Accueil > Critiques > (...) > Contre-réformes et mobilisations de 2003

La contre-réforme des retaites

Retraites : la berceuse de Raffarin endort la presse

par William Salama,

Le dossier des retraites est "politiquement explosif et techniquement complexe". Et c’est peut-être pour cela qu’il est aussi sémantiquement encadré. De fait, sous l’effet du martèlement appliqué de l’entourage de Raffarin, le « dialogue » (La Tribune, 4 février), la « douceur » (Les Echos, 4 février), « l’ habileté » (Le Parisien, 4 février), la « prudence » (tous, sans exception) anesthésient nos colonnes. Or, à y regarder de plus près, si Raffarin se drape dans sa « prudence », certains font moins dans la dentelle.

François Fillon (Le Figaro, 3 février) commence avec une apparente retenue : « nous ne ferons pas semblant de les écouter [ les syndicats, ndrl] et nous cherchons sincèrement à aller aussi loin que possible dans le rapprochement des points de vue ». Mais sa précaution dans la formulation se brise sous la violente réalité : « Il n’y aura pas de négociation ». Pourquoi ? « la réforme des retraites est faite ». Limpide... D’ailleurs Fillon toujours dans Le Figaro, souligne que sa conviction sur ce « débat sémantique - concertation ou négociation - est dernière nous ». On l’a compris, la messe est dite.

A propos de la manifestation du 1er févier dont « une telle unanimité interpelle », Le Figaro Economie (1er février 2003) ne peut s’empêcher de mettre en boîte les velléités syndicales avec leur « paravent des fausses révolutions ». Même condescendance, sous la plume de Philippe Mudry dans La Tribune (édito du 3 février) avec cette sympathique pensée sur les « baudruches démagogiques ».

La contestation est morte, Raffarin l’a euthanasiée

Si tous, à quelques exceptions près, reconnaissent un succès incontestable de l’unité syndicale, peut chaut à Raffarin - au contraire : « J’ai entendu les manifestants qui disent qu’il faut sauver la répartition, eh bien, je signe avec eux la pétition » communique-t-il le front plissé et l’œil mouillé au JT de TF1 ( 20 h00, le 3 février). L’idée vaporisée est que les syndicats unis qui ont défilé en masse, et de manière « incontournable » (L’Humanité, 3 février), n’ encombrent pas le gouvernement. En effet, il faut y voir « une manifestation non pas contre mais pour » (dixit l’inénarrable Jean-Marc Sylvestre, le 31 janvier dans sa chronique sur France Inter). Les Echos (3 février) la trouve même « rassurante » !

Autrement dit, s’ils ne marchent pas avec le gouvernement les syndicats seront les seuls responsables à faire capoter la réforme. Ailleurs « les sondeurs estiment que les mentalités ont évolué depuis 1995 » (Le Figaro, 4 février). Mais pas de panique : Fillon est « persuadé de leur capacité d’évolution » (Le Figaro, 3 février). Mudry dans La Tribune (3 février) est moins optimiste : il indique que les syndicats pourraient être tentés de « pousser des idées qui ne feraient que charger une barque déjà prête à sombrer ». Mais il se montre très péremptoire sur la capacité « à trancher, quand les points de blocages ne seront plus dépassables ».
Dans ces conditions, on comprend 5 sur 5 Phillipe Mudry lorsqu’il chavire de bonheur : « aujourd’hui, il est permis d’espérer ».

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Docteur Cymès et mister Michel, experts médiatiques en coronavirus

On le sait, les experts osent tout... et leur magistère ne connaît pas la crise.

Pendant la crise, pas de confinement pour la critique des médias !

Quelques pistes de réflexion sur notre activité dans la période de crise actuelle.

Assange, krach pétrolier : le complotisme bon teint du Monde

Trop de complots tuent le complot…