Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Télévisions publiques : sous le règne de Sarkozy

Redevance audiovisuelle : suppression des exonérations pour les personnes âgées (SNRT-CGT)

Nous publions ci-dessous un communiqué du SNRT-CGT su 21 novembre 2007 : date à laquelle cette suppression était projetée. Le gouvernement a reculé : échéances des municipales obligent ! (Acrimed - Actualisé le 8 janvier 2008).

Bien évidemment le SNRT CGT dénonce la scandaleuse suppression des exonérations de redevance pour les personnes âgées aux revenus modestes mais il tient aussi à rappeler que cette mesure, prise en 1983 pour motifs sociaux, n’a jamais été compensée intégralement pour l’audiovisuel public !

Les gouvernements successifs se seront donc montrés généreux… avec l’argent des autres, en particulier celui des sociétés de l’audiovisuel public !

Depuis cette date, la CGT n’a eu de cesse de demander le remboursement (et non la suppression) de ces exonérations qui ont atteint, en cumulé, environ 2 Milliards d’euros et qui ont dû être en partie compensées par un recours croissant à la ressource publicitaire.

La suppression à partir de 2008 des exonérations pour les personnes âgées ne marque-t-elle pas en réalité l’échec de la réforme de la redevance et son adossement à la taxe d’habitation, qui n’a pas amélioré sa collecte ?

Le SNRT CGT dénonce une opération de communication politique visant à discréditer l’audiovisuel public au moment où toutes les hypothèses d’augmentation des ressources publiques, pour faire face à un sous financement chronique, sont rejetées par la tutelle.

Ce discrédit accompagne l’asphyxie financière de l’audiovisuel public dans un paysage audiovisuel français de plus en plus façonné pour les intérêts des grands groupes privés.

Paris, le 21 novembre 2008

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique