Accueil > Critiques > (...) > Jean-Michel Aphatie, journaliste politicien

EN BREF

Jean-Michel Aphatie juge que critiquer la finance est « une bêtise »

par Acrimed,

Recevant Julien Dray sur RTL le 6 mai 2015, Jean-Michel Aphatie évoque avec lui le troisième anniversaire de l’élection de François Hollande à l’Elysée et les très mauvais sondages de popularité du président de la République (81% des sondés jugent son action négative). Comme Julien Dray bafouille pour trouver une explication (« Ça prend plus de temps que prévu »), Jean-Michel Aphatie l’interrompt et lui dit : « Moi je pensais que c’était ceci ». Et il lui fait écouter le son de François Hollande au Bourget fustigeant la finance le 22 janvier 2012. Puis Jean-Michel Aphatie enchaîne : « Si on se dit les choses franchement, c’est une bêtise d’avoir dit ça. »

Il y revient un peu plus tard : « Quand on réécoute cette phrase, on espère quand même que dans une campagne présidentielle on dira plus des trucs comme ça. Pour être honnête : faire croire aux gens des choses qui n’existent pas, c’est ce qui mine la confiance en France sans doute vis-à-vis des responsables politiques. »

« Pour être honnête », on aurait plutôt pu se demander si ce qui « mine la confiance » est d’avoir mis en cause la finance ou de n’avoir rien entrepris pour aller au-delà d’une simple mise en cause verbale. Mais la question ne sera pas posée par le toujours aussi péremptoire Jean-Michel Aphatie.



Signalé par un correspondant.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

« L’éducation aux médias et à l’information », un objet à inventer

Plaidoyer pour une éducation critique aux médias !

« Vous avez la parole » sur France 2 : les cheminots sur le grill

Haro sur les régimes spéciaux dans l’émission de débat de France 2.

La grève du 5 décembre au 20h de France 2 : quatre jours de propagande

Misère de l’information sociale sur le service public.