Accueil > (...) > Débats et initiatives : annonces et présentations

« Pluralisme et critique des médias »

Mardi 21 février, à Corbeil-Essones - avec Michel Muller, (Filpac-CGT), Nicolas Spengler (Acrimed), un syndicaliste d’Helio Corbeil

Débat « Café-Huma » - mardi 21 février, à Corbeil-Essones - avec Michel Muller, (Filpac-CGT), Nicolas Spengler (Acrimed), un syndicaliste d’Helio Corbeil

Débat "Café-Huma" organisé par le collectif local des lecteurs-trices et ami-e-s de l’Humanité


« Pluralisme et critique des médias »

Le mardi 21 février à 20h00
au café « Le Soleil de la Mésopotamie » 6 rue Féray, à Corbeil-Essonnes

avec la participation de :
- Michel Muller, de la Filpac-CGT, auteur du rapport « Garantir le pluralisme et l’indépendance de la presse quotidienne »
- Nicolas Spengler de l’association ACRIMED (action critique médias)
- Un représentant syndical d’Helio Corbeil

« L’information savamment orientée, le lavage de cerveau quotidien que subissent les citoyens de la part des médias (même de ceux du service public), l’état de la presse quotidienne notamment des journaux d’opinion, le rôle des gratuits, le paysage médiatique à l’ère d’Internet, les groupes financiers et les marchands d’armes dans le monde de la presse et de l’édition... Tant de sujets qui nous interpellent, tant d’interrogations, d’idées à débattre dans la perspective d’échapper à l’uniformisation en vogue si chère à l’idéologie néolibérale. La campagne du référendum européen a montré que d’autres voies sont possibles.

Venez nombreux, la richesse des échanges fait notre force ! »

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Matinale de France Inter : parlez, parlez, mais de grâce, parlez dans les clous !

Des nouvelles de la parole « acceptable » en temps de crise.

Docteur Cymès et mister Michel, experts médiatiques en coronavirus

On le sait, les experts osent tout... et leur magistère ne connaît pas la crise.