Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Les médias et les mobilisations sociales

Mobilisations étudiantes : les éditocrates face au péril jeune

par Frédéric Lemaire,

Depuis début avril, la mobilisation contre la réforme des universités et le système Parcoursup s’est amplifiée de manière spectaculaire avec l’occupation de nombreuses facs. Contre ce mouvement d’une ampleur sans précédent ces dix dernières années, la fine fleur de l’éditocratie n’a pas manqué de se mobiliser . Pour les tauliers des médias, les étudiants seraient en réalité instrumentalisés par une « minorité agissante » issue de l’« ultragauche ». Et bien évidemment, ils se mobiliseraient pour de mauvaises raisons, voire sans raison du tout. Retour sur les plus belles démonstrations de morgue et de mépris médiatique à l’égard des mobilisations étudiantes.

Difficile d’échapper à cette interview de Georges Haddad, président de l’Université Paris 1, dont les propos ont fait les titres de nombreux articles de presse, et ont été repris dans les journaux télévisés des grandes chaînes et sur les chaînes d’info en continu. Face à un Jean-Pierre Elkabbach visiblement terrifié par l’occupation de Tolbiac, Haddad évoque, sur le ton d’un reportage de Bernard de La Villardière, « la violence, la drogue, le sexe » qui régneraient dans la fac occupée. Arrêt sur Images revient sur cet échange dans un article et dans cette vidéo :


Le caractère alarmiste et outrancier de l’entretien prête évidemment à sourire. Il a d’ailleurs été tourné en dérision par les occupants de Tolbiac dans une vidéo pastiche de reportage sur l’occupation de la fac. Cet entretien témoigne néanmoins de la tonalité des commentaires des tauliers des grands médias à l’égard des mobilisations étudiantes.

Journalisme de préfecture (bis)


Car Jean-Pierre Elkabbach n’est pas le seul à trembler d’effroi en se demandant : « Qui sont-ils, combien sont-ils, d’où viennent-ils ? » C’est également le cas de Nathalie Saint-Cricq, lors d’une interview dominicale sur France Inter avec François Ruffin. La responsable du service politique de France 2 interroge ce dernier sur son soutien aux étudiants :

« Est-ce que vous pouvez vraiment présenter […] ceux qui bloquent les facs comme des étudiants en détresse, n’y a-t-il pas une tentative, gauche ou extrême-gauche, de noyautage […] ? C’est pas un fantasme, hein. »

Ce n’est pas un fantasme, puisque l’éditocrate en chef de France 2 a des sources sûres :

« Il y a manifestement, d’après ce que j’ai lu dans Le Monde qui est peut-être faux, 800 à 1200 personnes qui bloquent et qui font partie de l’ultragauche et qui noyautent le truc, qui ne sont pas véritablement des étudiants ? »

Mais d’où vient ce chiffre de 800 à 1200 membres de « l’ultragauche » qui noyauteraient les mobilisations étudiantes ? Une simple recherche en ligne nous conduit à deux articles, du Figaro (14 avril) et du JDD (16 avril), qui évoquent tous deux ces chiffres issus… d’une note des renseignements territoriaux (ex renseignements généraux). Quelle source plus fiable que la police pour se renseigner sur les méfaits de « l’ultragauche » – comme l’a récemment démontré le fiasco du procès de Tarnac [1] ?

Le JDD, en pointe en matière de journalisme de préfecture, reprend à son compte la note des renseignements territoriaux pour qui « il n’y a guère de doute, l’ultragauche est à la manœuvre dans 11 de la quinzaine d’universités occupées, fer de lance de la contestation contre la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur. »

Mais, outre Le Figaro et l’éditocrate en chef de France 2, le journal dominical a décidément de la concurrence sur son créneau. Sur LCI, Renaud Pila dédie sa chronique, qui fleure bon les éléments de langage policiers, à « la montée de l’ultragauche » et évoque notamment l’occupation de Tolbiac : « les autorités connaissent le pedigree de ces jeunes qui s’en prennent extrêmement violemment à la police : ils sont anarchistes. N’allez pas croire qu’ils veulent refaire mai 68, leur modèle à eux c’est la commune de Paris. Même s’ils ont fait de bonnes études, ils veulent mettre à bas la société capitaliste. Ils sont très peu nombreux, mais ils sont très organisés. » (16 avril)

« Peu nombreux et très organisés » ? Si l’on ajoutait « très bruyants », on aurait là un portrait sommaire mais suggestif de la poignée d’éditocrates qui reprennent à leur compte, sur tous les plateaux, les éléments de langages policiers et gouvernementaux…


Un noyau « ultraminoritaire » de « l’ultragauche »


L’inquiétude autour de ce « noyau » minoritaire de l’ultragauche est, en effet, largement partagée sur les plateaux télévisés. Dans l’émission de Ruth Elkrief sur BFMTV, Hervé Gattegno du JDD dénonce ainsi, sans précision, « une organisation politique, une utilisation, une instrumentalisation » des mobilisations étudiantes.

