Accueil > Critiques > (...) > Le journalisme précaire

Sous-traitants ou " négriers " ?

Extrait d’un texte de la CNT presse et médias (7 avril 2003). [1]

Relax News, des "contrats" au rabais

EXTERNALISATION, SOUS-TRAITANCE ET PRÉCARISATION

La sous-traitance en presse écrite, c’est comme la sous-traitance partout. Un moyen d’insuffler plus de flexibilité à coup de précarité. Quand un magazine comme L’Express choisit d’externaliser une partie de sa rédaction, il confie le marché et son réseau de pigistes en province à un sous-traitant, la société Relax News, une agence de presse spécialisée " loisirs et annonces culturelles ". Une société en infraction avec le droit du travail, n’ayant pas de comité d’entreprise ni de délégués du personnel, et qui cumule les ennuis devant les prud’hommes. Le mois qui a suivi le passage du marché de L’Express à Relax News, l’offensive a débuté contre les pigistes rémunérés depuis quatre ans selon un forfait mensuel.

Plus d’un an que dure la bagarre, à coups de lettres recommandées. A l’automne dernier, [...] deux licenciement pour faute. La faute ? Des brèves trop longues... Ils vont rigoler aux Prud’hommes. Et dernièrement un chantage, soit accepter de passer " volontairement " à la pige, soit se faire licencier et adieu Berthe. [...]

Pour ses pigistes réguliers, Relax News exige donc l’abandon de leur un contrat à durée indéterminée de fait, contre la proposition de commandes épisodiques, sans engagement de la boîte, ni sur la durée de cette collaboration ni sur la fréquence. Il s’agirait donc de démissionner purement et simplement d’un CDI contre rien ! ! ! Même si un contrat-cadre très flou est proposé, signé des deux parties, ce qui peut blouser certains salariés alléchés par un document présumé plus intéressant que l’absence de contrat qui préside généralement au piges, mais qui sont pourtant mieux protégées.

Pour les nouveaux pigistes, il s’agit de faire comme s’ils étaient des collaborateurs irréguliers et non réguliers, avec abandon donc de fait des garanties minimum attachées au " statut " des pigistes. On contourne ainsi tous les aspects " favorables " aux pigistes de la législation pour en faire des précaires purs et durs, corvéables et largables sans encombres. C’est une attaque claire et nette contre les " garanties " actuelles relatives au statut de pigiste (même si elles ne sont pas toujours faciles à faire valoir).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Le titre de cette page est d’Acrimed. A l’époque de la traite des Noirs, les " négriers " étaient ceux qui se livraient aux commerce des esclaves (note d’Acrimed).

A la une

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.

Dupont de Ligonnès : à France Info, le fait divers était presque parfait

La triste fin d’un fait divers cuisiné aux petits oignons.