Accueil > Critiques > (...) > Où va la presse écrite ?

La presse, un jeu de Monopoly pour Drahi (SNJ-CGT)

Nous publions ci-dessous un communiqué du SNJ-CGT qui dénonce les manœuvres capitalistiques permanentes au sein du pôle presse écrite de l’empire de Patrick Drahi. (Acrimed)

Patrick Drahi vient d’annoncer au comité d’entreprise du groupe L’Express un projet de cession de douze titres de son pôle de presse écrite pour ne conserver que Libération, L’Express, Point de vue, 01 Net, À nous Paris et My Cuisine.
Ainsi seraient cédés : Mieux vivre votre argent, les titres du pôle décoration, Studio Ciné Live, Lire, Classica, Pianiste, ainsi que le Salon du travail et Job Rencontres.

À quoi joue-il ?

En deux ans, de 2014 à 2016, il avait racheté une cinquantaine de titres de presse en commençant par Libération, puis le groupe Express au groupe belge Roularta, puis le groupe NewsCo. Il avait créé Altice Média Group pour réunir ses participations dans les médias, avant de le vendre à SFR un an plus tard.

Déjà les personnels avaient fait les frais de la politique de Patrick Drahi avec des départs nombreux à Libération, la fusion de L’Express et de L’Expansion, puis la vente du groupe L’Etudiant.

En annonçant la vente de ces douze derniers titres, il prétend se recentrer sur l’information générale, au mépris des personnels et particulièrement des journalistes qui n’auront fait qu’un bref séjour dans le groupe Altice, non sans avoir été malmenés.

Combien de journalistes perdront leur emploi dans l’opération ? Pour Drahi, la presse n’est qu’un produit d’appel pour ses offres d’abonnements à SFR, en perte de vitesse. L’information générale n’est vue que sous l’angle d’un contenu pour « doper » la marque SFR.

Le SNJ-CGT dénonce cette mainmise des opérateurs de télécommunications sur les médias ; l’information n’est pas un produit comme les autres ; elle ne peut être considérée comme un produit d’appel, au détriment de l’information citoyenne, au moment où l’abstention aux élections est de plus en plus problématique.

Le président de la République qui a promis de « garantir l’indépendance des médias d’information » trouvera là matière à agir.

Le SNJ-CGT saura lui rappeler cet engagement qui, au contraire de la casse du code du travail, contribuerait au sauvetage de la démocratie.

Montreuil, le 20/06/2017

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.

Le Parisien atteint par des tirs de LBD ?

Abus de titraille.

Lire : Ces cons de journalistes ! d’Olivier Goujon

Dans Ces cons de journalistes ! (Max Milo, 2019), le journaliste et photoreporter Olivier Goujon revient, exemples et témoignages à l’appui, sur la détérioration des conditions de travail des (...)