Accueil > Critiques > (...) > « Indépendance ? » Procès, violences et répression

Le Ravi en plein procès-bâillon

Nous partageons cette pétition en soutien au Ravi, qui fait l’objet d’un procès-bâillon et sera le 13 octobre devant la cour de cassation. (Acrimed)

le Ravi en cassation à Paris, le 13 octobre 2020


Éditer un journal libre est décidément un sport de combat. le Ravi, le mensuel pas pareil dédié à l’enquête et à la satire en Provence-Alpes-Côte d’Azur, poursuit sa lutte judiciaire face à l’acharnement de l’Odel Var. La direction de cet organisme parapublic en charge des centres de loisirs, dirigé par un élu LR, mène en effet un procès bâillon entravant la liberté d’informer du journal.

Un procès bâillon, quèsaco ? Refusant de répondre à des questions légitimes, qui relayent les alertes de la Chambre régionale des comptes et les plaintes de salariés devant les prud’hommes, renonçant à faire valoir un simple droit de réponse, l’Odel Var attaque, sans sommation et à plusieurs reprises, en justice.

le Ravi a gagné une manche. Mais après avoir été relaxé face à un procès en diffamation pour son enquête « De l’Odel sous les ponts », le mensuel est toujours sous le coup d’une autre procédure concernant son article « Les élus d’abord, les enfants après ». L’Odel Var et son directeur ont réclamé la somme de 32 000 euros, de quoi menacer la survie du journal. le Ravi a pris un K-O en première instance au TGI de Draguignan. Lors du match retour à la cour d’appel d’Aix-en-Provence, la journaliste a été relaxée, les sommes réclamées ont été divisées par dix, mais le mensuel reste partiellement condamné.

Le prochain round aura donc lieu à Paris devant la cour de cassation, le 13 octobre, afin de faire reconnaître totalement la légitimité de l’enquête, son sérieux, ainsi que le droit à la satire. Déplacer le ring dans la capitale va permettre d’instruire le dossier devant une juridiction habituée à traiter du droit de la presse. Face aux coups en dessous de la ceinture, l’endurance est de mise. Mais elle a un prix ! Déjà 10 000 euros de frais pour couvrir les deux premières années de procédure…


Je signe la pétition et je peux aussi :

M’abonner au Ravi !

Faire un don au Ravi !


ILS ONT SIGNÉ...


Ariane ASCARIDE (actrice) ; Raymond AVRILLIER (écologiste, maire adjoint honoraire de Grenoble) ; Nicole BRIEND (lanceuse d’alerte, Attac Carpentras) ; Fathi BOUAROUA (Emmaüs Marseille) ; Michel CORDES (comédien) ; Pierre BALLOUHEY (dessinateur, président de France Cartoons) ; François BEAUNE (écrivain) ; Jean-Christophe BOULANGER (président du SPIIL, le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) ; François BONNET (co-fondateur de Mediapart) ; Thomas BORNOT (réalisateur) ; Fathy BOURAYOU (dessinateur, fondateur du FIDEP, le Festival International de la caricature, du dessin de presse et de la satire de l’Estaque) ; Alain DAMASIO, (écrivain, typoète) ; Alexandre FAURE (président de l’association Le Crayon) ; Nicole FERRONI (Chroniqueuse, humoriste) ; Lisa GIACHINO (rédactrice en chef de L’Age de faire) ; Benoît GILLES (rédacteur en chef de Marsactu) ; Robert GUÉDIGUIAN (réalisateur) ; PAPET J (musicien, Massilia Sound System) ; Hervé KEMPF (rédacteur en chef de Reporterre) ; HIGH KU (Dj des Chinese Man) ; IMHOTEP (IAM) ; Vincent LANIER (Premier secrétaire général du SNJ, le syndicat national des journalistes) ; Bruno LE DANTEC (écrivain) ; Jean-Baptiste MALET (Prix Albert Londres 2018) ; Teresa MAFFEI (militante associative niçoise) ; Dominique MANOTTI (écrivaine) ; Valérie MANTEAU (Prix Renaudot) ; Philippe MERLANT (co-fondateur de Reporter citoyen) ; Mathieu MOLARD (redacteur en chef de StreetPress) ; Cyril MONTANA (écrivain) ; Philippe PASCAL (lanceur d’alerte, lauréat du Bâillon d’or) ; Christian PHILIBERT (Réalisateur et scénariste) ; Edwy PLENEL (Directeur de la publication de Mediapart) ; Raphaël PRADEAU (porte parole national d’Attac France) ; Philippe PUJOL (journaliste, prix Albert Londres 2014) ; Agnès ROUSSEAUX (journaliste à Basta !) ; Ivan DU ROY (cofondateur de Basta !) ; Denis SIEFFERT (directeur de publication de Politis) ; Catherine SINET (Directrice de la publication de Siné Mensuel) ; Emmanuel VIRE (secrétaire général du SNJ-CGT, le syndicat national des journalistes CGT).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Un appel commun contre la loi « Sécurité globale ».

Appel à dons : 20 000 euros pour préparer 2021 !

Sans les moyens de Bolloré ou Niel, nous avons (encore) besoin de vous pour continuer !

Loi « Sécurité globale » : BFM-TV et LCI désinforment par omissions

Un « cas d’école » : les mobilisations du 21 novembre contre les mises en cause du droit d’informer.