1, la chaîne de Bouygues avait avancé un certain nombre de réclamations. Parmi celles-ci, la possibilité d’insérer une coupure de publicité pendant son journal télévisé. Une faveur finalement accordée par le CSA durant l’été 2017 [2]… à une condition : « La part des femmes expertes en plateau [doit tendre] progressivement vers la parité. »

Plus de femmes contre de la publicité ? Voilà qu’après les maintes démonstrations de son rôle fantoche, le CSA donne un exemple du sérieux et de la sévérité avec lesquels il lutte pour l’égalité femmes/hommes dans les médias !

Résumons :

- (Encore) plus de publicité sur une chaîne qui n’en manque pas : vive la privatisation !
- Saucissonner un peu plus, via la coupure publicitaire, un journal télévisé qui n’est déjà qu’une somme de tranches plus ou moins informatives : vive le journalisme !
- Pour tendre à la parité, tapez sur « plus de pub », le progrès social selon TF1 : vive le féminisme !


***


Nous l’avons dit et répété : « Inféodé au pouvoir politique et assujetti aux entreprises médiatiques », le CSA est « un organisme-fantoche et un organisme-croupion ». Ce nouveau coup d’éclat nous en apporte un énième exemple : plutôt que de prendre au sérieux la question médiatique, plutôt que d’en faire une question politique essentielle, le CSA s’adonne à des marchandages de bas-étage.

Mais il est loin d’être le seul responsable : les gouvernements successifs n’ont jamais montré de volonté de réformer l’institution – sauf pour aller vers pire… Un « état de fait » qui nous conduit à réitérer une de nos propositions : supprimer le CSA et le remplacer par un Conseil national des médias… de tous les médias !


Benjamin Lagues

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[2Et mise en œuvre ce lundi 12 mars.

A la une

Les jeux d’été d’Acrimed (3) : Brunet or not Brunet ?

Pour ce troisième et dernier volet des jeux d’été d’Acrimed, nous vous proposons de démêler le faux du vrai ! D’abord, parmi des annonces d’émissions d’Éric Brunet et ensuite, parmi des questions dont les (...)

Filmographie - Des documentaires sur les médias et le journalisme (7) : de M à O

Plus précisément : de « Ma grand-mère, une héroïne ? » à « Les Ouvriers ».