Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Fakir, "Un canard bien vivant en Somme"

Un journal indépendant en Picardie

Le moustique résiste au tank

"Fakir" gagne le procès contre la mairie d’Amiens

Amiens : "Fakir" gagne contre Roger Mézin, bras droit de Gilles de Robien.

On n’y croyait plus, et pourtant : Fakir a triomphé. Premier adjoint de la Ville d’Amiens, président de l’ADNTIC, vice-président de la Métropole, n°2 de la Chambre de Commerce, chargé de la décentralisation au ministère des Transports, etc., etc., Roger Mézin, malgré tout son pouvoir, tout son pognon, vient de perdre contre un moustique. Une modeste victoire : sur un vice de forme et sans que l’élu n’ait 1 F à nous reverser.

Obtenir ce maigre gain de cause aura réclamé, néanmoins, deux années de procédure, des audiences repoussées, les visites d’huissiers et la permanente menace de crever sous les dettes. Car un déséquilibre perdure : une défaite, et nous étions ruinés. Une victoire, et nous ne ramassons aucune mise, et Roger Mézin n’a que le ridicule à supporter, et l’ADNTIC poursuit son bonhomme de chemin.

Nous avons gagné une bataille mais pas la guerre. Un journal comme Fakir, adossé à aucune banque, à aucun magnat, demeure hautement fragile. Un trait de plume d’un magistrat suffirait à nous rayer du paysage de la Somme.

En juin, par exemple. Lorsque seront jugés nos procès contre le Courrier picard.

Au-delà de l’arène judiciaire, nous reste à construire un rapport de forces. Pour que porter plainte contre Fakir, pour des motifs bénins, paraisse simplement grotesque.

 

A la une

Actualité des médias n°21 (novembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »