Accueil > Critiques > (...) > « Indépendance » ? Liberté sous conditions...

Les sénateurs veulent renforcer la loi-muselière pour les journalistes ! (SNJ)

Nous publions ci-dessous un communiqué du SNJ (Acrimed).

Les informations concernant l’évolution des propositions de loi « visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias » se succèdent, toutes plus inquiétantes les unes que les autres. Au Sénat, la commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication, ne tenant aucun compte des avis et préconisations des journalistes tels que rappelés par les représentants du SNJ, entendus le 23 mars dernier, vient de déposer une série d’amendements qui vont dans le sens d’une véritable organisation pyramidale du contrôle de la déontologie, telle que vue et voulue par le pouvoir exécutif et les patrons des médias audiovisuels.

- Ainsi donc les journalistes ne pourraient se voir reconnaître, dans la loi, aucun droit à « l’intime conviction professionnelle » au motif que ce concept serait « trop flou ».
- Ainsi donc la déontologie des journalistes de l’audiovisuel se verrait confiée aux bons soins du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, instance administrative, non indépendante, puisque ses membres sont nommés et peuvent être révoqués par les politiques.
- Ainsi donc les employeurs des mêmes journalistes seraient « aidés » par des « commissions de déontologie » qui feraient la loi dans ces entreprises de presse.

Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisations de la profession, constate qu’en l’état de ce texte, c’est une véritable machinerie de contrôle de l’Information qui risque d’être mise en place.

Le SNJ alerte la profession et tous les tenants de la liberté de la presse contre ce très mauvais coup porté à la liberté de la presse, dans le pays de la déclaration des Droits de l’Homme.

Le pouvoir exécutif, véritable inspirateur de ce texte liberticide, serait-il à ce point aux abois qu’il ne craindrait pas de faire voter une loi attentatoire à la liberté d’informer et d’être informé, véritable pilier d’une démocratie digne de ce nom ?

Paris, le 29 Mars 2016

Source : site du SNJ.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Halte aux casseurs du journalisme !

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes.

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme

Un slogan adressé aux policiers lors de manifestations… mais incompatible avec le prêt-à-condamner dominant.