Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > TV associatives : Quelques-unes d’entre elles

Communiqués de Zalea TV et du mouvement des télés libres

Mai 2002 : Le CSA contre Zalea TV et le Tiers secteur audiovisuel

Quand le CSA demande la saisie du matériel de Zalea TV ...Communiqué de Zalea tV, suivi d’un communiqué des télés libres

Communiqué de Zalea TV

Après les pratiques discriminatoires, les pratiques d’un autre âge, le CSA demande la saisie du matériel de Zalea TV

Figé, le CSA s’obstine à censurer le Tiers Secteur Audiovisuel (TSA). En conséquence, les télés libres poursuivent leurs diffusions pirates à travers toute la France pendant les élections législatives et en font en véritable débat de société.

Que d’évènements ! On aurait pu croire que pouvoirs publics et, à fortiori, les institutions qui en dépendent tirent les enseignements de la période politique actuelle. Il en est une qui demeure, quoi qu’il arrive, figée et dangereusepour la démocratie et la liberté d’expression.

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), fier, semble-t-il, de la manière dontles télévisions de masse ont traité l’actualité politique durant les Présidentielles poursuit la censure des télés libres en période électorale malgré de nombreux rappels à l’ordre et la demande répétée qui lui est faîte de respecter la loi.
Fin mars, l’ONG Reporter Sans Frontière (RSF) sommait le CSA de s’expliquer au travers d’une lettre adressée à Dominique Baudis : "Comme toutes les autres chaînes, les télévisions associatives signent une convention qui les engage à respecter le code électoral. Les empêcher de s’exprimer en période électorale vatotalement à l’encontre de la liberté et de la pluralité de l’information". A ce jour, contrairement à son habitude, le CSA, géné, n’a jamais répondu à RSF concernant cette mise en cause grave.

Dans un récent courrier, afin de réagir à une lettre ouverte du Tiers Secteur Audiovisuel demandant l’arrêt des traitements discriminatoires de la part du CSA qu’il préside, Dominique Baudis, explique le 14 mai 2002, avoir "bien noté votre point de vue concernant la contribution (des télévisions associatives) dans la diversification des programmes et du choix offert aux téléspectateurs...".

Le CSA l’a tellement bien compris que sa décision est de maintenir l’interdiction de toutes expressions et diffusions aux Tiers Secteur Audiovisuel depuis plus de 10 mois.
Le même jour, au cours d’une interview, après que les pratiques du CSA aient été stigmatisées à maintes reprises dans la presse quotidienne, le CSA livre sa vision de la liberté d’expression des citoyens et leur participation aux médias : "Nous n’avons rien contre les télévisions associatives ! C’est simplement un principe de précaution..."

Citoyens, liberté de la communication, droit à l’information, liberté d’expressioncomparés et transformés en maladie contagieuse et en atteinte à la santé publique, une innovation CSA 2002 digne du concours Lepine.

Enfin, quelques jours plus tard, le 16 mai 2002, le CSA finit par céderaux tentations les plus extrêmes en demandant par voie de justice la saisie du matériel de Zalea TV, télévisions associatives ayant participé, avec d’autreschaînes en France, au mouvement de protestation contre les mesures discriminatoires que le CSA leurs impose.

Extrait de la Lettre du CSA de mai 2002 (n° 151) : "le CSA a demandé au procureur de la République de Paris de procéder, conformément aux dispositions légales, à la saisie des matériels et des installations".

Alors que la période politique rappelle de sombres époques de menaces sur les libertéspubliques, le CSA tente de renouer avec les exactions de sinistre mémoire qu’ont eu à subir les radios libres lors de leur émergence. Saisie et confiscation de matériel,dégradation volontaire des équipements, traduction en justice de journalistes,animateurs et éditeurs... C’était il y a 20 ANS alors que près de 500 radios associatives composent aujourd’hui, le paysage radiophonique. A suivre ...

En conséquence, le mouvement des télés libres poursuit ses actions et s’affichera durant les élections législatives à venir notamment par l’organisation d’un grand week-end pour la liberté d’expression, le droit à l’information et le pluralisme les 1er et 2 juin 2002 (voir communiqué de presse ci-dessous).

Plus d’infos sur Zalea TV, tous ses programmes, tous ses combats : http://www.zalea.org
Une autre télévision est possible ...

Communiqué de presse du Mouvement des télés libres

(23 mai 2002)

Le CSA s¹obstinant à censurer les télévisions libres, elles poursuivront leurs diffusions pirates
pendant la campagne des législatives.

Le CSA a décidé de maintenir son interdiction des télévisions associatives pendant la campagne des élections législatives, en invoquant son incapacité à en " contrôler les contenus " et au nom d’un " principe de précaution " transformant l¹expression audiovisuelle citoyenne et non-marchande en danger potentiel pour la démocratie !!!

Les chaînes commerciales et publico-commerciales vont donc pouvoir continuer à manipuler les électeurs sans que leurs pratiques puissent être décryptées et critiquées à la télévision et sans qu¹ aucune approche alternative ne puisse être proposée au public.

Dans ces conditions, le mouvement des télés libres a décidé de poursuivre ses diffusions pirates des programmes du Tiers Secteur Audiovisuel pendant la campagne des législatives, avec notamment un grand week-end pour la liberté d’expression, le droit à l¹ information et le pluralisme les 1er et 2 juin 2002.

D’autres formes de télévision sont possibles et nécessaires.

Signataires :

Ad Kaméra (Dijon), Canal Puce (Lyon), Regarde à Vue (Noisy), Télé Bocal (Paris), Télé Pangée (Montpellier), TV Bruits (Toulouse), Zalea TV.

Avec le soutien de : Les Pieds dans le PAF, Clot RTV (Barcelone), AMCS Radio Provisoire (Vitrolles-Marignane), Acrimed (Action-Critique-Médias)



- Pour connaître les autres initiatives du mouvement des télés libres en France et à l¹étranger (Lyon, Marseille, Toulouse, Tours, Nantes, Paris, Genève, Barcelone,...) : www.reseautsa.org

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique