Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations des gilets jaunes (2018)

Gilets jaunes : service minimum dans les magazines féminins

par Denis Perais,

Mi-décembre, aussi bien le magazine Elle que Marie Claire relevaient la place décisive des femmes, le plus souvent issues des classes moyennes et populaires au sein du mouvement des gilets jaunes. Dans son éditorial du 14 décembre, Marion Ruggieri (Elle) précisait que les femmes étaient « très présentes parmi les gilets jaunes, à parts égales ou presque avec les hommes. » [1] Marie Claire abondait dans un article du 18 décembre : « Pour une fois dans un mouvement social, on les voit, et on les entend. » [2]

Serait-ce là le signe d’un intérêt porté à la mobilisation des femmes dans les mouvements sociaux, qui viendrait un tant soit peu compenser le « véritable naufrage informatif » auquel nous avions assisté dans les féminins, au moment des mobilisations autour de la loi El Khomri ? Pour répondre à cette question, nous avons examiné la couverture que Marie Claire, Elle ainsi que Madame Figaro ont réservée aux luttes des femmes gilets jaunes, entre le 17 novembre 2018 et le 8 avril 2019, dans leurs versions papier et électronique [3]. Un résultat très décevant, marqué par une visibilité tardive et limitée.

Femmes invisibles ou en mode discrétion

Sur les quatorze articles et vidéos consultables sur le site de Madame Figaro, il faut attendre le 6 janvier pour que l’hebdomadaire, propriété de la famille Dassault, dirige enfin la lumière sur les femmes gilets jaunes en leur donnant (un peu) la parole à travers un article reprenant… une dépêche de l’Agence France Presse (AFP) (voir en annexe). Jusque-là, c’est l’invisibilité totale.

Du côté de Elle et Marie Claire, on est plutôt en mode discrétion : le premier publie au total vingt articles, le second onze, tous supports confondus, sur le mouvement des gilets jaunes. Il ne bénéficie jamais d’une quelconque « Une » ni même d’un titre de première page.

Les deux publications se contentent de trois articles donnant la parole à des femmes issues des classes moyennes et populaires. Et encore interviennent-ils particulièrement tardivement, entre plus de trois semaines et un mois après les premières manifestations du 17 novembre ! Le 14 décembre pour Elle, le 18 décembre et 19 décembre pour Marie Claire.

En plus de ces trois articles significatifs, Marion Ruggieri signe un éditorial dans Elle (14 décembre) rappelant la place centrale occupée par les femmes dans cette mobilisation [4] ; le 7 décembre, l’hebdomadaire faisait également un (court) portrait de « Priscillia Ludosky, la pasionaria des "gilets jaunes" », présentée comme celle qui, à partir de « sa pétition demandant la baisse des prix des carburants à la pompe […], a lancé le mouvement en octobre ». Marie Claire est sur la même longueur d’onde pour lui attribuer ce titre le 18 décembre : « Tout a commencé avec Priscillia Ludosky. 33 ans, une auto-entrepreneuse de Seine-et-Marne qui vend des cosmétiques en ligne. Le 29 mai dernier, elle a lancé une pétition "Pour une baisse des prix du carburant à la pompe" ».

Dans les deux cas, on constate à quel point le récit journalistique ne peut pas se passer ni d’un « commencement », ni d’une « personnalité fondatrice ». Une personnalité qui se voit attribuer la « responsabilité » (sans que le terme soit péjoratif) d’un mouvement collectif. S’ils ne sont pas dénués de tout fondement, ces deux biais, habituels dans le format du portrait ou du récit journalistique, contribuent à jeter le voile sur les phénomènes sous-jacents qui contribuent à l’explosion des mobilisations : la précarisation des femmes dans le dit « monde du travail », la précarisation des métiers occupés majoritairement par des femmes dans ce même « monde du travail », le taux de chômage parmi les femmes, mais aussi les luttes dont elles sont largement partie prenante ou qu’elles dirigent dans de nombreux secteurs professionnels (santé, éducation, hôtellerie, etc.), généralement invisibilisées par les médias dominants [5]. Autant de facteurs politiques, économiques et sociaux qui contribueraient à étoffer le traitement médiatique du mouvement actuel des femmes gilets jaunes (mais pas seulement), et à relativiser les notions de « commencement » ou de « personnalisation ».

Malgré les critiques que l’on peut adresser à ces portraits, l’ensemble est loin d’être catastrophique. Sur les trois articles donnant la parole aux femmes gilets jaunes, Marie Claire et Elle utilisent un dispositif similaire : recueil de témoignages avec mise en perspective (y compris au moyen de données statistiques précises) de leur situation familiale et professionnelle. Des chercheuses et la secrétaire générale de la Fédération des familles monoparentales sont citées, rappelant que les femmes « ont souvent des statuts flous, flottants : CDD à répétition, intérimaires, auto-entrepreneuses à tout petits revenus, et parfois plusieurs casquettes, précaires, salariées isolées à domicile (assistantes maternelles, aides à domicile des personnes âgées, femmes de ménage). Et surtout, parmi elles, beaucoup de femmes à temps partiel, comme 30% des actives, contre 8% des hommes […]. La précarisation des emplois frappe de plein fouet les femmes : elles représentent les 3/4 des salariés à bas salaires. » (Marie Claire, 19 décembre). Le 14 décembre, Elle insiste sur la situation des « familles monoparentales, neuf fois sur dix tenues par les mères. » [6]

Cette combinaison leur donne une qualité indiscutable, avec une mention toute spéciale à Marie Claire, parce qu’il offre aussi bien une expression supérieure aux femmes interrogées qu’une analyse plus documentée, Elle limitant son « angle » aux seules mères célibataires.

Pour autant, ce constat ne saurait sauver un traitement minimaliste, au profit d’une couverture centrée sur une série d’épisodes symboliques, spectaculaires et/ou anecdotiques, qui accaparent la grande majorité des articles. Performances artistiques, happening des « Marianne » aux seins nus, cérémonie d’honneur pour une femme gendarme, recueil des confidences de Brigitte Macron ou des réactions de grandes personnalités, etc. Ce sont donc bien davantage des « événements » ponctuels, dont les acteurs eux-mêmes cherchent la médiatisation (en répondant parfaitement à ses critères), ou la vie des microscosmes bourgeois, en particulier celui du spectacle, qui attirent l’attention des magazines féminins (voir le détail en annexe) [7].

En ce sens, les magazines féminins ont fait des choix éditoriaux identiques à ceux de la presse people et à certains de ceux de leur confrères, issus de la presse généraliste. Et ce y compris au moment de traiter les violences policières (dans les premiers temps du mouvement), qui ne semblent intéresser Elle que lorsqu’un journaliste de la presse parisienne en est (malheureusement, évidemment) victime.


Les introuvables manifestations des femmes gilets jaunes

Pour observer la difficulté de ces magazines à rendre visibles les femmes gilets jaunes, nous avons étudié deux formats journalistiques : des articles d’information relatifs aux manifestations de ces femmes, d’une part, et les « classements de personnalités », bien connus des magazines féminins, d’autre part.

Le 6 janvier, plusieurs appels de femmes gilets jaunes ont été lancés sur les réseaux sociaux pour qu’elles viennent manifester à Paris et dans plusieurs villes de province.

Alors qu’il s’agissait d’une magnifique occasion de mettre ces femmes issues des classes moyennes et populaires au cœur de l’information, c’est le mutisme qui est au rendez-vous. Le 6 janvier, le Figaro Madame reprendra une simple dépêche AFP. Quant à Elle, il faut attendre le 18 janvier pour retrouver une (petite) trace de cette mobilisation avec une photo parmi d’autres, servant à illustrer un article disponible dans sa seule version papier. Un article qui sera par ailleurs consacré aux femmes principalement ministres, élues ou encore épouse du président de la République, qui ont subi des menaces et insultes « en marge du mouvement des gilets jaunes » ! Pourtant, bien des médias en parleront largement ce jour-là, les journaux de 13 et 20 heures de France 2 et « Le Soir 3 » leur réservant même leurs reportages d’ouverture.

Les 13 janvier et 20 janvier, de nouvelles manifestations de femmes ont lieu, mais les publications ne saisissent pas l’occasion pour se rattraper.

Ultime démonstration de la difficulté des magazines féminins à parler des femmes précaires et de la question sociale : leur silence sur la mobilisation des assistantes maternelles, le 2 février dans plusieurs villes françaises, dénonçant les projets de modification des conditions d’éligibilité à l’assurance chômage, dont elles pâtiront.

Celle qui sera organisée le 9 mars n’aura pas plus d’écho de leur part.


Pour plus de « visibilité » : mais de quelles femmes ?

Le 31 décembre, Marie Claire déplorait le manque de visibilité accordé aux femmes dans les classements médiatiques :

Le classement [annuel] des personnalités préférées des Français en 2018 a été dévoilé par Le Journal du dimanche et aucune femme ne figure dans le top 10, ni même le top 15. Une absence qui pose question et à laquelle on aimerait remédier.

Pour y parvenir, dans son propre classement fait maison, Marie Claire a évidemment la solution : choisir cinq personnalités issues des classes supérieures ; qu’elles appartiennent au monde du spectacle (les comédienne et chanteuse Camille Cottin et Aya Nakamura), du sport (la handballeuse Siraba Dembélé, capitaine de l’équipe de France championne d’Europe 2018), des médias (la journaliste Élise Lucet), ou encore politique (Simone Veil).

Le 4 janvier, Elle nous propose aussi le sien en sélectionnant « ces 31 femmes qui vont faire l’actu en 2019 », et parmi lesquelles on ne retrouve encore que des « politiques, artistes, chercheuses, sportives… » En tout état de cause, les deux publications ne remettent donc jamais en cause le principe même de ce type de classements, indexés sur la notoriété, ni leur sociologie, qui écarte justement les femmes issues des classes moyennes et populaires dont ils participent à perpétuer l’invisibilisation.

Rappelons pourtant les cris d’orfraie de Marion Ruggieri dans son éditorial du 14 décembre : que « ce soit via les réseaux sociaux et l’incontournable Facebook, ou dans les médias traditionnels, [les femmes] sont au cœur du mouvement [des gilets jaunes] et même à sa naissance. L’origine du " nouveau monde " ? »

Un constat partagé par Le Figaro Madame le 26 février : « la crise des gilets jaunes a jeté une lumière nouvelle sur les mères célibataires. Dans les rues, sur les rond-points ou les réseaux sociaux, elles témoignent de leurs conditions de vie difficiles ». Mais qui ne l’empêchera pas de préférer donner longuement la parole à l’une des « coqueluches » des magazines féminins… la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, désignée pour l’occasion comme leur… porte-parole : « Marlène Schiappa souhaite que ces femmes fassent entendre leur voix »

À bien examiner la façon dont Elle, Madame Figaro et Marie Claire ont rendu compte de la présence de ces femmes dans le mouvement des gilets jaunes, le moins que l’on puisse dire est que la couverture ne fut pas à la hauteur des déclarations grandiloquentes initiales. Une fois encore, la lumière demeure principalement réservée aux « personnalités » du monde du spectacle, de la mode, de l’entreprise ou de la politique, selon une ligne éditoriale oublieuse des enjeux de classe [8].

Un travers qui n’est évidemment pas propre aux magazines féminins. Dans son baromètre annuel de la diversité de la société française de décembre 2018, le conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) précise que « les catégories socioprofessionnelles représentées à l’écran ne sont pas le reflet de la réalité professionnelle françaises : les catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+) sont surreprésentées (74 %) au détriment des catégories socioprofessionnelles inférieures (CSP-), représentés à hauteur de 12 %, et des inactifs (14 %) ».


***


Quelle belle occasion manquée d’offrir (enfin) une véritable tribune à toutes celles qui luttent et qui sont, par exemple, employées par « les ménages de cadres, professions intellectuelles supérieures et dirigeants d’entreprises, [qui] recourent massivement aux services domestiques à la personne » [9]. L’espace éditorial des magazines féminins, saturé de publireportages et de conseils de riches pour les riches, aurait enfin pu être contrebalancé par des enquêtes sociales évoquant les conditions de travail de ces femmes qui constituent aussi, justement, leur lectorat et leur « cœur de cible » !

Ironie de l’histoire : alors que les magazines féminins [10], dont Elle, livrent sur trois mois une copie pâlichonne du mouvement des gilets jaunes, voilà que Le Canard enchaîné du 30 janvier révèle une information intéressante concernant son dirigeant : Denis Olivennes, actuel président du groupe de presse de Daniel Kretinsky qui détient le magazine Elle [11], a « entrepris de faire le siège des gouvernants [… pour] les convaincre d’accepter le classement de Elle comme journal d’information politique et générale. Une décision qui déclencherait l’aide de l’État pour les dépenses postales, [pour la coquette somme de] près de 2 millions d’euros ».

Au regard de sa défaillance informative, faire bénéficier le magazine d’un tel bonus serait pour le moins incongru ! Affaire à suivre…


Denis Pérais, avec Jean Pérès et Pauline Perrenot


Annexe : Autres articles publiés concernant les gilets jaunes (à l’exception de ceux concernant les femmes issues des classes moyennes et populaires)


- Madame Figaro, allier le symbolique à l’anecdotique

Les femmes que la publication met en lumière, à l’occasion des manifestations parisiennes des 1er et 15 décembre, ne prennent pas part au mouvement, puisqu’il s’agit d’artistes, qui s’en saisissent pour se rendre visibles à travers une mise en scène artistique, et d’une gendarme.

D’abord, « sur le boulevard des Capucines à Paris, la danseuse Nadia Vadori-Gauthier [qui] improvise une chorégraphie en pleine scène de chaos. » [12].

Ensuite, deux semaines plus tard, on relate un épisode symbolique : « En marge de la manifestation […], cinq manifestantes dénudées et grimées en « Marianne » ont fait face ce samedi matin aux gendarmes sur les Champs-Elysées [dans une…] action organisée par l’artiste Déborah de Robertis […]. La performeuse franco-luxembourgeoise n’en est pas à son coup d’essai » [13]

Visiblement ébloui par leur prestation, l’hebdomadaire explique que « c’est probablement l’image la plus marquante de cette journée de mobilisation des gilets jaunes. »

Dans les deux cas, les seules vidéos accompagnant les articles se retrouvent également sur deux autres liens titrés « Insolite : une danseuse fait une chorégraphie en pleine manifestation des gilets jaunes » et « Cinq femmes grimées en « Marianne » sur les Champs-Élysées ».

Le mois suivant, l’hebdomadaire « remet le couvert », cette fois en province, en couvrant le happening de « "Marianne" faussement amochées [qui] font irruption à Lille » lors d’une manifestation de gilets jaunes (19 janvier).

Le Figaro Madame salue aussi le comportement d’une gendarme qui faisait face à ces cinq « dangereuses » inconnues ce jour-là, et qui fut célébrée par sa hiérarchie à l’occasion d’une cérémonie organisée par le directeur général de la gendarmerie nationale pour « mettre à l’honneur et remercier [les forces de l’ordre] de leur engagement remarquable au quotidien » dans un article titré « "Gilets Jaunes" : La gendarmerie nationale distingue sa "Marianne". »

La couverture est complétée par le recueil des avis sur le mouvement de personnes connues du monde du spectacle, de la mode, en passant par la femme du président de la République en déplacement à Bar-le-Duc en compagnie de Stéphane Bern : Pamela Anderson (3 décembre), Brigitte Bardot (4 décembre), Karl Lagerfeld (10 décembre), Brigitte Macron (16 février).

La « pédagogie » auprès des plus jeunes en compagnie d’experts est également un angle fructueux : d’abord, le 4 décembre, le magazine fait appel à « la psychothérapeute des familles, Geneviève Djénati […] pour expliquer le sujet aux plus jeunes ». Un article en réaction à un préambule publié le 19 janvier, dans lequel la rédaction s’intéresse aux « cours d’écoles [où] les enfants s’approprient le débat en jouant [notamment] aux "gilets jaunes et aux CRS" ».


- Elle et Marie Claire, la focalisation sur les « personnalités »

Les deux magazines « singent » leur confrère, en ne manquant pas non plus de nous présenter l’avis de « personnalités ».

Ainsi, Elle nous invite à découvrir « dix personnalités qui soutiennent publiquement l’action des gilets jaunes » (7 décembre). Le 3 janvier, le magazine revient sur l’épisode au cours duquel « Muriel Robin […] tacle Franck Dubosc sur les gilets jaunes ».

Le 28 décembre, dans l’entretien accordé par Isabelle Adjani, les trois premières questions qui lui sont posées concernent les… « Gilets Jaunes », sans jamais que la question de la place qu’y tiennent les femmes ne soit abordée.

Le 21 janvier, le magazine affiche le soutien de Pamela Anderson au mouvement.

Toujours soucieux d’informer sur la vie des… « stars », nous apprenons que deux acteurs américains, « Uma Thurman et Owen Wilson [avaient été] aperçus lors des manifestations des gilets jaunes à Paris » le 8 décembre.

Enfin, le 16 février, l’hebdomadaire imite Madame Figaro en nous entretenant des confidences de la « première dame ».

Marie Claire consacre son premier article sur le mouvement au soutien que lui accorde… « Louis XX […] Duc d’Anjou » (11 décembre) ; et revient également sur le « tacle » de Muriel Robin à Franck Dubosc (3 janvier).

Elle revient aussi sur ces « femmes habillées en "Marianne" [qui] font face aux CRS sur les Champs Elysées » (15 décembre).

Le 7 décembre, l’hebdomadaire exprime une première fois son inquiétude sur la tournure des opérations, en publiant une liste de musées, salles de spectacles, sites touristiques parisiens qui seront fermés et compétitions sportives reportées « samedi 8 décembre [qui] s’annonce comme étant une nouvelle journée noire, notamment à Paris. En effet, le Mouvement des gilets jaunes ne semble pas s’essouffler. » [14]

Une semaine plus tard, nouvelles sueurs froides concernant le bon déroulement d’une cérémonie de la plus haute importance pour faire avancer la cause de l’égalité entre les femmes et les hommes… : « Miss France 2019 : la cérémonie sera-t-elle annulée à cause des Gilets Jaunes ? ».

Marie Claire nous offre également un article sur le complotisme de certains des participants au mouvement : « Le soir du 11 décembre, un homme a ouvert le feu, par trois fois, sur des passants aux abords du marché de Noël de la ville, faisant deux morts. Des "Gilets jaunes" accusent le gouvernement d’avoir orchestré l’attaque pour contrer leur action. » (12 décembre).

Spécificité de l’hebdomadaire vendu par Arnaud Lagardère à l’oligarque tchèque Daniel Kretinsky (Elle) : le recours à trois « experts » chargés de mettre en perspective le mouvement, dont deux très médiatisés et célébrés par Elle (dans des articles uniquement disponibles dans leur version papier) : Serge Hefez (14 décembre), qui, « en vingt ans, s’est imposé comme l’un des psys les plus médiatiques de France, intervenant à la télé, à la radio, dans les magazines, donnant son avis sur les sujets les plus pointus comme les plus anodins. » (14 décembre) ; Michel Pastoureau (21 décembre), « le célèbre historien et spécialiste des couleurs » et Cynthia Fleury (28 décembre), « Chercheur [sic] au CNRS, Cynthia Fleury est à 32 ans l’une des philosophes les plus brillantes de sa génération ».

Si leurs interventions ne sont pas dénuées d’intérêt, elles sont muettes sur la situation de ces femmes « gilets jaunes ».


- Violences policières : Elle (un peu) au rendez-vous

Même s’il est probable que leur publication est liée au fait qu’elles touchent des journalistes, nous relevons enfin deux articles mentionnant les méthodes brutales des « forces de l’ordre » lors des manifestations qui conduiront les syndicats de journalistes à publier un communiqué pointant les risques qu’elle font peser sur la liberté de la presse le 10 décembre.

Le 2 décembre, l’hebdomadaire publie son premier article sur le sujet, consacré au journaliste « Hugo Clément, qui a été gravement blessé au visage alors qu’il allait boire un verre à proximité du Boulevard Malesherbes le 1er décembre […]. Le journaliste a reçu une balle flashball ou une grenade lacrymogène ».

Le 21 décembre, Elle revient dans un autre article disponible dans sa version papier [15] sur les violences policières : à l’occasion de la manifestation parisienne du 8 décembre, le magazine recueille le témoignage sévère de la reporter de guerre Véronique De Viguerie, venue couvrir la mobilisation pour le Washington Post [16]. La reporter « prépare une plainte avec une quinzaine de photographes » contre la police.

Même si ce dernier article ne fait pas la « Une », il faut en signaler la publication tant « le voile médiatique » – y compris quand les victimes sont des journalistes – a été plutôt épais sur la question, comme nous le relevions les 28 décembre, 9 janvier, et 7 février.

Dans Madame Figaro, il faut attendre le 19 janvier pour trouver une (très) courte mention de ces violences dans l’article « "Gilets Jaunes" : des "Marianne" faussement amochées font irruption à Lille » : « elles […] arboraient un maquillage plus marqué, agrémenté de fausses blessures. Une référence aux récentes accusations de violences policières. Le vendredi 11 janvier dernier, l’inspection générale de la police nationale (IGPN) avait déjà reçu près de 200 signalements et avait été saisie de 67 dossiers par l’autorité judiciaire ». De son côté, Marie Claire réagit seulement le 4 février, en évoquant le sort de « Louis Boyard, 18 ans, [qui] a reçu un tir de flash-ball lors d’un rassemblement des gilets jaunes, le 2 février » dans un article titré « Violences policières : le président de l’Union nationale des lycéens blessé samedi va porter plainte ».

