Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Journalistes et patrons

L’esprit de famille, sur TF1

par Michel Ducrot,

Lors du journal de 20 H du 16 juin 2003, profitant (c’est bien le mot) d’un sujet sur la sécurité dans les aéronefs, M. Jacques Saubade, PDG de COM1 a vanté les merveilleux produits mis au point par sa société. En regardant attentivement le générique, il s’avère qu’un certain Laurent Saubade a participé à la fabrication du sujet. Renseignements pris, il s’avère que Laurent Saubade est le fils de Jacques.

Un petit coup de pub bienvenu pour l’entreprise girondine Com 1, placée en redressement judiciaire le 26 février dernier.

À la rédaction de TF1, un collègue de Laurent Saubade n’y voit pas malice. "Ce n’est pas Laurent qui a fait le commentaire, vous savez, il est simplement cameraman".

Pourtant, les JRI (Journaliste reporter d’images) sont (en théorie) de vrais journalistes, avec la carte de presse et la déduction fiscale qui va avec. Mais ce n’est pas que, la première fois, lorsqu’on les interpelle, ils s’abritent derrière leur caméra en disant "vous savez, je ne fais que rapporter des images". Comme s’ils déposaient leurs cerveaux avant de mettre l’oeil dans le viseur...

En l’occurrence, Laurent Saubade est bien JRI et c’est sans doute une coïncidence s’il a eu à participer à l’interview de son père, PDG d’une société en difficultés.

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique