Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > En direct de France Inter

France Inter : l’Etat d’urgence (SDJ, SNJ, SNJ-CGT, Sud)

Nous publions ci-dessous un communiqué émanant de la Société des journalistes et de syndicats de France Inter (Acrimed)

Réunis en Assemblée générale le lundi 4 juin 2007, les journalistes de France Inter constatent la profondeur de la crise qui empoisonne les relations humaines au sein de leur rédaction.

Cette crise a pris un tour aigu à l’occasion de la préparation de la grille de rentrée.

Devant la SDJ [Société des Journalistes], puis les syndicats, le directeur Frédéric Schlesinger a reconnu le malaise, et décidé de remettre à plat l’ensemble des projets. Il a aussi endossé la responsabilité du problème en expliquant qu’il avait eu « le tort de confier une tâche de concertation à Patrice Bertin, une mission qui n’est pas dans ses cordes ».

L’assemblée générale prend acte de ce désaveu technique. Elle note cependant que cet aspect « technique » dissimule un problème plus lourd, et malheureusement plus constant.

Voilà des années que les journalistes de France Inter souffrent de la « gestion humaine » de celui qui est devenu leur directeur de la rédaction : autoritarisme, intimidation, harcèlement. Reporters, grands reporters, présentateurs, chefs de services, aucun échelon n’est à l’abri, l’inquiétude se double pour certains d’une véritable souffrance.

Le 6 février 2006, dès la nomination de celui qui est, depuis, devenu directeur adjoint de France Inter, un tract réclamait « une saine gestion des ressources humaines » et écrivait « Le refus de la discussion, les excès de rigidité, la tentation de régner par la peur ne sauraient être érigés en règles de fonctionnement. Il est à souhaiter, de ce point de vue, que certains errements du passé ne revoient jamais le jour  ». Nous y sommes.

La question ne porte pas sur les qualités professionnelles de Patrice Bertin. Chacun en pense ce qu’il veut. Mais ces compétences doivent-elles encore empêcher les journalistes de France Inter de dénoncer ouvertement sa gestion des hommes et des femmes ? La réponse est non.

L’Assemblée Générale a constitué une délégation composée de représentants de l’intersyndicale SNJ, SNJ-CGT, SUD et de la SDJ. Elle demande un rendez-vous urgent au directeur de France Inter, et à la DRH. La rédaction de France Inter attend maintenant de la direction des ressources humaines qu’elle assume ses responsabilités. Elle doit trouver une solution rapide, afin que la rédaction de France Inter retrouve sa sérénité.

Le compte-rendu de ces audiences sera donné le jeudi 7 juin, à 13 heures, lors d’une seconde Assemblée générale...

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique