Accueil > Critiques > (...) > Télévisions publiques : Sous le règne de François Hollande

Grève illimitée à France 3 Île-de-France (communiqué des salariés)

Nous publions ci-dessous un communiqué de salariés de France 3 Île-de-France mobilisés contre une réorganisation du travail imposée par la direction de France Télévisions : un symptôme, apparemment mineur pour le public, mais significatif des prouesses du management dans l’ensemble du groupe France Télévisions. (Acrimed)

Elle a débuté vendredi 17 janvier 2014 et mobilise tous les personnels, journalistes, techniciens et administratifs.

Les personnels entendent s’opposer à une importante modification des rythmes de travail, mise en place unilatéralement par la direction de France Télévisions depuis le 1er janvier 2014.

Cette modification consiste à mettre en place des horaires de travail rigides, répartis sur une nouvelle amplitude dans la journée, (de façon un peu similaire à ce qui se pratique souvent dans l’univers du commerce et de la grande distribution). La mesure a des conséquences à la fois sur toute la chaîne de fabrication des programmes, la fabrication des reportages et donc sur leur contenu.

Ainsi des coupures artificielles pouvant aller jusqu’à 2 heures 30 sont mises en place, uniquement destinées à couvrir l’amplitude de la journée de travail. Or, cette amplitude est toujours la même : conférence de rédaction le matin à 8h et 9h, et journal télévisé de 19h à 19h30. Cela en ce qui concerne les journalistes. Quant aux personnels techniques et administratifs, cela rallonge l’amplitude de travail de façon incohérente. Une pratique en totale contradiction avec les exigences de l’actualité et l’essence même des métiers de l’information, de fabrication et de production audiovisuelle.

Par ailleurs, ceux d’entre eux, et plus souvent d’entre elles, qui travaillent sur des temps partiels choisis, voient aussi remis en cause un rythme de travail qu’ils (elles) avaient négocié avec la direction il y a plusieurs années, assorti d’une baisse de salaire de 10 %.

Les salariés de France 3 Paris Île-de-France réclament donc l’arrêt de cette nouvelle planification, un retour à la situation antérieure et des négociations sur l’application des dispositions du nouvel accord collectif de France Télévisions signé le 28 mai 2013.

Pour les syndicats, cette mise en place sans concertation avec les instances représentatives du personnel est un nouveau coup porté contre la télévision publique dans un contexte particulièrement éprouvant pour les salariés après des mois de restructuration permanente, et dans une station parisienne déjà bien malmenée.

La direction de France 3, pour l’instant, s’en tient à son nouveau dispositif horaire.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.

Gilets jaunes : Sonia Devillers défend Radio France et élude la critique des médias

Autocritique impossible sur France Inter : rebelote.

6 juin à Paris - Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante !

Une réunion publique organisée avec des gilets jaunes et des journalistes indépendants.