Accueil > (...) > Débats et initiatives : annonces et présentations

La liberté d’expression (du 8 au 17 février 2008) à la MJC de Persan

LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
Maison des Jeunes et de la Culture


1 rue Pasteur - BP 60030 - 95340 PERSAN


Tél. 01 39 37 46 98 - Fax 01 39 37 46 99


mjc.persan@wanadoo.fr - www.mjcpersan.fr

Samedi 9 février - 17h / Rencontre dédicace, Avec Bernard Joubert, auteur du Dictionnaire des livres et journaux interdits (éditions du Cercle de la librairie). - Le Dictionnaire recense les publications interdites en France, par arrêtés ministériels, de 1949 à nos jours. Description, résumé, photo de la couverture de chaque ouvrage censuré, historique de l’interdiction, index, chronologie, c’est tout un chapitre de l’histoire de la presse et de l’édition française provoquant le rire comme la consternation.

Vendredi 15 février - 19h / Conférence : La liberté d’expression, ses origines historiques et les lois qui l’encadrent. Par Agnès Tricoire, avocate et déléguée de l’Observatoire de la liberté d’expression en matière de création à la Ligue des Droits de l’Homme et Gilles Manceron, historien membre du bureau national de la LDH. - S’il existe parmi les philosophes du XVIIIème siècle une aspiration à plus de liberté d’expression, il serait faux de voir en eux des contestataires du pouvoir auquel bien souvent ils sont liés par leurs origines sociales. Il n’en demeure pas moins que la Révolution Française se réclamera des Lumières dans la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 dont l’article 11 proclame : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi »…

Samedi 16 février - 15h / Conférence : Vers un rétablissement du délit de blasphème ? Par Jeanne Favret-Saada, ethnologue. - Chaque jour, nous voyons combien la neutralité constitutionnelle est mise à mal par les plus hautes autorités de l’Etat qui par des amendements ou des actes de soumissions font preuve d’allégeance à l’égard des religions en particulier la catholique. Et le danger est bien réel de voir les religions imposer leurs vues si l’on considère les affaires récentes d’interdiction prononcées par les tribunaux, de telle campagne publicitaire au motif qu’elle offenserait la foi des catholiques (parodie de La Cène de Léonard de Vinci pour les créateurs Marithé et François Girbaud ou encore le procès intenté à Charlie Hebdo lors de la publication des caricatures de Mahomet). Dans ces deux cas, ce n’est pas la justice qui s’est auto saisie, mais bien des groupes de pression religieux qui ont porté plainte

Dimanche 17 février - 15h / Conférence : Quelles critiques des médias ? Par Patrick Champagne, sociologue, cofondateur de l’ACRIMED. - L’explosion médiatique et le désengagement de l’Etat donnent l’impression d’un extraordinaire pluralisme de l’information et d’une liberté sans frein… Impression souvent contredite par les sentiments d’uniformité dans la médiocrité, d’ennui, voire de manipulation qui sourdent des grands media, en particulier télévisuels. La diversité des titres de presse, des stations de radio, des chaînes de télévision n’implique pas mécaniquement la diversité des contenus. Bien au contraire : la confusion entre pluralité et diversité permet d’entretenir l’illusion du pluralisme quand celui-ci ne cesse de se restreindre…

Dimanche 17 février - 17h30 / Conférence : Le retour à l’ordre moral au motif de la protection de l’enfance. Par Isabelle Parion, productrice indépendante de cinéma et Daniel Veron, professeur chargé de mission pour l’éducation artistique au Ministère de la Culture. - Dans le domaine de l’art, les exemples sont légion d’interventions directes de maires de certaines villes qui n’hésitent pas à interdire l’exposition dans des lieux publics d’oeuvres d’art au motif qu’ils les jugent pornographiques. Dans ces opérations de censure menées au nom de la protection de l’enfance, ces maires rejoignent bien souvent les indignations de ligues de vertu confondues aux autorités religieuses fondamentalistes qui veillent et obtiennent l’interdiction de tel film, tableau ou affiche.

8-17 février / 2 Expositions

- Livres et journaux interdits. Par Bernard Joubert, auteur du Dictionnaire des livres et journaux interdits (éditions du Cercle de la librairie). - Quels livres, quels journaux ont été interdits par le Ministère de l’Intérieur ses soixante dernières années ? Pourquoi ? Comment ? Cette exposition offre, par une sélection des 6 900 titres concernés par la censure politique, l’histoire de la littérature policière, la BD jeunesse et adulte, la sexologie et l’homosexualité, les revues de pin-up et érotiques, la politique des journaux d’information, la littérature des grands auteurs et les romans populaires.

- La Liberté d’expression. Par l’atelier d’art contemporain de la MJC. - L’atelier composé de 6 jeunes de 12 à 17 ans travaille sur le thème de la liberté d’expression depuis septembre pour exposer le fruit de ses recherches et réflexions sur différents supports.

11-15 février / Interventions en milieu scolaire - Par la société Calysto (agréée par le Ministère de l’Education Nationale). Au collège Georges Brassens à Persan et au lycée Evariste Galois à Beaumont sur Oise. - Utilisations et responsabilités d’usage des TIC (téléphone, Internet) avec en particulier l’usage d’images et de vidéos captées puis diffusées sur les blogs dans des documents pouvant porter atteinte à la réputation, l’honneur et l’intégrité des personnes.

 

A la une

Les limites du fact-checking (extrait de Comment s’informer de Sophie Eustache)

Un tour d’horizon utile des coulisses des médias et de l’information.

Actualité des médias : Ligue du LOL, perquisition à Mediapart, Radio France dans le viseur de la Cour des comptes…

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Les éditocrates éblouis par Macron... et en rage contre les gilets jaunes

Selon que vous serez puissant ou misérable...