Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Philippe Val, fabuliste et patron

En bref

Philippe Val victime d’une insolation

par Henri Maler,

Sur le point de quitter la direction de France Inter, Philippe Val est sorti de l’ombre pour se rendre à une rencontre avec « Les Amis du Crif ». Mais sous ce brulant soleil, il a été victime d’une insolation. Acrimed lui souhaite un prompt rétablissement.

Que s’est-il passé exactement ? Une capture d’écran piquée à Rue 89 permet de découvrir une ambiance surchauffée.

Mais rien ne laissait présager un déplorable accident. Philippe Val, en effet, aurait déclaré que « la crise que traverse le journalisme est due à plusieurs facteurs ». Jusque-là rien d’anormal.

Mais il aurait relevé ce premier facteur, sans doute le principal :

« On peut relever l’intérêt des jeunes journalistes pour l’idéologie de Bourdieu selon laquelle les dominants ont toujours tort et les dominés toujours raison. »

Et il aurait ajouté, un peu plus tard

« Le fait que le prix Pulitzer ait été attribué aux journalises qui ont révélé l’affaire Snowden est le symbole de la crise de la presse car Snowden est un traître à la démocratie. »

Impossible de dissimuler notre inquiétude. A-t-il réellement prononcé les stupidités qu’on lui prête ? Ce serait incroyable !

La réponse à cette question figurera peut-être dans un prochain éditorial de Charlie Hebdo où l’on attend sans doute son improbable retour avec impatience. Comme nous-mêmes !

 

A la une

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »

Bruno Jeudy traque les « faux » gilets jaunes (BFM-TV)

L’éditorialiste distribue les rôles de bons et mauvais gilets jaunes

Manifestation des gilets jaunes : les éditocrates sont-ils « raisonnables » ?

Quand les éditorialistes condamnent « l’irresponsabilité » des manifestants pour mieux passer sous silence la responsabilité des autorités.