Accueil > (...) > Débats et initiatives : annonces et présentations

Collectif pour le « non » de Paris X Nanterre

Les médias et le traité constitutionnel (mai 2005)

A Nanterre, Mardi 10 mai 12h à 14h., avec Henri Maler (Acrimed)

« Le rôle des médias dans la campagne du référendum sur le traité constitutionnel »

En compagnie de : Henri Maler maître de conférences en science politique à Paris VIII, co-animateur d’Acrimed, observatoire des médias

A Nanterre, Mardi 10 mai 12h à 14h.
Université de Paris X, Bâtiment E en face de l’amphi E2.

La campagne du référendum sur le traité établissant une constitution pour l’Europe est l’objet de toutes les préoccupations par les journalistes politiques français. Analyses de sondages, billets d’humeur, interviews d’hommes politiques, émissions et rubriques « pédagogiques » se multiplient dans les médias.

Alors que l’on aurait pu s’attendre dans un pays « démocratique » au respect des temps de parole, entre partisans du OUI et du NON, par les journalistes, ceux-ci bien au contraire invitent majoritairement des défenseurs du « oui » et n’hésitent pas à stigmatiser dans leurs chroniques les électeurs du « non », les décrivant comme étant « irrationnels », des « citoyens en fureur », l’ « éternel rassemblement gaulois de la rogne et de la grogne ».

Comment expliquer une telle partialité de la part des journalistes ? Quelle valeur attribuer aux sondages ? Pourquoi cette pensée « OUInique » des médias ?

C’est à ces interrogations et à bien d’autres que viendra répondre Henri Maler de l’observatoire des médias Acrimed.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

La rédaction quitte les Cahiers du cinéma (communiqué)

Un communiqué de la rédaction des Cahiers du cinéma.

Claude Askolovitch à propos du « Masque et la plume » : touchez pas au Garcin !

Quand une défense corporatiste valide le sexisme.

Affaire Dupont de Ligonnès : les médias plaident la « méprise »

De l’impossible autocritique médiatique.