Accueil > (...) > Médiacritiques

Sortie de Médiacritiques n°43 – Législatives : les chiens de garde sont lâchés !

par Acrimed,

Législatives : les chiens de garde sont lâchés ! Le Médiacritiques n°43 sortira de l’imprimerie le 18 juillet. À commander dès maintenant sur notre site ou à retrouver bientôt en librairie. Et surtout, abonnez-vous !


Dès le lendemain de l’élection présidentielle, les chiens de garde se sont acharnés contre l’union de la gauche aux législatives. Jusqu’au 12 juin, date du premier tour, tous les coups furent permis : mépriser et délégitimer, stigmatiser, traquer. Sur leur lancée, les éditocrates ont poursuivi leur campagne jusque dans l’entre-deux-tours (lire, à ce sujet, notre article dans Le Monde diplomatique de juillet).

Les défenseurs de l’ordre médiatique peuvent sabrer le champagne : les forces politiques qui portaient des propositions de transformation démocratique des médias resteront minoritaires à l’Assemblée nationale. Pour autant, l’heure n’est (toujours) pas à la démobilisation. Emmanuel Macron, dont le premier quinquennat a été marqué par de multiples attaques contre la liberté d’informer (voir notamment le Médiacritiques n°33), poursuit sur sa lancée. Dernière vilénie en date : la suppression de la redevance audiovisuelle, qui fragiliserait davantage un audiovisuel public déjà à bout de souffle.

Parallèlement, la concentration des médias continue de s’aggraver : alors que quelques milliardaires se partagent déjà la plupart des médias dominants, TF1 et M6 s’apprêtent à fusionner. Pendant ce temps, et ce n’est pas sans lien, tous se pâment devant le jubilé d’Élisabeth II – c’est que « c’est une émotion incroyable pour le monde entier de voir la reine », peut-on entendre sur BFM-TV. Et après nous, le déluge.

Le panorama ne serait pas complet sans un retour sur ce qui a occupé les antennes depuis février : la guerre en Ukraine. Parmi les traits saillants d’une couverture massive : une solidarité médiatique envers les Ukrainiens exilés qui dénote franchement avec le traitement réservé habituellement aux réfugiés, un sensationnalisme et quelques imprécisions, ou encore une psychologisation et une dépolitisation des enjeux internationaux.

L’heure n’est toujours pas à la démobilisation, disions-nous. Que l’on pense au journaliste de BFM-TV Frédéric Leclerc-Imhoff tué en Ukraine, à la reporter palestinienne Shireen Abu Akleh assassinée par l’armée israélienne, ou à Julian Assange, dont l’extradition a été approuvée par la ministre britannique de l’Intérieur, le constat est alarmant : le droit d’informer est bafoué aux quatre coins du monde.

La critique des médias, elle, se démocratise et se répand… hors les médias dominants, ces derniers ne goûtant guère que l’on s’occupe de leurs affaires. Exemple exemplaire : en février sur C8, un Cyril Hanouna en quête de légitimité journalistique tirait à vue sur une chercheuse du CNRS (Claire Sécail) ayant l’outrecuidance d’analyser l’émission « Touche pas à mon poste ».

Concentration des médias, cabotinage en boucle, journalisme de préfecture, précarisation des conditions de travail des journalistes… Ces phénomènes, et bien d’autres, l’association Acrimed les critique depuis 1996. Pour continuer à déconstruire les cadrages médiatiques et à élaborer des propositions de transformation des médias, nous avons lancé, comme chaque printemps, un appel à dons. Pour une critique des médias indépendante et radicale, aidez-nous à continuer le combat pour faire de la question des médias une question politique !

Abonnez-vous, réabonnez-vous, faites circuler la revue, suggérez-la à votre libraire et à votre bibliothécaire !



Et surtout... abonnez-vous !


Ce numéro ne sera pas plus diffusé en kiosques que les précédents. Vous pourrez cependant le trouver dans quelques rares – mais d’autant plus précieuses – librairies listées ici, ainsi que sur notre boutique en ligne.

Et surtout, abonnez-vous ! Pour cela, rendez-vous sur notre boutique en ligne, ou remplissez le bulletin pdf et renvoyez-nous le avec un chèque. Vous pouvez également nous soutenir en adhérant à l’association ou en faisant un don.


Presque tous les anciens Médiacritiques sont en accès libre ici.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Les jeux d’été d’Acrimed : les mots croisés médiatiques (2022)

Tirés du Médiacritiques n°43.

« Poutine fou » : la géopolitique sur le divan

Psychologisation et dépolitisation des enjeux internationaux.