Accueil > Critiques > (...) > Le Monde persévère... (2002-2004)

Dans "Le Canard enchaîné" (9 avril 2003)

"Le Minc à gagner des entreprises"

Piètre gestionnaire, Alain Minc fait néanmoins fortune comme conseiller des puissants.

45 000 euros en moyenne, c’est désormais ce que toucheront chaque année les administrateurs de Valeo : ils viennent de s’accorder " une petite augmentation ", rapporte Le Canard enchaîné (9 avril 2003) - qui rappelle que l’entreprise d’équipements automobiles a licencié 1500 salariés en un an.

Parmi les " heureux bénéficiaires " de cette mesure : Alain Minc.

L’hebdomadaire satirique en profite pour résumer le CV du président du Conseil de surveillance du Monde.

" Cet ancien inspecteur des finances (...) vit de ses conseils et de ses " jetons " d’administrateur. Outre chez Valeo, il occupe un fauteuil dans le groupe PPR, que dirige François Pinault (37 600 euros par an), et dans deux de ses filiales, Yves Saint Laurent et la Fnac.
Minc siège aussi au conseil de Vinci, numéro un mondial du béton (18 000 euros par an), et chez l’américain Westinghouse, champion, entre autres, de la construction de centrales nucléaires. Et il a, naguère, fréquenté les tables ovales de Saint-Gobain (dont il fut directeur financier), d’Air France, d’Olivetti ou de Moulinex "

(lire Le Monde sous la surveillance d’Alain Minc).

Tous ces groupes ont-ils été séduits par les talents de gestionnaire de Minc ? Le Canard se permet d’en douter, rappelant sa " bourde " la " plus magistrale " : en 1988, patron de la holding Cerus, Minc " conseilla à son actionnaire Carlo De Benedetti de lancer une OPA sur la société générale de Belgique, monstre sacré de l’économie belge. Bilan : plus de 2 milliards de francs de pertes pour Benedetti. "

Mais, " s’ils n’enrichissent pas toujours les autres ", les conseils de Minc " font la fortune de leur auteur et de sa PME " : en 2001, PPR a versé 273 400 euros à son entreprise, AM Conseil, qui ne compte que trois salariés mais a enregistré cette année-là un bénéfice net de 3,3 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 7,8 millions.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.