L’animatrice n’est pas en reste. Face à Olivier Besancenot, Ruth Elkrief s’interroge : « Est-ce qu’il n’y a pas ce sentiment de forte minorité, de minorité qui serait agissante mais qui ne représente pas l’essentiel ou la majorité des étudiants ? » Puis face à un représentant de la FAGE : « Qui sont les jeunes qui manifestent, qui bloquent, qui font la grève ? Est-ce que ce sont tous des étudiants, est-ce qu’il y a d’autres gens, certains ont l’air de dire qu’il n’y a pas seulement des étudiants ? » (6 avril)

Sur le plateau d’Yves Calvi sur Canal Plus, « l’expert » multicarte Dominique Reynié est remonté. Il évoque « à la louche entre 10 et 15 000 étudiants qui empêchent de travailler l’université française. Il y a deux millions d’étudiants en France. Il y a quatre sites qui sont vraiment bloqués. » Le fondateur du think-tank droitier Fondapol ne cite pas les chiffres de la police, mais il reprend ceux de la ministre de l’enseignement supérieur, comme c’est le cas du Parisien et de nombreux autres titres de presse. Pour Solidaires étudiant-e-s ou encore La Croix les universités faisant l’objet d’un blocage reconductible ou illimité sont plutôt au nombre d’une quinzaine.

Et si Dominique Reynié n’évoque pas « l’ultragauche », il parle d’une « ultraminorité en voie de zadisation ». Et plus précisément d’une « minorité hyperactive, violente qui n’ont pas de respect pour le droit ni pour la démocratie, qui préalablement à un vote éliminent, font sortir ceux qui sont opposés aux choix que l’on veut obtenir dès le départ ».

De là à penser, comme Romain Goupil (C politique, 8 avril), que les étudiants mobilisés sont de futurs « Khmers rouges », il n’y a qu’un pas… Une semaine auparavant, une chroniqueuse de C Politique avait d’ailleurs identifié un des ressorts des mobilisations étudiantes suite au tabassage d’étudiants par des miliciens d’extrême-droite : « L’ultra-gauche et les mouvements nationalistes ont un besoin vital de s’opposer les uns aux autres, crier au fascisme d’un côté, au bolchévisme de l’autre, ça permet de mobiliser leur base ». Au fond, « ultragauche » et extrême-droite, même combat ?

Autre grief à l’égard des étudiants : ils n’ont pas de réelles raisons de se mobiliser. Sur le plateau de C dans l’air du 3 avril, Christophe Barbier est perplexe : « Il est quand même curieux de voir […] les étudiants bloquer les facs pour une sélection qui ne leur sera pas appliquée puisqu’ils sont déjà en fac. » Qu’on puisse se mobiliser pour d’autres raisons que ses propres intérêts personnels est visiblement suspect.

Quant à Raymond Soubie il s’interroge quant aux ressorts des mobilisations : « Il y a des nervis qui tapent sur de malheureux étudiants, histoire classique, mais il n’y a pas de sujet ». Mais après tout cela ne le surprend pas trop : « Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de sujet qu’il n’y a pas de mouvement car souvent les mouvements de jeunes éclatent, je ne dirais pas sur des non sujets, ce qui ne serait pas gentil, mais en fait sur des sujets qui ne sont pas des sujets centraux ». Circulez, il n’y a rien à voir !

C’est également le point de vue de Philippe Val et de Franz-Olivier Giesbert sur le plateau de Ruth Elkrief (BFMTV, 6 avril). Un échange fulgurant au sujet des mobilisations étudiantes :

Philippe Val : « Quand il s’agit des facs, le discours n’a pratiquement pas d’importance. »

Franz-Olivier Giesbert : « Plus c’est bête, plus ça peut marcher ! »

Philippe Val : « Plus c’est bête, plus ça peut marcher, oui… »

Ruth Elkrief : « C’est pas très gentil pour les étudiants. »


***


L’indigence journalistique de ces « analyses » est sidérante. De journalisme et d’analyse il n’est d’ailleurs pas vraiment question, puisque aucune de ces sommités médiatiques ne base ses propos sur un quelconque travail d’enquête qui les aurait menés à quelques stations de métro de leurs studios rencontrer des étudiants ou des enseignants qui auraient pu leur exposer leur point de vue et leurs raisons de rejeter la réforme. Étudiants et enseignants mobilisés sont d’ailleurs systématiquement absents des plateaux télévisés où les éditocrates devisent gaiement de l’irresponsabilité des mobilisations universitaires.

Et si la frayeur de Jean-Pierre Elkabbach à l’égard l’occupation de Tolbiac a quelque chose de ridicule ou de plaisant, elle n’est en rien anecdotique. D’abord considérées d’un regard amusé, les mobilisations universitaires de ces dernières semaines sont désormais dans le viseur de l’éditocratie. Tous les moyens sont bons pour relativiser et décrédibiliser la mobilisation des étudiants y compris la reprise des mots d’ordre gouvernementaux et des biais policiers dans la description factuelle des mobilisations. Mais cela n’a pas empêché, jusqu’à présent, le mouvement de prendre de l’ampleur. Et on peut se demander dans quelle mesure ces caricatures médiatiques ne risquent pas de se retourner, comme un boomerang, contre ses auteurs ; en décrédibilisant en retour une éditocratie qui apparait plus que jamais déconnectée des réalités sociales.


Frédéric Lemaire


Post-scriptum  : Nous reproduisons ici un tweet de Raphaël Enthoven, effacé depuis, qui rend compte de l’état d’esprit bienveillant des éditocrates à l’égard des mobilisations étudiantes...

Erratum  : Raphaël Enthoven n’avait pas effacé son tweet, mais bloqué le compte de l’auteur. Comme nous aurions dû nous en douter, il est en réalité tout à fait satisfait de sa sortie.

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1À ce sujet on pourra consulter notre rubrique « à la recherche de l’ultra-gauche ».

A la une

Dalila Zein, une « cost killer » devient directrice générale de l’AFP

La privatisation de l’AFP est en marche.

Le Conseil de presse du Québec

Liberté de la presse ou droit du public à l’information ?

Actualité des médias n°17 (juin 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.