Accueil > Critiques > (...) > La préparation du "duel"

PRESIDENTIELLE 2007

Jean-Pierre Elkabbach sert la soupe à Nicolas Sarkozy sur Europe 1

par Mathias Reymond,

Sur Europe 1, le patron de la radio, Jean-Pierre Elkabbach, procède chaque matin à l’interview (vers 8h30) d’une personnalité politique ou simplement médiatique. Ce matin-là (30 octobre 2006) Nicolas Sarkozy, ami d’Arnaud Lagardère, propriétaire de la radio, fut l’invité d’Europe 1. Homme aux multiples casquettes, l’hyperactif Ministre de l’Intérieur n’était pas venu en ami de la famille (Arnaud Lagardère était son témoin de mariage), et il n’était pas là non plus pour conseiller Elkabbach (voir ici-même). Il faisait son métier, simplement. Et pour ce faire un tapis rouge lui fut déroulé.

Revenant sur l’incendie criminel d’un bus à Marseille qui a causé une victime grièvement brûlée, Jean-Pierre Elkabbach fit office de porte-micro durant vingt minutes. Echantillon d’une interview pour le moins complaisante.

Un tapis rouge...

La première question donne le ton : « Est-ce que les policiers sont sur une ou des pistes concernant les auteurs de l’incendie du bus qui a brûlé si grièvement une jeune femme à Marseille ? ». Quant aux questions qui suivent, elles garnissent le discours sécuritaire de Nicolas Sarkozy : « Qui sont-ils ? », « C’est une bande ? », « Ce sont des mineurs ? ».

Puis les questions d’Elkabbach deviennent des éditoriaux. En répondant par avance, il prépare même les réponses de Sarkozy : « Mais pourquoi à votre avis ils agissent de cette manière ? Est-ce que c’est organisé ? On dit que maintenant les jeunes agissent de 12 à 14 ans, et ça a été le cas à Marseille. Cagoulés, qu’ils montent des guets-apens, en commando. Est-ce qu’ils sont organisés ? Est-ce que vous arrivez à savoir avec les policiers pourquoi et s’ils sont vraiment des groupes organisés ? » Six phrases pour une question. Merci. Le « on dit que » est la preuve d’un grand sens journalistique... Et quand Sarkozy s’insurge, « il faut en finir avec l’excuse permanente. (...) Rien, je dis bien rien, ne saurait justifier un acte barbare ! », Elkabbach - certainement en train de hocher la tête - l’accompagne à plusieurs reprises d’un « évidemment » complice.

Attentionné, le patron d’Europe 1 se fait alors l’avocat d’un Sarkozy vilipendé de toutes parts, en faisant mine de s’inquiéter des raisons de telles attaques : « [Francois Hollande] dit que votre responsabilité est engagée parce que vous avez enlevé des policiers, vous avez cassé la police de proximité. (...) Et vous êtes la cible, au-delà de la campagne électorale, mais c’est vrai que vous avez reçu tous les coups, de tous les leaders de gauche. Est-ce qu’il y a des raisons ? Pas des raisons ? » Plutôt que de poser directement le problème de la « police de proximité », Elkabbach le fait endosser au seul François Hollande : ce qui permet à Sarkozy d’esquiver la question en polémiquant contre le premier secrétaire du Parti Socialiste et d’enchaîner sur un monologue de 2 minutes. Elkabbach tente alors poliment de l’interrompre : « on va essayer de répondre à des questions précises ». Mal lui en prend. Sarkozy le coupe : « Attendez, je veux répondre ! » Elkabbach, déférent, acquiesce : « oui ».

... pour un duo efficace

Quelques temps plus tard, Elkabbach, bienveillant, s’inquiète des états d’âme de son alter ego qu’il trouve tendu car il est (bis) « attaqué de tous les côtés ». Celui-ci sourit (cela s’entend...) et le rassure : « je ne suis pas plus tendu que vous, et chacun connaît le caractère apaisé de votre tempérament, et donc quand on vient chez vous et à votre micro on est forcement décontracté. »

Dans cette entrevue d’une rare complaisance, l’intervieweur reprend souvent les derniers mots de l’interviewé, histoire d’accompagner les propos. Ainsi quand Sarkozy inspire : « Je crois qu’il ne faut pas donner de publicité à des actes inadmissibles, il faut donner la publicité aux victimes », Jean-Pierre Elkabbach expire : « raconter, sans faire la publicité ». Le tandem est efficace. A propos des déclarations des dirigeants du Parti Socialiste, Sarkozy s’émeut : « si dans les jours qui viennent on pouvait arrêter ceux qui ont fait ça, à cette petite jeune fille, et bien pour moi, elles pèseraient de peu de poids, les déclarations des dirigeants socialistes ». Après un long « hmmm » approbateur l’écho reprend : « Et surtout si ça pouvait ne pas recommencer, ce serait encore mieux ».

Une telle obligeance se devait d’être saluée, d’ailleurs Sarkozy n’y manqua pas : « Merci de m’avoir invité, et merci pour la définition de l’exemplarité [1] monsieur Elkabbach, je m’en souviendrai. » Nous aussi, monsieur Elkabbach.

Mathias Reymond (d’après la transcription de Jean-Charles Dughetti)

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Note ajoutée le 22 novembre 2006 : contrairement à ce que laisse supposer l’usage du terme "exemplarité", il ne fait pas directement référence à la complaisance "exemplaire" (réelle) de l’animateur à l’égard de l’invité. Quelques minutes plus tôt, le journaliste se demandait si le débat interne du PS
n’était pas "exemplaire"... par rapport à ce qui se passe à l’UMP. Pour Sarkozy, ça ne l’est pas. Il utilise le terme d’exemplarité avec humour, comme un clin d’oeil à la conversation précédente.

A la une

Le mépris des médias : une raison de plus pour se mobiliser !

Un tract pour les manifestations « contre le projet de réforme des retraites » (10/12).

Violences policières : France 2 enquête…

… non sans prendre une certaine distance.

« L’éducation aux médias et à l’information », un objet à inventer

Plaidoyer pour une éducation critique aux médias !