Enfin, l’hebdomadaire consacre le 18 janvier un court article titré « Gilets jaunes. Les femmes au pilori ? » sur les « menaces et ignobles insultes [qui] déferlent sur les élues LREM et les manifestantes », relatant presque exclusivement la situation… des premières.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Un éditorial disponible uniquement dans la version papier.

[2Relativisons d’emblée ce « pour une fois » de l’auteure, qui ne s’est sûrement pas intéressée à des mouvements de grèves très récents (hôtellerie, santé, éducation), menés... par des femmes ! Et de poursuivre : « Depuis le début, le mouvement des gilets jaunes est porté et incarné par des femmes, surgies de la France des classes populaires et moyennes ».

[3Sur les deux supports pour Elle et Marie Claire, uniquement sur internet pour Madame Figaro.

[4« [Elle est] sur les ronds-points, aux barrages, au beau milieu des cortèges, dans les médias où elle est invitée à s’exprimer parfois. Elle est à la retraite, craint pour l’avenir de ses petits-enfants. Elle est jeune, elle a peur de ne pas trouver d’emploi, est sous pression quand elle en a. Elle est mère célibataire, souvent, et vit dans l’angoisse d’être à découvert, des calculs impossibles. Elle donne de la voix, elle donne son temps. Avec des revendications simples : boucler ses fins de mois, nourrir sa famille, vieillir dignement. »

[5On pense notamment aux grèves qui ont lieu depuis des mois dans les hôpitaux partout en France, ou sur la région parisienne, à la longue lutte menée par les travailleuses de l’hôtel de luxe « Park Hyatt Vendôme », ou encore aux grèves dans l’Éducation nationale, où les femmes sont largement représentées, notamment à cause de la précarisation croissante du métier lui-même.

[685 % selon l’étude « Familles monoparentales depuis 1990. Quel contexte familial ? Quelle activité professionnelle ? » de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques des ministères sociaux de juillet 2015.

[7Illustration parfaite de cet axiome : Marie Claire consacre son premier article sur le mouvement des gilets jaunes au soutien que lui accorde… Louis XX, duc d’Anjou ! (11 décembre). Vous avez dit lucide ?

[8Si cette discrétion n’est pas surprenante de la part des deux premiers, tant les reportages qu’ils consacrent à ces femmes issues des classes moyennes ou populaires sont rares, elle l’est plus pour Marie Claire qui, même si nous regrettons que la place qui leur est accordée demeure trop minoritaire dans l’ensemble de sa pagination papier ou sur internet, offre assez régulièrement de longs reportages sur leur condition, en France comme à l’étranger.

[9Comme le souligne Pierre Rimbert dans son article « La puissance insoupçonnée des travailleuses » publié dans le numéro de janvier 2019 du Monde diplomatique.

[10De manière encore plus évidente pour Madame Figaro.

[11Rappelons que le magazine Elle était propriété de Lagardère Active, dont Denis Olivennes était le PDG. Après avoir vendu ce titre – parmi d’autres – à Daniel Kretinsky en octobre 2018, le même Denis Olivennes est nommé en janvier 2019 à la présidence du groupe de presse de… Daniel Kretinsky, demeurant ainsi le patron, entre autres, de Elle !

[12Le Figaro Madame aime tellement la danse qu’il mentionne une seconde chorégraphie dans son article « Bloquée par les gilets jaunes, une troupe de danseurs fait le show sur l’A7 ».

[15Titré « Liberté de la presse. Que fait la police ? »

[16Comme le précise Le Monde dans un article du 14 décembre.

A la une

Lire : Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée, de Karim Souanef

Karim Souanef publie Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée aux Presses universitaires de Rennes (2019). En s’appuyant notamment sur un travail d’archives et sur une enquête (...)

Un documentaire sur la tournée de BHL… financé par le service public !

La promotion médiatique d’une imposture à grand renfort d’éloges courtisans et de fonds publics.

La France porte atteinte à la protection des sources (Fédération européenne des journalistes)

Une déclaration de la Fédération européenne des journalistes qui dénonce l’atteinte, par la France, à la protection des sources.