Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Informations sur l’autre presse

Pumpernickel, journal satirique alsacien, condamné !

Pumpernickel est un personnage moqueur du folklore alsacien, personnage dont le nom a été repris par un enseignant de la ville de Wissembourg pour en faire le titre d’un petit journal de 8 pages, réalisé et diffusé à ses abonnés essentiellement par ses soins.


Cette « chronique wissembourgeoise » essaye de faire entendre un autre son de cloche que le ron-ron habituel et autosatisfait des politiques locaux, à leur tête le Maire de Wissembourg, Pierre Bertrand (par ailleurs conseiller général du canton). L’Alsace du Nord, caricature de ce qu’est malheureusement l’Alsace assez souvent, regorge de petits potentats locaux multi-cumulards, encartés à l’UMP pour la quasi-totalité d’entre eux, et qui ne font que rarement la différence entre majorité et unanimité.

Le ton de Pumpernickel est volontairement satirique et les édiles locaux sont égratignés autant qu’il est nécessaire.

En plein été, prenant prétexte d’un numéro particulièrement caustique, la Ville de Wissembourg et la Communauté de Communes de même nom ont intenté une action en justice contre Pumpernickel et un mensuel satirique appelé « Tonic Magazine », réclamant en tout 7000 euros au seul Pumpernickel.

L’affaire fut jugée sur le fond le 9 février 2004 : les plaignants furent en grande partie déboutés, le procureur lui-même ayant conclu à la nullité de l’essentiel de la plainte ; seulement, la chambre correctionnelle du TGI de Strasbourg condamnait Antoin Michon, directeur de la publication de Pumpernickel à 600 euros d’amende assortis du sursis pour une période de 5 ans.

Son directeur de publication a décidé d’interjeter appel de cette décision.

Et en appel : Pumpernickel condamné !

Amende : 750 euros
Insertion dans la presse : 1000 euros
Dommages & intérêts : 1800 euros (maire)
Dommages & intérêts : 1800 euros (1er adjoint)
TOTAL : 5350 euros

Pour avoir écrit :

- Que « l’ancien lycée a bien été bradé à un promoteur immobilier », que « l’opposition est muselée », que « favoritisme et clientélisme sont la règle », etc.

- « Les nouveaux locaux que "Prince-Joseph" est en train de se faire rénover à nos frais, et dont une part est réservée à ses copains de la chambre de commerce et d’industrie. »

- « Pas un numéro de la gazette nullissimale qui ne rappelle que les contre-sens cyclables en vigueur sous toutes les latitudes resteront interdits à Wissembourg tant que "Roi-Pierre" portera la couronne. »

- « ... que l’Esprit descende et vienne illuminer cette cervelle en panne neuronale. »

- « Tout cela aura été décidé dans le cénacle fermé d’une assemblée de délégués de conseils municipaux nommés selon des procédures qui rappellent le "centralisme démocratique" des partis bolcheviques. »

Pumpernickel, « chronique satirique wissembourgeoise » trimestriel sans publicité, est tiré à 500 exemplaires ; il « vit » avec un budget annuel de 500 euros.

Dons et soutien : Pumpernickel, 1 rue Saint-Jean, 67160 Wissembourg

Courriel : pumper.nickel@laposte.net

 

A la une

Actualité des médias n°21 (novembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »