Accueil > Critiques > (...) > Contre-réformes et mobilisations de 2003

Contre-réformes et mobilisations de 2003

Le Point défend la démocratie contre l’impureté des foules

Dans son éditorial du 6 juin 2003, intitulé "Vous avez dit "démocratie"..." (Le Point n°1603), Claude Imbert, qui n’en finit pas de s’affliger de la décadence de la France et de pleunicher sur l’archaïsme de ses services publics et de ses conflits sociaux, est pris d’angoisse devant les déviations de la démocratie que provoquent les « foules impures » de ce printemps 2003.

Cela commence par une bouffée lyrique :

« Démocratie, sous ton nom, quelle légende et quel pathos ! Que de sacrifices pour ta conquête, et que de camelotes sous ton égide ! Jetez donc un oeil sur l’actualité : à Paris, énième prise d’otages commise par les maîtres chanteurs du service public, et l’on voudrait nous faire passer cette régression pour une nouvelle et noble « avancée de la démocratie ». »

Cela se poursuit par une brève leçon sur la « la démocratie libérale » et son éloge : « Cette démocratie libérale,c’est la nôtre et, sans nul doute, la seule qui vaille au service de la liberté. »

Seulement voilà : « (...) la démocratie libérale elle-même n’est pas à l’abri d’inquiétantes déviations. ». Lesquelles ?

- La tyrannie de l’opinion : « Dévoiement du principe majoritaire, hors de son champ électoral, dans la soumission du pouvoir à des sondages qui épousent, jour après jour, les foucades de l’opinion. Dans cette tyrannie de l’opinion que dénonçait, par prescience, Tocqueville (…) »

- L’abaissement des gouvernants : « Dévoiement encore que cette veulerie croissante de gouvernants affairés à chatouiller et caresser la multitude afin de lui complaire. Abaissement collatéral du Parlement. Avec, et nous en sommes rassasiés, la tentation de substituer la rue au Parlement pour y exercer le chantage de la nuisance publique. »

Deux cas de « nuisance publique » :

- D’abord, le mouvement des enseignants : « Ainsi voit-on chez nous des syndicats d’enseignants redouter dans la décentralisation le contrôle d’élus régionaux. C’est, parbleu, qu’ils ont dérobé au peuple, en vérité colonisé une structure nationale qu’ils ne veulent plus quitter ».

- Ensuite, l’opposition au projet gouvernemental sur les retraites : « Dévoiement démocratique encore dans la résistance à la réforme des retraites que cette propension détestable de refiler aux fils les dettes des pères. »

Et après avoir dit toute son admiration pour Aznar et Blair pour avoir tenu bon sur l’Irak face à leur « opinion publique », Claude-Imbert-le-Magnifique de conclure sa leçon, en citant le grand démocrate que fut Ernest Renan :

« Un pouvoir issu du peuple ne règne dans l’harmonie et la liberté que si la maturité du peuple et la responsabilité de ses élites permettent, disait Renan, «  d’extraire le diamant des foules impures  ». Ces temps-ci, en fait de diamant, on voit beaucoup de « toc »... »

Que les foules impures se prêtent à nos riches extractions ! Qu’un sang impur abreuve nos sillons ?

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.

Gilets jaunes : Sonia Devillers défend Radio France et élude la critique des médias

Autocritique impossible sur France Inter : rebelote.

6 juin à Paris - Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante !

Une réunion publique organisée avec des gilets jaunes et des journalistes indépendants.