Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Les médias et les mobilisations sociales

« La grogne » : dans le bestiaire des mobilisations sociales

par Julien Baldassarra,

Depuis le 1er janvier 2018, le terme de « grogne » a le vent en poupe. Certains journalistes n’hésitent pas à l’utiliser pour décrire n’importe quelle lutte sociale. Des gardiens de prison aux aides soignantes, tous « grognent » comme des bêtes. Tour d’horizon de ce petit vocable qui, tout en prétendant rendre compte d’un « mécontentement », dépolitise et ridiculise les mobilisations sociales. Julien Brygo pointait déjà quelques articles le 29 janvier dernier sur Twitter, accompagnés d’un commentaire de son cru : « Groin \ɡʁwɛ̃\ masculin – (Zoologie) Museau du cochon, du sanglier. “Des porcs assoupis enfonçaient en terre leur groins.” — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1867) ».

Quel est le point commun entre les personnels soignants des EHPAD qui dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail, les professeurs et les étudiants opposés au Plan Étudiants du gouvernement et les gardiens de l’administration pénitentiaire mobilisés suite aux attaques physiques que certains d’entre eux ont subies ces dernières semaines dans l’exercice de leur travail ?

De nombreux médias ont trouvé la solution : tous « grognent ». Nous posions déjà la question en 2003 : « manifestants et grévistes sont-ils des animaux » ? Nous relevions à l’époque combien l’usage à outrance du terme « grogne », et ses connotations péjoratives, contribuaient non seulement à atténuer, dans l’imaginaire des lecteurs, l’ampleur des mobilisations sociales, mais également à les dépolitiser. Nous écrivions alors :

Les manifestants font du bruit, ils ne parlent pas. La « rue » « grogne » mais est incapable de produire une pensée, une parole, une action politique. On retrouve là aussi un des ressorts de disqualification de la dimension politique les plus à l’œuvre de nos jours : l’individualisation et la psychologisation des rapports sociaux.

Quinze ans plus tard, le constat n’a pas pris une ride, pas plus que les mauvais réflexes journalistiques. La « grogne » fait toujours partie du bingo médiatique en période de mobilisations sociales et le terme circule de médias en médias, au mépris des rapports sociaux, de l’ampleur des différentes vagues de contestation et des revendications portées par les salariés.

Passage en revue de ces médias de « démobilisation sociale », usant d’une terminologie dégradante devenue pourtant banale.


- Sur la mobilisation dans les EHPAD, les hôpitaux et les prisons :

Pour Paris Match, le 15 janvier 2018 :


Pour Europe 1, les 15 et 16 janvier 2018 :



Pour L’Express, le 16 janvier 2018 :


Pour Francetvinfo et le JT de France 2, le 21 janvier 2018 :


Pour le Huffington Post, le 22 janvier 2018 :


Pour Le Point, le 25 janvier 2018 :


Pour Les Échos, le 25 janvier 2018 :


Pour Le Progrès, le 25 janvier 2018 :


Pour La République du centre, le 30 janvier 2018 :


Pour La Dépêche, le 1er février 2018 :


Pour Sud Radio, le 2 février 2018 :



Pour Orange avec l’AFP, le 2 février 2018 :


Un terme vraisemblablement chéri par les journalistes, qui n’hésitent pas à l’employer en vrac, pour traiter de mobilisations aussi diverses que celle des étudiants et des professeurs hostiles au Plan Étudiants du gouvernement, celle des salariés des grandes surfaces E. Leclerc contre les méthodes de management, celle des agriculteurs ou des automobilistes.


Ainsi de La Dépêche, le 27 janvier 2018 :


Du Figaro, le 29 janvier 2018 :


De La Voix du Nord, le 29 janvier 2018 :


De La République du Centre, le 29 janvier 2018 :


De Sud Radio, le 31 janvier 2018 :


Du Parisien, le 3 février 2018 :


***


Les exemples recensés sur la période du 1er janvier au 3 février 2018 montrent que le terme de « grogne » a été utilisé 21 fois en titre pour décrire pas moins de 10 mobilisations sociales [1]. « Mobilisations » et « grèves » : deux termes aux significations politiques bien différentes qui ne figurent pas dans le lexique des journalistes, préférant plutôt renouer avec le cliché du « Français-qui-râle-tout-le-temps ». Et à en juger par un article du Figaro publié le 2 février 2018, c’est peu dire si le réflexe est tenace :


Question taquine : comment les grands médias nommeront-ils la prochaine révolution ?


Julien Baldassarra

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Selon un décompte qui ne prétend pas à l’exhaustivité, réalisé à partir de « Google Actualités ».

A la une

Reworld Media, un groupe de presse contre le journalisme

Le stade terminal de la financiarisation des médias.

En cherchant à discréditer Bourdieu, Natacha Polony démontre l’étendue de son ignorance

Éditorialiste, patronne de presse, fabuliste et faussaire de la vie intellectuelle.

Actualité des médias n°19 (septembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.